Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine : Prisonnière de ses frontières, en dépit de sa croissance

[Liens en anglais] Il y a un mois, la Secrétaire d'État des États Unis Hillary Clinton a écrit que l'Asie est le centre d'intérêt diplomatique, économique et stratégique de la politique étrangère de son pays, signalant par là que la stabilité ou l'instabilité de la région sont largement tributaires des évolutions des relations Chine-USA alors que les deux pays apprennent à partager la même scène géopolitique.

En Chine, ceci résonne toujours comme un “complot d'encerclement”, et  Zheng Yongnian, directeur du East Asian Institute à la National University de Singapour, en a parlé dans ce billet publié la semaine dernière, qui contient un extrait de son dernier livre, The Road to Great Power: China and the Reshaping of World Order (Le chemin vers une grande puissance : la Chine et le remodelage de l'ordre mondial) qui doit sortir vers la fin de ce mois :

La Chine a une position géopolitique très spéciale, entourée de 21 pays (15 par des frontières terrestre, 6 par des frontières maritimes). De haut en bas, ce sont la Corée du Nord, le Japon, suivis des pays de l'Asie du sud est, puis l'Inde et le Myanmar (Birmanie). La Chine est le seul pays sur terre  entouré d’ armes nucléaires. La Chine peut-elle se sentir en sécurité ? Si le Mexique ou le Canada décidaient de développer l'arme nucléaire, les États Unis essayeraient de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour les en empêcher.

Maritime claims in the South China Sea. Image available on Wikipedia

Revendications maritimes dans la Mer de Chine méridionale. Image disponible sur Wikipedia

La Chine manque également d'espace international. Est-ce que la Chine est une puissance maritime ? Non, elle ne l'est pas. La Chine ne peut aller nulle part vers l'est, bloquée par les États Unis d'Amérique, le Japon, l'Australie, la Nouvelle Zélande et d'autres pays. Vers l'Océan Indien, il y a l'Inde. Le seul pays perçu comme ennemi par l'Inde est la Chine. Tout ce qui reste, donc, est la mer de Chine méridionale, dans laquelle les États Unis d'Amérique et d'autres pays ont des intérêts. Y bloquer la Chine ne lui laisse aucun point d'accès à la mer. La Chine ne possède même pas de portes-avions, comment y déploierait-elle des troupes ? Donc, comment fera la Chine pour remplir ses obligations internationales, voire accéder à une position de leader de la communauté internationale ?

Sara K. a soulevé un point important après la publication de mon billet précédent à ce sujet :

Si la Chine a vraiment envie de ne pas être considérée comme une “menace théorique”, elle devrait cesser de pointer autant de missiles en direction de Taïwan – et si l'Armée de libération du peuple pouvait accéder à  Taïwan, il serait plus facile pour elle d'attaquer le Japon. Si vous pointez des armes en direction des gens, vous serez perçus comme une menace.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site