Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Espagne : Une contre-campagne électorale ingénieuse sur le Net

La campagne pour les élections générales prévues ce dimanche en Espagne a une autre version, citoyenne et totalement différente, sur le Net. La contre-campagne virtuelle, initiée sous l'impulsion du movimiento 15-M (le “mouvement du 15 mai”), est hyperactive et se propage à travers les réseaux sociaux. Bien qu'elle s'adresse à l'ensemble des électeurs, elle peut surtout avoir des incidences sur les indécis et sur ceux qui ont tendance à exprimer leur morosité et l'indignation par le choix de l'abstention.

Même si l'idée majoritaire en Espagne est que tout est déjà décidé – les sondages annoncent la défaite du PSOE (Partido Socialista Obrero Español) et attribuent une majorité absolue au PP (Partido Popular) de droite – les internautes se sont lancés dans un contre-la-montre en se mobilisant, au cours d'un débat animé, pour la réflexion et le suffrage responsable et informé. La consigne majoritaire est de participer, mais en choisissant des formations minoritaires afin de briser le système bipartite et d'alternance au pouvoir consolidé depuis plusieurs décennies entre les socialistes et les populaires. L'abstention, précisent-ils, ne compte pas, et les bulletins blancs portent préjudice aux petites formations politiques.

La journaliste et blogueuse Mónica Solanas résumait il y a quelques jours ce sentiment dans un tweet :

@monicontomate : Il nous reste encore une semaine pour renverser la tendance de ce qui semble bien inévitable. Nous pouvons le faire. Nous devons le faire. #PPSOE #nolesvotes #votaaotros

D'autres twitteurs écrivent pour leur part :

@CarlosCAlvarez :  Déposer un bulletin blanc, c'est comme voter PP et PSOE, car cela fait monter la barre encore plus haut pour les petits partis #20N #reinicia

@ bufetalmeida : Ce n'est pas en votant pour ceux qui ont des politiques liberticides et restreignant nos droits que nous sortirons de la crise, cela ne fera que restreindre les droits et les libertés #nolesvotes #votaaotros #aritmetica20n

@ivanbreve : J'ai deux options pour voter. C'est clair que ce ne sera pas le #ppsoe. J'opterai pour la même chose #20N

@AiTask : Mon fils de 5 ans me demande ce qu'il y aura sur la terre le jour où nous aurons disparu comme les dinosaures. Je lui ai répondu : des politiciens et des banquiers. #2oN

Ateneapensativa : Ce qui est bien, c'est qu'après les élections, nous aurons 4 ans pour continuer à nous disputer pour une démocratie réelle @DRYmadrid ;)

Une des affiches de la campagne. Distribution libre.

Les initiatives sont nombreuses et sont discutées dans le cyberespace sous les hashtags #20N, #PPSOE, #nolesvotes ou #votaaotros, qui s'ajoutent et se superposent ces jours-ci à ceux qui encouragent la protestation et les actions dans la rue pour la défense de l'enseignement public (#porlapublica) ou contre les expulsions des citoyens qui ne peuvent pas payer les hypothèques de leur appartement (#stopdesahucios).

Democracia Real Ya (DRY), la plateforme qui est à l'origine de la première manifestation du 15 mai dernier, et est l'une des plus actives, a déjà fait connaître sa position :

Democracia Real Ya n'encourage pas l'abstention, les bulletins nuls ou blancs ni de donner sa voix à aucun parti concrètement, nous incitons à participer à l'élection en connaissance de cause et en conscience. L'option la plus efficace pour affaiblir les partis majoritaires consiste à donner sa voix à d'autres, même si cela peut être interprété comme l'acceptation du système électoral.

La Op20N, lancée par le mouvement des anonymes, défend une position similaire et la plateforme No les votes (Ne vote pas pour eux), une initiative très active sur le Net, qui a vu le jour en février pour dénoncer la loi Sinde et qui incite à ne voter pour aucune des trois principales formations présentes sur l'échiquier politique qui ont approuvé la loi, (outre le PP et le PSOE, le parti nationaliste catalan CiU, Convergència i Unió). Son portail a reçu plus de 4 680 000 visites uniques.

Nous ne te demandons pas de voter pour un parti ou une idéologie quelconque. Nous te demandons de ne voter pour aucun des partis ou idéologie concrètement, mais de t'informer pour vérifier s'il y a des alternatives politiques qui représentent peut-être mieux tes idées, et l'idée que nous autres citoyens nous faisons de la démocratie. La démocratie, ce ne sont pas les grandes partis : la démocratie, c'est toi et des millions de personnes comme toi. Sans ta voix, ils ne sont rien. Aux prochaines élections, NE VOTE PAS POUR EUX.

La plateforme renvoie vers le blog AritmEtica20N, qui calcule quelles sont les formations minoritaires qui ont le plus de chances d'être élues dans chaque circonscription et suggère de voter non pas en fonction de la couleur politique ni du programme mais d'un objectif à atteindre : “faire s'écrouler le monopole PP, PSOE et CiU et empêcher que le PP ne gouverne avec la majorité absolue”.

La contre-campagne électorale de DRY est très complète : elle a mis en place des outils de pédagogie électorale pour sensibiliser les électeurs et expliquer le fonctionnement de la répartition des sièges d'après la méthode D'Hondt, utilisée en Espagne ; elle organise également des actions de protestation massive, comme l'opération DoriYakiTu, qui, sous un nom exotique, propose aux électeurs de présenter ce dimanche devant les bureaux de vote une réclamation consistant à manifester leur désaccord avec le système  électoral et de scrutin actuel, considéré “injuste et disproportionné”, dans la mesure où il pénalise la représentation des minorités.

De même, le portail Socvot (dont le nom est formé sur “Social Vote” et signifie en même temps Je suis un vote, Soy voto, en catalan) essaie de clarifier le mécanisme et d'informer les électeurs sur toutes les options disponibles. Il montre également quelle serait la répartition des sièges au sein du Congrès s'il s'agissait d'une “circonscription unique” Twitter ou Facebook, en attribuant les sièges en fonction du nombre de suiveurs totalisés par chacun des partis dans les deux réseaux sociaux.

D'autres plateformes se mobilisent contre la corruption politique, comme le portail País corrupto, qui enregistre sur une carte de l'Espagne les cas de corruption impliquant les partis, ou Huele a Corrupto, une sorte d'agrégateur de nouvelles, blogs et commentaires dans les réseaux sociaux, qui utilisent les termes “corrompu” ou “corruption”. Une vidéo sur YouTube reprend au rythme de la chanson “Money“, de Pink Floyd, une présentation des candidats au Congrès et au Sénat visés par des présomptions, des enquêtes ou des présomptions d'implications dans des affaires d'abus de pouvoir.

1 commentaire

  • […] Espagne : Une contre-campagne électorale ingénieuse sur le Net · Global Voices en Français La contre-campagne électorale de DRY est très complète : elle a mis en place des outils de pédagogie électorale pour sensibiliser les électeurs et expliquer le fonctionnement de la répartition des sièges d'après la méthode D'Hondt , utilisée en Espagne ; elle organise également des actions de protestation massive, comme l'opération DoriYakiTu, qui, sous un nom exotique, propose aux électeurs de présenter ce dimanche devant les bureaux de vote une réclamation consistant à manifester leur désaccord avec le système électoral et de scrutin actuel, considéré “injuste et disproportionné”, dans la mesure où il pénalise la représentation des minorités. […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site