Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : Deux blogueurs à nouveau face aux tribunaux militaires

Ce billet fait partie de notre dossier sur  la Révolution en Egypte en 2011.

Un tribunal militaire a décidé dimanche 13 novembre de prolonger la détention provisoire du blogueur égyptien  Alaa Abd El Fattah de quinze jours, quinze jours après l'avoir arrêté dans le cadre d'une affaire que les avocats de la défense décrivent comme montée de toutes pièces. Le blogueur Maikel Nabil Sanad, de son côté, a vu son procès repoussé à nouveau, au 27 novembre.

Abd El Fattah a été incarcéré le 30 octobre, après avoir refusé d'être interrogé par le procureur militaire, qu'il estime ne pas être légitime. Son arrestation, et la mobilisation internationale qui s'est créée, ont permis d'attirer l'attention sur le problème des plus de 12 000 civils égyptiens jugés par des tribunaux militaires depuis que le SCAF (Conseil suprême de l'armée) a pris le pouvoir. Abd El Fattah est accusé d'incitation à la violence, d'avoir volé une arme et détruit des équipements militaires depuis le massacre de Maspero , le 9 octobre, au cours duquel 25 Égyptiens (bilan officiel) principalement Coptes (chrétiens) ont été tués durant des affrontements entre la police militaire et les manifestants, qui réclamaient des explications après l'incendie d'églises coptes à Sohag et Assouan.

Supporters wrote Freedom for Alaa Abd El Fattah on the ground outside the Military Prosecution building in Cairo. Photo by Nazly Hussein, posted on Twitter

Les supporters d'Alaa Abd El Fattah ont écrit "Liberté" sur l'asphalte, devant les bureaux du parquet militaire au Caire. Photo de Nazly Hussein, sur Twitter

Le procès de Alaa Abd El Fattah coïncide avec celui de Maikel Sanad – le premier blogueur à avoir été arrêté et condamné par un tribunal militaire après la révolution qui a provoqué le départ du président  Hosni Moubarak. Maikel Sanad a été condamné à trois ans de prison, pour un billet sur son blog que l'armée égyptienne a jugé diffamatoire.

 

Les accusations contre Maikel Sanad sont d'avoir diffamé l'armée, publié de fausses informations sur son blog et d'avoir troublé l'ordre public. Le mois dernier, la Cour d'appel des tribunaux militaires égyptiens a annulé la condamnation, mais n'a pas libéré Sanad, qui avait entamé une grève de la faim. Il a été transféré dans une unité psychiatrique.

Dans sa nouvelle cellule, Maikel Sanad poursuit sa grève de la faim et refuse tout comme Alaa que son affaire soit examinée par un tribunal militaire.

La décision de ce dimanche est vue par beaucoup comme une nouvelle atteinte à la liberté d'expression et aux droits humains dans l'Egypte post-révolution.

The Big Pharaoh résume cette journée :

@TheBigPharoah: Alaa a refusé de reconnaitre la légitimité du tribunal milaire,  #MaikelNabil a demandé à ses avocats de ne pas s'exprimer.  Respect. #FreeAlaa

Rasha Abdulla ajoute :

@RashaAbdulla: Alaa Abdel fattah prend 15 jours supplémentaires de prison, en attendant la poursuite de l'enquête. Le procès de Maikel Nabil repoussé Nov 27. Les détenus du Ministère de la défense acquittés.

On a cru dans un premier temps que l'une des accusations contre Alaa – vol d'une arme – avait été abandonnée.

Alfred Raouf tweetait :

@Kemety: sera détenu pendant encore 15 jours, ils ont laissé tomber l'accusation de vol d'armes. Il continue à ne pas reconnaitre ce tribunal.

Azza Shaaban rappelle les autres accusation [arabe] :

رغم اسقاط تهمة سرقة السلاح عن علاء عبدالفتاح لكن تهم التحريض واتلاف والتجمهر واستخدام القوة لسه لم تسقط
@Azza_Shaaban: Même si l'accusation de vol d'une arme a été abandonnée contre lui, les accusation d'incitations à la violence, de rassemblement, de destruction de biens et d'utilisation de la force sont toujours là.

Il s'est avéré que le juge avait “oublié’ quelque chose.

Sultan Al Qassemi raconte :

@SultanAlQassemi: Le procureur militaire d'Égypte : L'accusation contre d'avoir”volé des armes à l'armée” n'est pas abandonnée. Le juge a “oublié” de tourner la page (du dossier d'accusation).

Farah Saafan commente :

@FarahSaafan: Un Conseil militaire qui publie des actes officiels sur Facebook,  des juges qui oublient de tourner la page durant les procès, et sont incapable de protéger les minorité = voilà le SCAF

Moutaz Dawood ajoute [arabe] :

وبتجديد حبس علاء عبالفتاح .. يثبت المجلس العسكرى أنه لايجيد التفاوض ولا المرواغه .. ادواته الوحيده القضاء العسكرى والشرطه العسكريه
@Moutaz_D: En renouvelant la détention provisoire de Alaa Abd El Fattah, le SCAF prouve qu'il ne sait rien de l'art de la négociation, et que ses seules armes sont les procès et la police militaire.

Nazly Hussein fait savoir que Alaa Abd El Fattah était toujours aussi déterminé quand il est sorti du tribunal  [arabe]:

علاء خرج دلوقتي و هتف يسقط يسقط حكم العسكر من جوة البوكس

@nazlyhussein: Alaa vient de partir et chantait : “A bas, à bas le régime militaire” à l'intérieur du fourgon de la police.

Ce billet fait partie de notre dossier sur  la Révolution en Egypte en 2011.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site