Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Malaisie : Proposition de réforme électorale

Tous les liens sont en anglais.

Le groupe Bersih 2.0, organisateur de la manifestation marquante de juillet dernier, qui s'est entre temps muée en un formidable mouvement prônant des réformes politiques en Malaisie, continue de faire pression sur le gouvernement pour que l'application des 8 suggestions de réforme du système électoral soit effectuée avant le prochain scrutin national.

Le gouvernement a mis en place un comité parlementaire spécial (Parliament Select Committee ou PSC) chargé d'examiner les propositions de réforme électorale, mais Bersih estime que ce n'est pas suffisant.

Nous réitérons que toute velléité de réforme du système électoral de la part du gouvernement est feinte et trompeuse à moins que les 8 mesures exigées immédiatement par Bersih 2.0 ne soient mises en application avant les 13èmes élections nationales. Il est du ressort de la Commission Électorale et du gouvernement de faire tout leur possible pour garantir à tous les Malaisiens la protection de leur droit à des élections transparentes, libres et équitables.

BERSIH 2.0 enjoint Monsieur le Premier ministre Najib Razak à donner sa parole au peuple de Malaisie que les prochaines élections nationales ne se tiendront pas avant la mise en vigueur des recommandations du Comité Parlementaire.

Les 8 mesures réclamées par Bersih sont les suivantes:

  1. Assainissement des listes électorales (retirer des listes les électeurs décédés et les noms apparaissant plusieurs fois)
  2. Réforme du vote par correspondance
  3. Utilisation d'encre indélébile pour empêcher la fraude
  4. Mise en vigueur d'une durée minimale de campagne de 21 jours
  5. Accès libre et équitable aux médias pour tous les candidats
  6. Renforcement des institutions gouvernementales
  7. Éradication de la corruption
  8. Halte à la politique politicienne

Nurul Izzah Anwar, un député appartenant au parti d'opposition dirigé par son père, Anwar Ibrahi, a aussi pris à parti le Premier Ministre Najib Razak pour qu'il mette en œuvre les réformes en amont des élections.

En tant que Premier Ministre, vous avez le devoir moral d'honorer les promesses que vous avez prononcées lors du discours de clôture du 5ème Sommet des leaders étudiants de Malaisie le 31 juillet 2011. Je cite :

“Je m'engage à réformer le système électoral. Nous allons mener cela à bien. Par exemple, des questions ont été soulevées à propos d'électeurs fantômes. Nous allons nous assurer qu'il n'y a aucune place pour ces électeurs fantômes.”

“Ne doutez pas de notre engagement à améliorer le système. Nous avons des failles mais personne ne peut nier le fait que cette démocratie est bien réelle.”

Le Rakyat (Parlement malaisien) ne mérite pas d'être encore une fois leurré sur la nécessité – plus que pressante – de réformer le système électoral en usant du prétexte d'un changement de salle, d'une répression féroce ou du bannissement sélectif de certains groupes (lire BERSIH 2.0)

En guise de rappel historique et amical, il convient de noter le Rakyat n'a jamais vraiment élu Votre Excellence au poste de Premier ministre de la Malaisie. Ainsi, cette opportunité d'exécuter une réforme de fond du système électoral est aussi une occasion de légitimer votre mandat auprès de l'Assemblée.

La mise en place de réformes audacieuses du système électoral sera aussi le signe de la fin d'une ère pendant laquelle Votre Excellence était tenu en otage par des éléments d'extrême droite qui freinaient les réformes propices au progrès de la Malaisie.

Votre Excellence devrait aussi puiser espoir dans le fait que s'engager dans un cycle de réformes garantira également un regain de légitimité auprès du Rakyat, au détriment d'autres prétendants au trône issus de l'UMNO. Ces prétendants ne doivent en aucun cas l'emporter sur Votre Excellence.

