Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Portugal : La manifestation du 15 octobre en photos et vidéos

Une manifestation de grande ampleur, totalement apolitique, laïque et pacifique, a eu lieu le 15 octobre dernier au Portugal. Une fois encore, de nombreux citoyens ( autour de 80 000 “indignés”)  se sont réunis “pour la démocratie participative, plus de transparence dans les décisions politiques et pour la fin de la précarité”, dans les rues des huit plus grandes villes portugaises.

Suite à l’annonce, deux jours plus tôt, par le Premier Ministre Pedro Passos Coelho, de mesures drastiques de restrictions budgétaires historiques dans la fonction publique, le peuple portugais s'est réuni dans la rue. Ces mesures expliquaient les nombreuses plaintes et contestations qu'on pouvait lire sur les pancartes et autres banderoles. Voici une sélection de photos sélectionnées sur des plateformes de partage en ligne de photographies et vidéos.

Manifestação 15 de Outubro no Porto. Foto de José Ferreira (usada com permissão).

Manifestation du 15 Octobre à Porto. Photo de José Ferreira (utilisée avec l'accord de l'auteur).

Les motivations des manifestants et le parcours du jour dans les rues de la capitale ont été succinctement résumées par João Pedro (immortaltechpt), qui publia, sur sa chaîne Youtube, deux vidéos des évènements :

De la place Marquês de Pombal à São Bento. Les voix du cortège s'élevaient à l'encontre des mesures d'austérité adoptées face à la crise. À cela, il fallait ajouter la volonté de changer le modèle de société et d'adopter une forme de démocratie plus participative et directe.”

Concentração no Marquês de Pombal, Lisboa. Foto de José M. no Foursquare

Regroupement aux alentours de Marquês de Pombal, Lisbonne. Photo de José M. publiée sur Foursquare

Après que des préparatifs pour la journée d'action aient été accomplis,  ceux qui se rendaient au rassemblement en métro pouvaient constater que les noms des stations avaient été modifiés. Un collectif “le métro est au peuple, pas aux marques”, protestait contre le changement de nom de l'emblématique station Baixa-Chiado, devenue Baixa-Chiado PT Bluestation sur une demande de la firme Portugal Telecom. Cette action propose une réflexion sur la privatisation de l'espace public en temps de crise : “Entre-scène” au lieu de Entrecampos, ou “Baixa-Empregabilidade” (faible-employabilité) à la place de Baixa-Chiado.

Du métro aux rues, la vidéo suivante réunit une sélection de photographies de Paulete Matos :

http://www.youtube.com/watch?v=-sf_5EqeBIY&feature=player_embedded

La marche s'est poursuivie au gré des slogans que l'on retrouve dans de nombreuses vidéos, dont celle-ci ou la suivante :

Le cortège s'est dirigé vers la rue São Bento et s'est établi sur les marches de l'Assemblée de la République.

Marcha dos Indignados. Foto de Debora Baldelli para o Global Voices Online.

Marche des Indignés. Photo de Debora Baldelli pour Global Voices Online.

"Esta tarde, em Lisboa, junto à Assembleia da República (16h38, antes da confusão) #15outubro". Foto de Luis Galrão no Twitpic

"Cet après-midi, à Lisbonne, à côté de l'Assemblée de la République (16h38, avant les incidents) #15outubro". Photo de Luis Galrão publiée sur Twitpic

Sur Twitter, le  mot clic #15oPT a été le plus utilisé, comme #15outubro dans une moindre mesure, pour relater les évènements de ce jour. Les utilisateurs les plus actifs du réseau social lors de la manifestation étaient la journaliste Sara Marques, à partir de son compte personnel (@sara marques),  et Luis Galrão (@LGalrao). Ce dernier a fait remarquer “que Twitter n'est pas la voie principale d'expression des indignés portugais”.

Começa a Ocupação de Lisboa (15/10/2011). Foto de Fernando Mendes copyright Demotix.

L'occupation de Lisbonne (15/10/2011). Photo de Fernando Mendes, copyright Demotix.

