Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Égypte : Le parquet militaire rejette l'appel de Alaa Abdel Fattah

L'appel présenté par le blogueur égyptien Alaa Abdel Fattah pour être libéré en attente des conclusions de l'enquête, a été rejetée (3 nov.) par un tribunal militaire du Caire. Abdel Fattah a été arrêté le 30 octobre pour 15 jours après avoir refusé d'être interrogé par un tribunal militaire, et en insistant sur son droit à être interrogé par un tribunal civil.

Les avocats d'Alaa Abdel Fattah ont fait valoir, entre autres choses, qu'il ne risquait pas de s'enfuir. Il se trouvait  à San Francisco lorsque le tribunal l'a convoqué, et il est revenu quelques jours plus tard en Egypte pour comparaître devant le tribunal le lendemain.

Il est donc évident qu'il ne cherche pas à échapper à la justice. Au contraire, il insiste pour faire valoir son droit d'être jugé par un tribunal civil, dans une affaire où l'armée elle-même accusée.  Il s'agit du massacre qui a eu lieu durant des manifestations devant le siège de la télévision égyptienne, Maspero, sur lequel il  enquêtait.

Après le rejet de son appel, Alaa Abdel Fattah a été transféré à la prison de Tora, qui offre des conditions de détention bien meilleures que celle de la prison des appels. Il a publié un article dans le journal Al Shorouk [en arabe] et dans le Guardian [en anglais] dans lequel il  explique que les conditions dans cette première prison étaient tout simplement inhumaines et déclarait que son emprisonnement constituait un retour à l'époque pré-révolutionnaire du Président Moubarak. Alaa Abdel Fattah avait déjà été détenu sous Moubarak pendant 45 jours en 2006 après avoir participé à une manifestation demandant un système judiciaire indépendant.

Un deuxième billet d'Abdel Fattah [dont une traduction en anglais est disponible ici] a été publié sur le blog créé par Alaa et son épouse Manal, Bit Bucket (manalaa.net), qui est considéré comme l'un des meilleurs blogs  et des plus populaires d'Égypte et du monde arabe. Dans son deuxième billet, écrit derrière les barreaux, Alaa  dit qu'on lui a proposé un marché qu'il a refusé pour être libéré : d'arrêter d'attaquer le Maréchal Mohamed Hussein Tantaoui, chef du Conseil suprême des forces armées (SCAF), l'autorité au pouvoir en l'Égypte actuellement.

Sur une note plus personnelle, Alaa révèle un certain embarras pour avoir demandé à être transféré dans une prison plus humaine, et de devoir donc quitter ses compagnons de cellule. Il raconte à ses lecteurs que bien qu'il ait été assez courageux pour faire face à l'emprisonnement, il n'a pas été assez courageux pour  suivre l'avis de sa femme, Manal, enceinte de neuf mois, et il a gardé le silence devant le procureur militaire. Il savait que cela allait le conduire probablement à une détention. Il savait qu'elle le soutiendrait de toute façon, dit-il. Il termine son billet en remerciant pour le courage qu'il tire de leur exemple sa mère, ses sœurs plus jeunes et sa femme : être  séparé d'elle est le plus dur durant sa détention.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site