Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Brésil : Le niobium, une richesse nationale à bas prix

Le niobium fait partie des métaux les plus utilisés au monde, et le Brésil possède une grande partie des réserves mondiales de ce minerai. Toutefois, son exploitation au Brésil soulève des questions quant à ce qu'il rapporte au total aux entreprises privée et aux établissements publics.

Selon le blog Nióbio do Brasil [en portugais], intégralement consacré à ce métal,

a aplicação mais importante do nióbio é como elemento de liga para conferir melhoria de propriedades em produtos de aço, especialmente nos aços de alta resistência e baixa liga usados na fabricação de automóveis e de tubulações para transmissão de gás sob alta pressão.

Gravura da Tabela Periódica com a figura da mitologia grega Níobe, que inspirou a denominação do elemento Niobium Nb41. Copyright Annette Haines (usada com permissão).

Gravure du Tableau Périodique représentant Niobé, personnage de la mythologie grecque qui a donné son nom à l'élément Niobium Nb41. Copyright Annette Haines (image utilisée avec son autorisation).

l'utilisation la plus importante du niobium est d'entrer dans la composition des alliages, afin de donner des propriétés supérieures aux aciers, en particulier aux aciers à haute résistance et faiblement alliés utilisés dans la fabrication d'automobiles et de conduites de gaz à haute pression.

Ce métal ductile, de symbole Nb et de numéro atomique 41, présente une excellente résistance et on peut également le rencontrer dans les turbines des avions à réaction, ainsi que dans les constructions navales et les conduites de grand diamètre employées dans les travaux publics. En raison de son exploitation et de son utilisation croissantes au cours des dernières années, son prix a également varié.

Selon des données [en anglais] publiées par l'administration des États-Unis, le Brésil possède près de 95 % des réserves mondiales de niobium, qui se situent dans les états de Minas Gerais, Amazonas et Goiás. Roberto Silva, auteur du site Economia BR, écrit [en portugais] que,

analisando o total de reservas nacionais de nióbio, (…) com relação a soma de suas reservas medidas, indicadas e inferidas, aponta em primeiro lugar o Amazonas, cujas reservas de nióbio apresentam 82,7% do total do país e estão localizadas no município de São Gabriel da Cachoeira.

en étudiant le total des réserves nationales de niobium, (…) relativement à l'ensemble de ses réserves prouvées, probables et possibles, se distingue en premier lieu l'Amazonas, dont les réserves de niobium représentent 82,7 % du total du Brésil et sont situées dans la commune de São Gabriel da Cachoeira.

Ce minerai se vend en 2011 au prix [en anglais] de 44 dollars le kg. En comparaison, en 2007 ce même métal était commercialisé à un prix moyen [en anglais] de 52 dollars le kg.

Imagem de Greg Robson (CC BY-SA 2.0)

Dessin de Greg Robson (CC BY-SA 2.0)

En 2006, la production mondiale de niobium a été estimée [en anglais] à 59 900 tonnes, et sur ce total le Brésil en a produit 56 000 tonnes. Dans un article publié sur le site [en anglais] de l'entreprise minière canadienne Taseko Mines Limited, on affirme que, actuellement,

There is a growing demand for niobium. Global annual consumption of ferro niobium is over 200 million pounds per year and growing at 5-7% per year.

Il existe une demande croissante pour le niobium. La consommation annuelle mondiale de ferro-niobium est de plus de deux cent millions de livres par an, et elle croît annuellement de  5 % à 7 %.

200 000 000 de livres correspondent à environ 90 718 tonnes. C'est-à-dire que, alors que le prix moyen de vente a diminué ces dernières années, son exploitation et sa consommation ont augmenté dans le monde.

Dans un article [en portugais] écrit par Victor Tagora pour la revue Meio Ambiente, dans lequel il lance un avertissement sur le rôle stratégique du niobium pour l'économie brésilienne, l'auteur rapporte que,

fontes dignas de atenção indicam que o minério de nióbio bruto era comprado no garimpo a 400 reais/quilo, cerca de U$ 255,00/quilo (à taxa de câmbio atual e atualizada a inflação do dólar)

des sources dignes de foi indiquent que le minerai de niobium brut était acheté sur le lieu de son extraction à 400 réaux le kilo, près de 255 $ le kilo (au taux de change actuel du dollar) [environ 260 €/kg au moment de la traduction de cet article]
Pedaço do cabo supercondutor feito da liga metálica nióbio-titânio. Foto de Swamibu (CC BY-NC 2.0)

Morceau de câble supraconducteur réalisé en alliage niobium-titane. Photo de Swamibu (CC BY-NC 2.0)

Bien que ce prix soit très supérieur à celui affiché par les autres indicateurs internationaux, l'auteur en a conclu que

se o Brasil exportasse o minério de nióbio a esse preço, o valor anual seria US$ 15.300.000.000 (quinze bilhões, trezentos milhões de dólares). Se confrontarmos essa cifra com a estatística oficial, ficaremos abismados ao ver que nela consta o total de US$ 16,3 milhões (0,1% daquele valor), e o peso de 515 toneladas ( menos de 1% do consumo mundial).

si le Brésil exportait le minerai de niobium à ce prix, cela représenterait un montant annuel de US$ 15 300 000 000 (quinze milliards trois cent millions de dollars). Si nous comparons ce chiffre à la statistique officielle, nous serons surpris de découvrir que celle-ci arrive à un total de 16 300 000 dollars (soit 0,1 % du montant ci-dessus), et à une quantité de 515 tonnes (moins de 1 % de la consommation mondiale).

Même si on calcule le total en prenant pour base un cours de 44 dollars le kg, et en prenant en compte 95 % de la production mondiale estimée, on arriverait à un montant de 3 792 000 000 dollars/an. Ces écarts importants de valorisation sont liés au fait que ce métal n'est pas coté sur une bourse de matières premières, comme le London Metal Exchange [en anglais], mais que son prix est convenu lors des transactions entre les entreprises.

Mina de Nióbio em Araxá, Minas Gerais. Foto da Revista Decifra-me.

Mine de niobium à Araxá, Minas Gerais. Photo de Revista Decifra-me.

Edvaldo Tavares, médecin et Directeur Général de Sistema Raiz da Vida, explique sur le site de Revista Decifra-me, que [en portugais]

Nas jazidas de Catalão e Araxá o nióbio bruto, extraído da mina, custa 228,57 dólares e é vendido no exterior, refinado, por 90 dólares. Como é que pode ocorrer tal tipo de transação comercial com total prejuízo para a população do país, é muito descaso com as questões do país e o desinteresse com o bem-estar do povo brasileiro.

Dans les gisements de Catalão et Araxá le niobium brut, extrait de la mine, coûte 228,57 dollars et il est vendu à l'étranger, raffiné, pour 90 dollars. Comment ce genre de transactions commerciales, totalement au détriment de la population brésilienne, est-il possible ? C'est beaucoup de mépris pour les préoccupations du pays et d'indifférence pour le bien du peuple brésilien.

Sur le site du Ministère du Développement, de l'Industrie et du Commerce Extérieur [en portugais], les données concernant la  balance commerciale brésilienne indiquent les montants totaux exportés par matière première, dont l'aluminium et le minerai de fer. Le niobium ne figure pas dans cette liste.

Naturellement, il faut prendre en compte les questions environnementales et les conséquences sociales pour toute exploitation minière. Cependant, avec toutes ces richesses dans le sous-sol du Brésil, il semble inévitable de se poser des questions sur qui profite du niobium.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site