 

Une assemblée populaire s'est tenue par la suite. Elle se composait d'environ une centaine d'intervenants et de nombreuses propositions ont été approuvées, telles que l'occupation continue d'un site, l'appel à des initiatives de désobéissance civile. La prochaine manifestation a été fixée au 26 novembre.

Este Governo é ladrão porque nos rouba o pão. Manifestante no Porto. Foto de Diana Rui - www.dianarui.net.

"Ce gouvernement nous vole notre pain". Manifestant à Porto. Photo de Diana Rui – www.dianarui.net.

Un indigné anonyme a laissé quelques réflexions sur l'organisation de l'assemblée populaire. “Il n'est pas évident pour quiconque d'extérieur à l'action de comprendre ce que nous faisons, prendre contact avec nous ou à travers les médias sociaux.” et d'ajouter :

Il est impératif [de penser] les assemblées comme un lieu où l'on conçoit un point de savoir et d'émancipation. Non pas comme une plateforme où les égos et autres personnages éloquents tels les sophistes puissent s'exprimer. Il est impératif d'utiliser des méthodes rigoureuses pour organiser notre mouvement populaire. Nous devons faire appel à des professionnels de sorte que l'on créé une ébullition au sein de notre communauté et mette sur pied de vraies assemblées participatives. Il est impératif aussi que les organisations, associations, collectifs solidaires nous rejoignent et profitent de leur temps de parole pour parler de leurs actions.”

À Porto, environ 15000 manifestants ont défilé dans le centre-ville.

Concentração na Praça da Batalha. Imagem de 15 de Outubro - Porto

Regroupement sur la Praça da Batalha. Image du défilé du 15 octobre – Porto

Marcha na Rua Passos Manuel. Foto de 15 de Outubro - Porto

Défilé dans la Rue Passos Manuel. Photo du 15 octobre – Porto

Un panorama général de la manifestation est disponible en vidéo :

"Roubam o povo para dar aos ricos... antes Robin dos Bosques. Democracia Directa". Revolução Mundial pela Democracia Real no Porto (15/10/2011) - foto de Pedro Ferreira copyright Demotix.

"Ils volent au peuple pour donner aux riches… des antis Robin des Bois.". Manifestants pour une démocratie plus juste. Porto (15/10/2011) – Photo de Pedro Ferreira, copyright Demotix.

Keep calm and protest. Indignados em frente à Câmara do Porto. Foto da organização do 15 de Outubro.

"Keep calm and protest". Indignés face à l’Hôtel de ville de Porto. Photo de l'organisation du 15 octobre.

"Os governos mijam-nos em cima! Os media dizem-nos que chove" (Coimbra, 15/10/2011). Foto de Aurélio Malva partilhada no Facebook.

"Les gouvernants nous font dessus depuis leur tour d'ivoire! Les médias nous annoncent de la pluie."(Coimbra, 15/10/2011). Photo de Aurélio Malva publiée sur Facebook.

La manifestation s'est également achevée avec une assemblée populaire de laquelle a résulté une liste de propositions d'actions (elle n'est pas encore disponible en ligne). Celles-ci seront débattues le samedi 23 octobre, sur la Praça da Liberdade.

L'un des manifestants restants, Rui Rocha, sur le blog Delito de Opinião (Délit d'opinion), se demande s'il y “a quelqu'un qui ne peut pas s'indigner“. En élaborant une brève analyse comparative des défilés du 15 octobre et des manifestations de la Geração à Rasca, du 12 mars dernier – “il y a moins de manifestants alors que le contexte social et économique est loin d'être meilleur”, il ajoute :

Au-delà des comparaisons, des messages, des propositions et du contexte, on a lancé un message qu'il est impossible d'ignorer. Le poids qui repose sur nos épaules ne peut pas nous laisser indifférents. Les injustices, le déséquilibre de la répartition des biens, tout cela forme suffisamment de motifs qui nous amènent vers des solutions consensuelles. Et si cela n'aboutit pas, il faut garder à l'esprit que le sentiment d'indignation mérite d'être partagé. Et qu'il existe bien plus de contestataires qu'il n'y en avait dans les rues aujourd'hui.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site