Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Corée du Sud : L'émission satirique en ligne qui attire des millions d'auditeurs

La Corée du Sud est sous le charme de “Na-Ggom-su“, un talk show satirique hilarant, débordant d'humour et de mots crus. L'émission, uniquement disponible en ligne, parodie le président Lee Myung-bak et le Grand Parti national.

Les quatre animateurs disent ouvertement dédier leur émission à M. Lee, qu'ils surnomment souvent “Son Altesse”. Le nom de l'émission “Naneun Ggomsuda” (Je suis un hypocrite mesquin), est le surnom donné au président par ses plus grands critiques. Le public préfère cependant appeler l'émission par son acronyme, “Na-Ggom-su”.

Seulement huit mois après ses débuts, l'émission politique à petit budget rencontre un succès incroyable. Chaque épisode est téléchargé par plus de deux millions d'abonnés, environ six millions de personnes ont déjà écouté l'émission, et près de dix millions —soit un cinquième de la population totale— en ont entendu parler. Chaque semaine, à la sortie d'un nouvel épisode, le podcast est parmi les plus téléchargés sur iTunes.

Les quatre animateurs de l'émission. Na-Ggom-su détient les droits de l'image, utilisée avec permission.

À titre d'exemple, le dernier épisode

Le dernier épisode de Na-Ggom-su, (N°26), s'ouvre sur le cantique “Plus près de toi, mon Dieu“. Mais en écoutant plus attentivement,  les paroles s'avèrent parler de Naegok-dong [en anglais], un terrain coûteux que le Président a soi-disant acheté au nom de son fils, pour se construire une maison pour sa retraite.

La mélodie et le rythme restent identiques à ceux du cantique d'origine, mais son titre est “Plus près de toi, Naegok-dong“. Les fans adorent cette parodie, et ont créé de nombreux mèmes [en coréen]. Du côté de la communauté chrétienne, les réaction sont plutôt à l'indignation, et une plainte a été déposée contre l'utilisation de l'hymne sacré.

La phrase d'introduction de l'émission annonce le ton : “Vous autres devez savoir d'où vient votre stress quotidien : de la politique. S'intéresser à la politique et participer aux élections est la solution pour remédier à ce stress.”

À propos de l'ancien maire de Séoul Oh Se-hoon [en anglais], l'animateur ricane et s'exclame : “Quand il s'est retiré [après avoir perdu les élections], il a envoyé ch**r son propre parti, le parti au pouvoir. En vérité, il envoie tout le monde ch**r.” Un autre animateur intervient : “On l'appelle le distributeur de m**de.” Un autre lance un appel à Monsieur Oh : “Mon ami, je suis le seul là pour toi. Appelle moi si tu te sens seul.”

Les sujets abordés sont variés, depuis des histoires légères et amusantes à des analyses pointues sur d'importants problèmes sociaux. Grâce à la participation d'anciens ou d'actuels journalistes, l'émission révèle souvent des scoops exclusifs.

L'épisode 26, par exemple, a divulgué des manipulations infructueuses de la part des autorités autour du taux de participation aux dernières élections. Selon l'émission, la commission électorale a changé les lieux de vote au dernier moment. Le site où les électeurs pouvaient chercher leur bureau de vote a été inaccessible durant trois heures le matin des élections. L'animateur dit qu'il ne s'agissait pas d'un piratage par DoS, comme l'affirment les autorités, ni d'un problème lié au trafic important. Selon lui, c'était une manière de désorienter et  de décourager les jeunes électeurs de gauche qui voulaient voter avant d'aller travailler.

Il y a quelques semaines, M. Choo, l'un des animateurs également journaliste d'investigation, a fait un reportage exclusif sur Na Kyung-won [en anglais], la candidate du parti au pouvoir pour les prochaines élections municipales à Séoul. M. Choo a divulgué des informations sur les nombreuses visites de Mme Na à une clinique dermatologique de luxe, dont la cotisation annuelle pour les membres s'élève à 100 millions de won (90 000 dollars US). Mme Na, après avoir admis ses visites dans la clinique, a nié les allégations selon lesquelles elle y verserait une cotisation annuelle. Elle a porté plainte contre l'émission pour diffamation.

