Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Colombie : Élections régionales 2011

Le dimanche 30 octobre 2001 se sont déroulées en Colombie les élections régionales [en espagnol] afin de désigner les élus des administrations publiques locales : gouverneurs, assemblées départementales, maires, conseillers municipaux, et assemblées administratives locales.

La Colombie est divisée administrativement en 32 départements (regroupant des communes) dirigés par un gouverneur. Ces départements possèdent chacun une Assemblée départementale, et chaque commune (appelée municipalité ou ville selon son nombre d'habitants) possède quant à elle un maire et plusieurs conseillers qui s'occupent fondamentalement de ce qui se passe dans la Commune, et des assemblées administratives locales qui représentent les quartiers.

En raison de l'importance des postes à pourvoir, ces élections sont tout aussi suivies que les élections présidentielles. Les citoyens ont été attentifs à ce sujet, et cette préoccupation s'est ressentie dans les médias citoyens et les réseaux sociaux.

Beaucoup ont incité à voter, indépendamment du candidat ou du parti politique ayant leur préférence [tous les tweets cités dans cet article sont en espagnol].

De l'étranger, RosaCris (@rosacris) a écrit :

Cada voto es importante. Por eso mi colombianitis. Es la primera vez q no votaré. Aprendizajes para la próxima q esté fuera del país. Iré…

Chaque vote est important. C'est comme ça mes petits colombiens. C'est la première fois que je ne voterai pas. Leçon pour la prochaine où je serai à l'étranger. J'irai…

Et le journaliste en ligne Juan Martín (@juamac) a lancé :

A menos de dos horas para que finalice la jornada electoral, ¿ya votaron? #Yocuidomivoto

Centre administratif La Alpujarra, complexe à partir duquel le Département d'Antioquia et la Commune de Medellín sont administrés. Photo du Secrétariat aux Transports et à la Circulation de Medellín (CC BY 2.0)

Moins de deux heures avant que la journée électorale ne se termine, vous avez déjà voté ? #Yocuidomivoto [je fais attention à mon vote]

Des nouvelles ont circulé en permanence par téléphone afin de dénoncer les irrégularités, et le site Pilas con el voto a mis en ligne des infographies actualisées reprenant les informations envoyées par les citoyens.

Víctor Solano (@solano), blogueur et journaliste, a annoncé depuis Bogotá :

Línea gratuita para reportar irregularidades durante #VotoCo: 018000912005

Ligne gratuite pour signaler irrégularité pendant #VotoCo : 018000912005

Alors que PAPpereza (@papereza) faisait savoir que :

Por ahora Antioquia le gana al país en materia de irregularidades electorales denunciadas en Pilas Con El Voto

Pour le moment c'est Antioquia qui remporte la palme en termes d'irrégularités électorales dénoncées sur Pilas Con El Voto

Quelques citoyens ont publié le bilan de ce qu'ils avaient vécu, à la fin de la journée.

Carlos A. Ramirez (@Caligular) a dit :

Muy tranquilas y con buena asistencia las votaciones en el centro occidente de Medellín. Una ligera lluvia humedece el final de la jornada.

Les votes dans le centre ouest de Medellín ont été très calmes et avec une bonne participation. Une pluie légère arrose la fin de la journée.

Et Comunicacion Wiki (@Wikiperiodismo) a rapporté que :

Largas filas se registran en algunos puestos de votación en Cali, el invierno azota el norte del Valle y relativa normal del órden público

De longues files d'attente ont été observées devant certains bureaux de vote à Cali, l'hiver s'abat sur le nord du Valle et ordre public relativement normal

D'autres réflexions ont été publiées à la fermeture des bureaux de vote, comme celle de Luis Alirio Calle (@LuisAlirioCalle), au sujet de l'achat de voix :

El problema del mundo no es de cositas, de regalitos, de empleítos. El problema del mundo es de conciencia.

Le problème du monde ce n'est pas les petites choses, les petits cadeaux, les petits emplois. Le problème du monde c'est la conscience.

Depuis Medellín, Juan Mosquera (@lluevelove) a déclaré que :

Son los que han decidido que su voto no tiene precio los que harán la diferencia al final del día.

Ce sont ceux qui ont décidé que leur vote n'a aucune valeur qui feront la différence à la fin de la journée.

