Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Chine, ennemi imaginaire du Japon

[Liens en chinois, anglais, français] Le conflit sur les limites des eaux territoriales entre la Chine et le Japon est toujours d'actualité. Preuve en est  l'arrestation du capitaine d'un bateau de pêche chinois, Zhang Tianxiong, arrêté le week-end dernier après être entré dans les eaux japonaises puis avoir entraîné les gardes-côtes de ce pays dans une course-poursuite en mer de quatre heures, qui s'est achevée lorsque le bateau chinois a été percuté et que son équipage emmené pour interrogatoire.
D'après presque tous les compte-rendus, Zhang pêchait dans une zone où il savait pertinemment qu'il n'aurait pas dû se trouver mais l'occasion de faire de cet incident un bras de fer nationaliste était trop bonne pour qu'on la laisse passer. Ou, comme l’a écrit sur son blog  [en chinois] Wu Ge, journaliste spécialiste des affaires militaires et rédacteur en chef d'un magazine :
这类事件,往往不可避免地牵动两国关系,外交部门不得不从较高层面加以关注、协调和化解,但是一个大问题来了。中国不少公众总是自动将所有这类事件(有时甚至包括所有不友好,挑衅性甚至挑逗性言论)统统上升到国家荣辱,大国地位,对外强硬,甚至两国要不要一战的层面。
Ce type d'incident finit toujours inévitablement par affecter les relations entre les deux pays et par ne laisser aux services diplomatiques d'autre choix que de s'en occuper au plus haut niveau, de collaborer et de désamorcer la situation. Mais c'est  alors que les gros problèmes surviennent. Un bon nombre de citoyens chinois transforment  tous les incidents de ce type en une affaire d'honneur national ( parfois en termes hostiles, arrogants ou même provocateurs)
ou bien encore, ce grand pays va même jusqu'à adopter une position dure et examiner s'il est opportun  pour les deux pays d'entrer en guerre.
Il s'est avéré par ailleurs que l'arrestation de Zhang – une sanction conforme au droit international –  a coïncidé avec des communiqués de la presse chinoise citant un média japonais selon lequel  un grand exercice naval américano-japonais aura lieu cette semaine au large de Kyushu. Non seulement celui-ci pourrait être le premier de plusieurs grands exercices défensifs futurs mais selon ce qui est largement rapporté par la presse japonaise,  la Chine servira d’ennemi imaginaire.
Jin Zishan , un blogueur de Phoenix aux États-Unis écrit à ce sujet :
日本媒体大肆渲染把中国作为“假想敌”,不知道是不是代表了日本官方的态度。是日本官方把不方便说的话借由媒体说出,还是日本媒体以说出这样的话起到推波助澜的作用,可以仁者见仁智者见智地去分析玩味。在官方的外交中,在军事的演习中,一般的惯例是不轻易将“假想敌”公然说出口。
把中国作为“假想敌”本就没有道理,何况是“公然”地。中国与日本最前沿的博弈是在钓鱼岛海域与东海海域,但是中国仍然一直保持了相当的克制,并没有作出太多的咄咄逼人的姿态。以此实况,中国怎么会公然上了日本媒体的“假想敌”榜单。
Les médias japonais soulignent le rôle de la Chine en tant qu’ “ennemi imaginaire”, mais nous ne savons pas si cela représente la position officielle du Japon. Le fait est que le Japon pourrait très bien utiliser ses médias  pour dire ce que l'État ne peut dire lui-même ou que la presse japonaise essaie juste de verser de l'huile sur le feu. Les gens verront ce qu'ils veulent voir.  Au niveau officiel et diplomatique, toutefois, et lorsqu'il est question d'exercices militaires, les conventions veulent que ce terme “d'ennemi imaginaire” ne soit  tout bonnement pas utilisé si ouvertement, si aisément.
Faire de la Chine un “ennemi imaginaire” n'a pas de sens, qui plus est de manière si “ouverte”. Le jeu entre la Chine et le Japon se déroule dans des zones voisines des îles Diaoyu et de la mer de Chine orientale, bien que la Chine ait toujours réussi à conserver une certaine retenue et ait rarement adopté une attitude agressive. Ceci étant considéré, comment la Chine a-t-elle pu se retrouver décrite comme “ennemi imaginaire” dans la presse japonaise ? […]
公然以中国为“假想敌”,无非是在制造新一轮的所谓的“中国威胁论”。给中国扣上莫须有的“威胁”的帽子,既是想借机利用国内不健康的政治生态,又在国际上捏造出中国的坏形象,试图以此达到有利于自己,让自己获利,使日本在与中国的竞争中占据上风的目的。同时也可以掩盖自己对外露出的“`”。
Déclarer la Chine comme l’ “ennemi imaginaire” n'est indiscutablement qu'une autre tentative de perpétuer cette fameuse “théorie de la menace chinoise”. Étiqueter la Chine  sans fondement aucun comme étant une “menace” est une pure tentative d'influer sur le climat malsain de la politique intérieure tout autant que de ternir l'image de la Chine sur la scène internationale. C'est une tentative du Japon de prendre la main sur la Chine dans cette compétition qui fait rage entre les deux pays, une manœuvre efficace par laquelle il cherche aussi à cacher au monde ses propres “crocs”.
树起一个中国“假想敌”,能够为日本的扩军备战、对外扩张营造舆论的氛围,进而逐步付诸行动。日本一直在实际加强自卫队的武装,日本有着极强的核能力、核积累,日本自卫队不断迈出向海外派军的步伐,是众所周知的事。11月3日是日本现行宪法(“和平宪法”)公布65周年纪念日,日本右翼媒体借机大肆鼓吹修改和平宪法,并将“自卫队”改变为“军队”。日本计划年内给39座离岛“命名”,搞不符合国际法的扩大日本“专属经济区”的“圈海”运动。日本还在有意将势力伸展到南海周边,对外扩张的倾向似乎越来越明显。
Faire de la Chine l’ “ennemi imaginaire” permet au Japon de développer ses capacités militaires, lui donne la possibilité de façonner la politique de la région et de graduellement passer à l'action. Le Japon […] a toujours aspiré à renforcer ses capacités de défense et a saisi toutes les occasions pour progressivement étendre celles-ci au-delà de ses frontières, ce n'est en rien un secret.
Ce 3 novembre était le 65ème anniversaire de la ratification par le Japon de sa “Constitution de la Paix”  d'après-guerre, une date dont a profité l'aile droite du pays pour demander que cette “Constitution de la Paix” soit modifiée, que ses “Forces d'auto-défense ” soient renommées “Armée”. Le Japon projette aussi de “donner des noms “ aux 39 îles au large de ses côtes avant la fin de cette année et même, en violation de la loi internationale, d'étendre sa zone économique exclusive maritime.
Il s'avère de plus en plus évident que le Japon cherche à se développer  et à étendre son influence jusqu'à la mer de Chine orientale.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site