Malgré les menaces et les plaintes déjà en cours, les Coréens adorent l'émission. Les podcasts sont téléchargés sur des millions de téléphones ou ordinateurs, même à l'étranger. Les fans en parlent sur leurs sites préférés, et quatre grands flux RSS ont été créés. Blogger 2Proo a demandé au public de télécharger les émissions par la voie officielle (le podcast original), à cause des frais occasionnés par la gestion du trafic sur le serveur. Les frais de production sont financés par les producteurs de l'émission.

 

Une émission couverte d'éloges

De nombreux internautes sont surpris de trouver ce genre d'émission politique un peu extrême dans leur pays. Le blogueur Nokyitur 31 écrit [en coréen] :

MB에 대한 시시껄렁한 에피소드부터 굵직한 정치 윗이야기가 쏟아져 나온다. 포맷은 포장마차나 대포집에서 아저씨들이 술안주삼아 씹고 까불고 욕하다 박장대소하는 형식 지금의 20,30대는 수용가능할지 몰라도 ‘대통령 욕하면 쥐도 새도 모르게 잡아간다는 시절’ 을 살아낸 40대 후반 이상 연령대가 들어면 깜놀할 방송이다.

L'émission traite de politique, que cela soit à travers des anecdotes banales sur MB [initiales du président] ou des problèmes de société importants. Le ton est très désinvolte, comme si l'on surprenait la conversation des quatre hommes dans un bar de quartier, se chamaillant, blaguant, jurant et riant de bon cœur. Les jeunes d'une vingtaine ou d'une trentaine d'années apprécient ce côté désinvolte. Mais pour ceux qui approchent la cinquantaine et qui ont survécu à l'époque où les gens disparaissaient mystérieusement après avoir critiqué le président, c'est une émission très choquante.

Selon un autre blogueur, Jangbakim [en coréen], l'émission parle de ce que tout le monde veut savoir mais ne trouve pas dans les médias traditionnels, et rapproche les jeunes de la politique :

이들이 주고 받는 이야기가 마치 술김에 입에서 나오는 대로 마구 배설하는 느낌이지만 사실은 나름대로 철저히 준비하고 다른 (의도된) 큰 뉴스에 묻혀버린, 묻혀서는 안될 이야기들을 근거로 이야기를 풀어간다.무엇보다 정치 혐오모드의 젊은이들에게 정치 관심으로의 긍정적 역할을 좋게 본다[…]현재로서 어떤 TV나 신문매체보다 정치 상황을 제대로 바라볼 수 있는 통로라는 생각이 든다.

On dirait qu'ils disent ce qui leur passe par la tête après avoir bu quelques verres, mais en fait l'émission est préparée avec soin. Les animateurs choisissent des problèmes qui méritent d'être soulevés, mais sont négligés au profit d'autres informations. Je me réjouis de l'effet positif de l'émission sur les jeunes qui sont d'habitude indifférents à la politique. […] Je pense qu'aujourd'hui, c'est le meilleur programme qui arrive à transmettre la réalité politique, et ils le font mieux que n'importe quelle émission télévisée ou journal.

Le blogueur DongMakRyu liste cependant quelques défauts de l'émission :

70%의 사실과 20%의 찹리적 추론, 10%정도의 부정확한 정보로 이루어져 있다.[기존 기사 읽을때] 내용을 걸러서 읽을 수 있는 사람은 이 방송을 충분히 즐길 수 있고 거기서 새로운 사실을 알아갈 수 있다.[…] 소위 말하는 보수진영, MB진영에 대해선 사정없이 까는데, 소위 말하는 진보진영은 일방적으로 옹호하는 면이 있다. 특히 김어준이 흑백논리에 빠져 있고…

Dans l'émission, on trouve 70% de vérité, 20% de spéculation logique (analyse) et 10% d'informations incorrectes. Si vous pouvez faire le tri dans les reportages journalistiques traditionnels, vous pouvez apprécier l'émission et en tirer de nouvelles informations. […] Mais pendant qu'ils se moquent du camp conservateur du président, ils ne disent rien sur le camp plus libéral. Kim Ou-joon en particulier [l'animateur principal] voit tout en noir et blanc.

Mais le blogueur pense quand même que l'émission vaut la peine d'être écoutée.

Face à la popularité et l'influence de l'émission, le parti conservateur a créé sa propre version d'un talk show à destination des jeunes électeurs. Mais la plupart des blogueurs pensent qu'il n'arrive pas à la cheville [en coréen] de Na Ggom-su.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site