Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Arabie Saoudite : Indignation après la condamnation d'une conductrice à 10 coups de fouet

Il y a 6 mois, Shaima Jastaniya a été arrêtée par la police alors qu'elle conduisait dans Jeddah. Au mois de septembre, Jastaniya a été condamnée à recevoir 10 coups de fouet pour avoir défié l'interdiction faite aux femmes de conduire mais, quelques jours plus tard, on apprenait que le roi saoudien lui-même la graciait.

Lors de son interrogatoire, Jastaniya avait expliqué qu’elle conduisait sa voiture car elle ne disposait d'aucun autre moyen de transport public ou privé et qu’elle devait absolument se rendre à l’hôpital. Au cours de ces dernières 48 heures, des utilisateurs de Twitter saoudiens ont confirmé que Jastaniya avait pourtant bien reçu la décision du tribunal et qu’elle avait 30 jours pour faire appel. Contrairement à d’autres conductrices saoudiennes telles que Manal Al-Sharif et Najlaa Hariri, Jastaniya ne s’est pas filmée en train de conduire et n’a pas publié de vidéo sur le Net.

En fait, les Saoudiens ont été bien plus surpris par la divulgation d’une convocation que le tribunal a envoyé au journal Al-Watan. Dans ce document, le tribunal assigne en justice deux femmes journalistes pour avoir écrit un article sur la condamnation au fouet que Jastaniya a reçue deux mois auparavant. Ces deux journalistes sont Nissrin Najm Al-Din et Samya Al-Essa. Voici en lien l’article qu’elles ont écrit et dans lequel elles mentionnent Jastaniya par ses initiales.

Illustration d' Emirati Wafa Al Marzouqi pour la campagne "Women to Drive". On peut y lire le slogan: "J'ai le droit de conduire!

Sur Twitter, Saudi Fahad (@Solidus_Fahad), excédé par cette nouvelle, a écrit :

@Solidus_Fahad: Si une femme peut être fouettée pour le simple fait de conduire, alors imaginez ce qui lui arriverait si elle exprimait ses opinions haut et fort ?!

@Solidus_Fahad: Une Saoudienne qui a de grandes convictions progressistes va être fouettée en public au nom de la religion et de la suprématie masculine ! Tout cela pour avoir conduit une voiture !

Depuis Jeddah, Noha Aldhahri (@MsNohaAldhahri) a annoncé dans un tweet que les deux femmes journalistes étaient assignées en justice :

@MsNohaAldhahri: #Le ministère saoudien de l’Information poursuit en justice deux #reporters pour avoir révélé que #Shaima était condamnée à la flagellation.

L’activiste saoudien  Waleed Abu Alkhair (@abualkhair), qui a comparu devant le tribunal en septembre dernier, a divulgué la photo de l'assignation en justice des deux reporters :

@abualkhair: Voici le document du #ministère saoudien de l'Information qui poursuit en justice deux reporters pour avoir écrit un article sur la condamnation à la flagellation de #Shaima http://twitpic.com/7dzqgi

A Riyadh, (@Anwaar33) critique ce qu'elle appelle le “système corrompu d'Arabie Saoudite” [arabe] :

في السعودية فقط تجلد فتاة لأنها ركبت مركبتها لقصد حاجتها بينما سارقوا المليارات لأمانة جده في قصورهم معززين
@Anwaar33: L’Arabie Saoudite est le seul pays au monde où une jeune femme est flagellée car elle a conduit sa voiture pour une urgence. Tandis que ceux qui volent des milliards à Jeddah vivent dans des palaces et ont droit à tous les égards.

Un Américain d'origine saoudienne surnommé (@Ana3rabeya) a mentionné sur Twitter la princesse Amira Al-Taweel, épouse du prince Waleed Bin Talal, qui, il y a deux mois, a publié un tweet affirmant que la condamnation de Shaima avait été levée :

@Ana3rabeya: Fictional TruthSeeker: “Le roi a-t-il oui ou non accordé son pardon à #Shaima?”, Ameerah Al-Taweel: *Crickets*.

Le blogueur Majed Al-Enizi (@QMajed) critique les lois d’Arabie Saoudite [arabe] :

يحق للمواطن أن يقرأ دستوراً صريحا بلائحة المسموح والممنوع بدلاً من الإعتماد على الحظ في تحديد نوع العقوبة التي سيواجهها
@QMajed: Un citoyen a le droit d'avoir une constitution qui stipule clairement ce qui est permis et ce qui ne l’est pas, au lieu de laisser le choix de la sanction au hasard.

Hala Khalaf (@tbaish) veut également voir les choses changer. Elle a écrit [arabe] :

بعد صدور حكم الجلد على شيماء، أتسائل متى سيتم السماح لطلاب القانون بدخول السلك القضائي وعدم احتكاره على ذوي اللحى
@tbaish: Lorsque Shaima a été condamnée à la flagellation, je me suis demandée quand permettront-ils aux étudiants en droit de devenir juges au lieu de réserver ce privilège aux « barbus ».

Farah Al Ibrahim (@farah_alibrahim), une femme vivant à Dubaï, aux Émirats arabes unis, a publié ce tweet [arabe] :

خلوها تضحي و تنجلد، يمكن جلدها يصحي فينا شي .. وما أبي أضيف أكثر أخاف انجلد انا بعد
@farah_alibrahim: Qu'elle se sacrifie et soit fouettée. Peut-être que ces coups de fouet éveilleront nos consciences… Je n’ajouterai rien de plus de peur d’être flagellée à mon tour !

Plusieurs utilisateurs de Twitter, la plupart écrivant sous un pseudonyme, ont applaudi cette décision, affirmant que quiconque osait enfreindre la loi devait être puni. D’autres ont profité de l’occasion pour dénigrer les « libéraux » et ceux cherchant à réformer le royaume. Cet utilisateur de Twitter a joué la carte du nationalisme contre les femmes activistes [arabe] :

منال الشريف اصولها مو سعوديه وشيماء كذلك الدليل ابي اشوف واسمع بنت حموله واصل وجذور سعوديه تسوق؟ كان جلدها ابوها قبل الحكومة
@ro7_aleslam: Manal Al-Sharif n’est pas d’origine saoudienne et Shaima non plus. La preuve en est qu'aucune femme saoudienne de souche ne prendrait le volant de sa voiture car son père la fouetterait avant même que le gouvernement ne le fasse.

Abdullatif Mohammad (@AboLa6eef) s’est plaint des tweets en faveur de Jastaniya, affirmant qu’elle méritait d’être punie [arabe] :

ي هوو ي عالم أزعجتونا بشيماء حقتكم ذي هي خالفت القانون ولازم تتعاقب بسكم هياط و كلام فاضي
@AboLa6eef: Vous m’ennuyez avec cette Shaima. Elle a enfreint la loi et doit être punie. Finissons-en avec ces idioties !

Il a ajouté :

عزيزتي البنت اذا تبغين تسوقين اطلعي برا السعوديه قسسسسم بالله مو ممنوع يعني عندك كل دول العالم هنا مافي سواقه أفهموا عااد
@AboLa6eef: Ma chère, si vous voulez conduire, quittez l’Arabie Saoudite et allez dans un pays où cela vous sera permis. Vous pouvez conduire dans le monde entier, mais pas ici. C'est compris ?

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site