Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le difficile combat contre la stigmatisation de la séropositivité en Egypte

[Liens en anglais] Un Égyptien du nom de Magid est devenu la première personne en Égypte à déclarer ouvertement sa séropositivité. Des études estiment que près de 11 000 égyptiens vivent avec le VIH, mais ce nombre pourrait être beaucoup plus élevé puisque tant de monde ne fait pas de tests de dépistage ni ne cherche des traitements par crainte des graves risques de stigmatisation de la maladie.

Ahmed Awadalla faisait partie du projet subventionné par Rising Voices, Exploring Taboos (Explorer les tabous), et a traité sur son blog du “prix de la stigmatisation” en Egypte. Il écrit dans son blog Rebel With A Cause (Rebelle avec une cause) :

Quand il s'agit de discuter du VIH / SIDA en Egypte, très probablement, vous serez confronté à une de ces deux réactions: la première qui est caractérisée par la peur, le choc, et l'inconfort ou l'autre, marquée par le déni et le mépris.

Ahmed publie un récent sondage de la jeunesse égyptienne qui a révélé que seulement 21% des jeunes ont déclaré qu'ils seraient prêts à interagir avec quelqu'un qui était séropositif. Ce type de réactions avec les autres est aussi un énorme défi pour ceux qui travaillent pour inverser cette stigmatisation. Ahmed ajoute :

De toute évidence, le plus grand obstacle au travail de  sensibilisation au VIH est la stigmatisation des personnes vivant avec ce VIH. Les séropositifs ont à souffrir en silence, gênés de demander de l'aide ou un traitement et s'il est révélé qu'ils ont le VIH, ils sont rejetés et maltraités par leur communauté, au travail, et même parmi leurs proches et ceux qu'ils aiment. Cette vie d'isolement à cause du VIH peut être plus dangereuse que la maladie elle-même.

Dans un autre billet  du site Conversations pour un monde meilleur, Ahmed écrit sur ce qui s'est passé au sujet du VIH / SIDA après la révolution du 25 Janvier. Il décrit comment le nouveau gouvernement a décidé d'arrêter certains programmes qui visaient à éduquer et à informer ; pour certains, il se pourrait que ce soit à cause d'un contrôle accru sur les médias. Il a aussi [écrit] que cet environnement a été difficile pour les travailleurs de la santé et pour d'autres militants qui tentent de sensibiliser le public au sens large :

C'est une réalité très triste que de voir même ceux qui sont chargés de fournir des soins de santé exercer les pires formes de discrimination contre les personnes qui vivent avec le VIH/SIDA. Oui, la maladie est liée à certaines idées fausses concernant le comportement sexuel. Chaque fois que nous organisons des événements pour sensibiliser sur le VIH, je demande aux participants qu'est ce qui transmet le virus. La réponse la plus commune est le comportement sexuel à risqueb! Malheureusement la désinformation / le manque de sensibilisation est énorme.

La vignette est de Jayel Aheram , utilisée sous licence Paternité 2.0 Générique (CC BY 2.0).

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site