Certains ont fait connaître leurs réactions au moment où le dépouillement commençait, comme Carlos Correa Cano (@kloscorrea) :

Por favor pueblo colombiano no le vamos a echar la culpa a Dios… El abstencionismo y los elegidos es culpa nuestra.

S'il te plaît peuple colombien, on ne va pas mettre ça sur le dos de Dieu… L'abstention et les élus c'est notre faute.

En comparant avec le football, M. Arias (@chori) a dit :

Oir resultados de elecciones me genera la misma sensacion que ver penaltis, pero más larga. Que cosa maluca.

Écouter les résultats des élections, ça me fait le même effet que voir des penaltys, mais en plus fort. C'est affreux.

Raigohead (@raigohead) a lancé un avertissement depuis Medellín :

Tengan miedo. Mucho Miedo.

Ayez peur. Très peur.

Depuis cette même ville, Perla Toro (@PerlaToro) a écrit alors qu'on annonçait élus maires de Bogotá et de Medellín [en espagnol] les candidats Gustavo Petro et Aníbal Gaviria :

Dios existe y al pueblo le queda gente honesta. #elecciones2011

Dieu existe et il reste au peuple des personnes honnêtes. #elecciones2011

Angel, du blog PC Web, fait part de ses critiques [en espagnol] :

Era impresionante cómo los “placeros” (aludiendo al parecido con los vendedores ambulantes de las plazas, los que venden aguacates, gafas y cosas por el estilo) de los partidos se abalanzaban sobre los electores para inducirlos a votar por sus candidatos.

La façon dont les « vendeurs ambulants » (pour évoquer leur ressemblance avec les vendeurs ambulants des places, ceux qui vendent des avocats, des lunettes et des choses du même style) des partis se ruaient sur les électeurs pour les pousser à voter pour leurs candidats était impressionnante.

Et il poursuit en s'interrogeant sur le fait qu'en Colombie il n'y ait pas de vote électronique :

Independientemente de los votos recogidos el día de hoy ciudad por ciudad en Colombia, creo que ya es hora (hace mucho rato es hora) de estar manejando el voto sistematizado, sin tarjetones de papel, sin tanto personal en las mesas, es más, uno debería poder hacerlo desde su casa si así lo prefiriera como elector, siempre y cuando valide su cédula, su huella digital y/o su rostro en el sistema para evitar suplantación de identidad. Pero no, aquí en este país de lentos en términos digitales, prefieren despilfarrar millonadas en tarjetones, personal supernumerario, jurados, testigos, etc. y no invertir en tecnología de punta que agilice procesos y les de transparencia.

Indépendamment des votes récoltés aujourd'hui ville par ville en Colombie, je crois qu'il est maintenant temps (ça fait un bon moment qu'il est temps) de mettre en place le vote systématisé, sans bulletin papier, sans tant de personnes pour les tables, mieux, on devrait pouvoir le faire depuis chez soi si l'électeur le préférait, pourvu qu'il valide sa carte d'identité, son empreinte digitale et/ou son visage dans le système pour éviter les usurpations d'identité. Mais non, ici, dans ce pays de lents en termes d'Internet, on préfère gaspiller des millions en bulletins, en personnel supplémentaire, en jurés, témoins, etc et ne pas investir dans une technologie de pointe qui facilite les processus électoraux et leur donne de la transparence.

Un appel a également été lancé via Facebook [en espagnol] à déposer un bulletin disant « Non à la réforme de la loi 30 », avec pour objectif d'attirer l'attention sur la réforme de l'éducation supérieure [en espagnol] menée par le gouvernement actuel.

La surprise du jour a été la victoire du vote blanc dans la commune de Bello (département d'Antioquia) qui devra recommencer les élections [en espagnol].

Pour conclure, une réflexion pertinente de Ana Vallejo (@anavallejoc) :

Lo que creo es que nos preocupamos el dia de elecciones y luego no hacemos control ciudadano para que las promesas sean cumplidas.

Ce que je crois c'est que nous nous inquiétons le jour des élections et qu'après nous ne faisons pas un contrôle citoyen pour que les promesses soient tenues.

On peut suivre [en espagnol] les opinions sur ces élections avec les mots-clés #elecciones2011 et #VotoCo.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site