Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Cuba : Les gardiens des espaces verts urbains

En décembre 2006, un kapokier centenaire, un Ceiba [en français], a été abattu dans le quartier San Agustín de La Havane, la capitale cubaine. Mais ce n'était plus un arbre. Il était devenu le symbole de la ville et du patrimoine culturel de cette nation caribéenne.

Ce triste événement a poussé un groupe de jeunes Cubains à fonder El Guardabosques (Les gardes  forestiers) en janvier 2007 avec la mission de “contribuer à une meilleure gestion des espaces verts.”

El Guardabosques a raconté la mort de l'arbre Ceiba par courriel à des centaines de destinataires, y compris des institutions gouvernementales”

“La réaction a été incroyable”, dit Isbel Díaz, fondateur du groupe d'écologistes, “et nous a incités à lancer la première action : publier un bulletin d'information numérique.”Le groupe publie désormais ce bulletin d'information numérique gratuit “pour dénoncer les déprédations anti-écologiques dans l'environnement urbain. “

Isbel Díaz, founder of El Guardabosques

Isbel Díaz, fondateur de El Guardabosques

Les membres de ce projet reconnaissent le rôle des réseaux technologiques et virtuels dans la création d'une communauté. Selon Isbel Díaz, les réseaux vous permettent de construire “vos canaux de communication propres pour dénoncer les actions des institutions privées ou publiques qui violent la loi, ou qui, à l'abri derrière les vides juridiques, causent des dommages à l'environnement.”

C'est ainsi qu'est né El Guardabosques, un réseau non institutionnel de personnes passionnées par la nature [espagnol] :

A partir de un núcleo inicial de unas cinco personas, todas vecinos de San Agustín, se han ido sumando puntualmente personas y colectivos a este trabajo. Hay quienes han estado solo en la siembra de una postura y nunca más hemos coincidido, y están quienes han participado en casi todo lo que se hace.

D'un noyau initial de cinq personnes, tous les résidents de San Augustin, personnes et groupes ont rejoint le réseau. Certaines personnes ont seulement participé à la plantation d'un arbre, sans plus se faire revoir, alors qu'il y en a d'autres qui ont participé à presque tout ce que nous faisons

L'aspect le plus important de ce projet est l'accent mis sur l'inclusion et la démocratie participative. Il n'y a pas d'exclusions fondées sur l'âge, le sexe, l'orientation sexuelle, les convictions religieuses, l'appartenance politique ou le statut économique pour participer à El Guardabosques.

Depuis plus de cinq ans, la diffusion du bulletin d'informations sur Internet a été complétée par des centaines d'actions telles que le nettoyage des rivières, de la mer et des décharges. En outre, des projets communautaires ont porté sur la plantation et l'entretien des arbres.

Actuellement, la lettre d'information de El Guardabosques est envoyée à près de 1000 adresses e-mail. Soixante-huit pour cent appartiennent à des résidents de Cuba qui accèdent à Internet depuis un accès à Internet privé, principalement des universités, des instituts de recherche, des institutions culturelles et artistiques. Le groupe a également participé à des événements comme la table ronde “Nous pensons cubains”, coordonnée par l’Association Hermanos Saiz.

Planting of an Anacagüita

La Plantation d'un Anacagüita. Photo de Isbel Diaz, reproduite avec son autorisation

En juin 2009, El Guardabosques a rejoint la Red Protagónica Observatorio Crítico [espagnol], un réseau qui travaille sur une douzaine de projets sur les questions liées à l'enfance, à la diversité sexuelle, aux minorités ethniques, à l'information et à la promotion de la culture, entre autres. Les participants ont inauguré leur quatrième sommet en 2010 par la plantation d'un arbre Anacagüita dans une pépinière.

Selon leur lettre d'information :

Trabajadoras del centro, encabezadas por su amable directora, niños de la comunidad, miembros de la Red Protagónica Observatorio Crítico, e invitados al evento decidimos colectivamente el mejor sitio para sembrar el arbolito, cavamos el hoyo, y sembramos y regamos la planta.

Les personnes qui travaillent au Centre, dirigées par son  aimable directrice, les enfants de la la communauté, les membres de Red Protagónica critico Observatorio et les invités ont décidé collectivement du meilleur endroit pour planter l'arbuste. Nous avons creusé le trou, planté l'arbre et arrosé le plant.

La mort de l'arbre Ceiba à San Agustín a permis de créer un formidable réseau de personnes qui se soutiennent mutuellement et qui militent pour défendre l'environnement. El Guardabosque a également agrandi  son réseau d'écologistes et créé un espace d'échange avec d'autres réseaux travaillant sur d'autres projets.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site