Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Taïwan : Des internautes réagissent à une affaire d'exploitation de domestique par une diplomate

Par la faute des législateurs mous et inconsistants, ainsi que celle de “certains” ou de nombreux – devrais-je dire – employeurs cruels, Taïwan a une triste réputation de maltraitance sur la main-d'œuvre étrangère. Cependant, cette fois, cette affaire embarrassante et fâcheuse ne s'est pas produite à  Taïwan mais dans la résidence d'une diplomate taïwanaise aux États-Unis.

Les gros titres des grands journaux taïwanais concerne Hsien-Hsien Liu (劉珊珊), la directrice générale du Bureau économique et culturel de Taipei (TECO) à Kansas City, accusée d'avoir sous-payé sa femme de ménage philippine, d'avoir restreint sa liberté de mouvements et de l'avoir forcée à travailler entre 16 à 18h par jour. Étant donné que Taïwan n'a pas de relations diplomatiques officielles avec les États-Unis, Hsien-Hsien Liu est, de fait et bien que non officiellement, une diplomate représentant le gouvernement taïwanais.

La plupart des médias soulignent l'impact négatif de cette affaire  sur les relations entre Taïwan et les États-Unis. Des hommes politiques du Kuomingtang, le parti dirigeant taïwanais (KMT), tout comme de l'opposition, c'est-à-dire du Parti démocrate progressiste (DPP), disent que le gouvernement taïwanais devrait “fermement” affirmer la souveraineté de Taïwan et exiger l'immunité diplomatique pour Mme Liu bien que le Procureur fédéral des Etats-Unis ait déclaré à la chaine NBC News que puisque Taïwan n'est pas un pays souverain, Mme Liu ne jouit donc pas d'un tel privilège.

Les droits de la domestique exploitée sont totalement absents du discours politique taïwanais, mais les utilisateurs de Twitter, eux, réfléchissent davantage aux comportements taïwanais à l'égard de la main-d'œuvre étrangère.

@ancorena dit ceci:

我猜想在許多人心目中,美國一向都是世界人權的燈塔。可是到了今天這種時候,台灣人可能還要靠美國人的過激手段裡才能學習正確對待外籍勞工,實在是場難以形容的荒謬劇情。

Je suppose que dans l'esprit de beaucoup de gens, les États-Unis représentent la norme mondiale en matière de Droits de l'Homme. Mais c'est un fait, les Taïwanais ont encore  à apprendre du système judiciaire américain sur la manière de traiter correctement la main-d'œuvre étrangère. C'est un drame incroyablement absurde et indescriptible.

GJ!, un compte Twitter parodique de fausses informations couvre aussi cette affaire :

外電報導,我駐美國密蘇里州堪薩斯台北經濟文化辦事處處長劉姍姍,讓菲傭超時工作,涉嫌壓榨虐待,且未依契約,只給對方1/3薪水,涉嫌詐欺,遭FBI探員逮捕拘留。外交部長楊進添昨證實此事,但表達嚴正抗議;因為劉姍姍所為不過是台灣雇主傳統,美方應予尊重。

Selon les articles étrangers, Hsien-Hsien Liu, la directrice générale du Bureau économique et culturel de Taipei à Kansas City, a été accusée d'exploitation de domestique et de fraude en forçant sa femme de ménage philippine à faire des heures supplémentaires et à ne lui payer qu'un tiers de son salaire et  elle a donc été arrêtée par le FBI. Le Ministre des Affaires étrangères Chin-tien Yang a reconnu les faits et a solennellement protesté : Puisque Mme Liu n'a rien fait d'autre que de suivre la tradition des employeurs taïwanais, les États-Unis devraient la laisser tranquille.

Torrent Pien demande plus de détails sur l'affaire :

劉姍姍的外傭說是公務雇用,但合約每個月薪資1240美金,但外傭只實拿450,中間的790跑哪去了啊,劉處長要不承認私人雇用,要不承認貪汙

On dit que la femme de ménage de Mme Liu a été embauchée à des fins officielles mais puisque, d'après son contrat, son salaire mensuel s'élève à 1240 $US, où sont les 790$ manquants ? Mme Liu n'a d'autre alternative que de reconnaître qu'elle l'a embauchée à des fins privées ou qu'elle est coupable de malversation.

book686 commente :

[外交官被逮事件] 目前為止幾位總統候選人都只在主權問題上表態,卻沒人在(勞動)人權問題上發言~~

[Sur l'affaire de la diplomate arrêtée] Jusqu'à maintenant, les candidats à la Présidentielle mettent seulement l'accent sur leur position quant à la question de la souveraineté de Taïwan et personne ne mentionne la question des Droits de l'Homme en matière de travail.

Angel Smile dit ceci :

像這種廢人,我覺得就讓美國去整治她最好;不然弄這垃圾回國,就算查出是貪汙,還不是又全身而退。

Que les États-Unis sanctionnent cette salope [NDLT: sic] sinon, si cette ordure revient ici [NDLT: sic], même si elle a commis des malversations, elle sera encore libérée.

Winkai a une idée :

我覺得劉珊珊應該要申請台灣的國賠,因為是台灣政府長久放任國人苛刻'使用'外籍雇傭,才會讓劉大公務員誤以為可以那麼作

Je crois que Mme Liu devrait faire une demande d'indemnisation au gouvernement taïwanais, qui a encouragé ses concitoyens à “exploiter” les femmes de ménage. C'est pourquoi Mme Liu a estimé qu'elle n'avait rien fait de mal.

Vous pouvez lire de précédents articles concernant Taïwan et les questions liées à sa main-d'œuvre ici , ici et ici. A ce propos, les femmes de ménage étrangères et les aides ménagères de Taïwan n'ont pas encore de droits légaux aux congés payés.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site