Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Langues: Wi-Fi gratuit pour la promotion du niuéen

Note de Rising Voices: Avec ce billet nous commençons une série présentant les personnes et organisations qui prendront part à un dialogue en ligne intitulé “Utilisation des outils des média citoyens pour promouvoir les langues sous-représentées” organisé en collaboration avec New Tactics and Indigenous Tweets du 16 au 22 Novembre.

L'île de Niue semble idéalement à l'abri du bombardement constant de courriels et de la surinformation. Située à 2 400 km de la Nouvelle-Zélande, l'aéroport international accueille un vol en provenance d'Auckland seulement une fois par semaine. Toutefois, pour les quelque 1500 habitants de Niue, pouvoir se connecter à l'Internet n'est pas seulement important pour l'industrie touristique, mais offre aussi une occasion précieuse pour encourager l'utilisation du niuéen ouko e vagahau Niuē en ligne.

Grâce à une initiative lancée par le gouvernement et la Fondation IUSN, tous les résidents et  visiteurs peuvent profiter du wi-fi gratuit dans toute l'île après avoir payé une seule fois les frais d'accèsInternet Niue a la tâche de maintenir le système Internet et fournir un appui continu à ses utilisateurs. Bien que les coûts d'exploitation pour la connexion par satellite ne soient pas négligeables, le pays est en mesure d'en tirer de précieux revenus par la vente de son adresse de domaine. nu.

Maintenant que ce pays est relié au reste du monde, il y a des gens qui y voient un moyen pour sauver la langue. La plupart des niouéens vivent à l'étranger, dont beaucoup en Nouvelle-Zélande où leurs enfants adoptent l'anglais comme première langue et les possibilités d'utiliser leur langue maternelle continuent de diminuer. Selon les estimations, le nombre de locuteurs du Niue s'élèverait à 25.000 dans le monde entier, avec seulement 1.200 qui vivent toute l'année sur l'île. Il y a des sites web qui offrent des cours pour ceux qui veulent apprendre la langue, et il y a même eu une campagne visant à créer une version de Wikipedia en niué , mais l'interaction à travers les outils web 2.0 peut être une façon alternative de se connecter avec d'autres locuteurs du niuéen.


Emani et TaniRose Fakaotimanava-Lui. Photo utilisée avec permission.

Le gestionnaire d'Internet Niue, Emani Fakaotimanava-Lui, qui a obtenu récemment le prix du Fonds de l'Innovation de l'Asia Society lors du Forum de la gouvernance Internet tenu à Nairobi en Septembre 2011, pour ses travaux sur l'île, est de ceux qui croient qu'on peut encore beaucoup faire pour profiter de la connectivité sur l'île. Alors que la plupart des habitants parlent couramment l'anglais aussi, Emani pensent que ceux qui partent à l'étranger ne doivent pas “perdre leur connexion avec leur langue maternelle”. Outre les projets de traduction, Emani espère également promouvoir des initiatives de blogs et Twitter en langue niue:

La langue de Niue – Vagahau Niue – ne survivra que si elle est utilisée quotidiennemment. Et cela signifie sur l'Internet.

Panneau signalant un service public en langue niue.Photo par Varsovia 103 et utilisée sous licence CC BY-NC-SA 2.0

Vous en saurez plus sur le travail de Emani et les projets de promotion de la langue niue lors du dialogue en ligne“Utilisation des outils de médias citoyens pour promouvoir les langues sous-représentées” du 16 au 22 novembre, et suivez Internet Niue (@InternetNiue) sur Twitter.

Photo de la vignette : un hiapo,  par Internet Niue, utilisée avec permission.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site