Kutukurap soutient la suggestion de porter du jaune tous les samedis :

Je suis tout à fait d'accord avec la suggestion de porter du jaune tous les samedis pour faire montre de notre soutien pour un scrutin libre et équitable. Cela ne va pas à l'encontre de la loi ; c'est un moyen démocratique et pacifique pour le peuple d'exprimer sa position.

La réforme du système électoral est de rigueur avant les élections car les rumeurs populaires pointent vers une manipulation sans précédent des élections par le parti UMNO/BN, visant à leur garantir non seulement le Putrajaya mais aussi une majorité de plus de 2/3. C'est pour cela que nous autres, membres du Rakyat, devons exiger ces réformes.

 

Photo prise sur la page Facebook CleanBefore13 (Propre avant les élections au plan national) – Mettez en place les 8 mesures avant les élections.

Toutefois, certains demeurent sceptiques devant les exigences de Bersih. Parmi eux, un Malaisien résidant au Royaume Uni qui écrit sur Another Brick in the Wall :

(Concernant l'assainissement des listes électorales)

Selon les données de la CIA publiées dans son ‘World Fact Book’, le taux de mortalité en Malaisie est de 4.93 pour 1 000 (chiffres de juillet 2011). En extrapolant sur une population de 28 millions d'habitants, le nombre de décès est estimé à 138 040 personnes par an. Si l'on suppose que les données ne sont pas mises à jour pendant une période de 5 ans, en prenant le cas de figure le plus défavorable on arrive à un total de 690 020 personnes “décédées sans que cela soit pris en compte sur les listes”.

Selon la Commission Électorale, il y a 11,4 millions d'électeurs inscrits. Si l'on suppose que la Commission Électorale n'a pas mis à jour sa base de données pour retrancher les décès, cela représente une marge d'erreur de 6% par rapport au nombre de véritables électeurs inscrits.

Les Malaisiens devraient se poser la question suivante : est-ce que 6% d'erreur/irrégularité (au pire) constitue vraiment une base solide pour s'en prendre au gouvernement ou à la Commission Électorale et les accuser d'inéquité ? Selon moi, c'est absurde et cela renvoie à un motif politique.

Jebat Must Die critique lui aussi l'attitude sceptique de l'opposition quant aux promesses de réforme électorale faites par le gouvernement, et en particulier devant sa proposition d'utiliser des techniques biométriques plutôt que de l'encre indélébile pour le contrôle des électeurs :

L'une des critiques les plus virulentes faites à l'encontre de l'usage de l'encre indélébile consiste à dire que des personnes peu scrupuleuses (que ce soit du Barisan Nasional ou du Pakatan Rakyat ou tout autre bon à rien) pourraient rôder dans les zones rurales et trouver une combine pour amener des électeurs crédules à utiliser l'encre indélébile avant le début du scrutin, de sorte que ceux-ci ne puissent pas voter même s'ils se présentaient aux bureaux de vote. Peut-on se permettre de prendre ce risque?

D'autre part, les techniques biométriques ne sont pas une tentative de remplacer la Carte Nationale d'Identité qui demeure le plus important document permettant de contrôler un électeur.

Par exemple, est-il possible de passer les portes automatiques à l'aéroport sans passeport, simplement en scannant vos empreintes digitales? Bien sûr que non. C'est la même chose pour le processus électoral.

Il est évident que les leaders du Pakatan, étant eux-mêmes mal dégrossis, n'ont pas suffisamment analysé le système pour être capables de s'exprimer en connaissance de cause. Mais encore une fois, je crois qu'ils veulent juste prendre les gens par la ruse quand ils ne se rendent pas compte de la tromperie afin de pouvoir continuer à jouer cette carte indéfiniment.

Ahirudin Attan, un blogueur réputé, est du même avis :

Je parie que vous ne saviez pas que les techniques biométriques employées par l'immigration malaisienne  ont rendu impossible toute tentative de corruption des agents aux postes frontières ? C'est un fait.

Soutenir la biométrie, c'est mettre fin à la corruption.

Une page Facebook a été créée mais elle n'a pas attiré beaucoup de sympathisants.

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site