Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Timor oriental : Transparence et informations en ligne sur le budget 2012

Le 11 novembre dernier, le Parlement national du Timor oriental a donné son consentement préalable [en anglais, comme tous les liens suivants] à la loi de finances 2012 proposée par le Gouvernement. Dans les prochains jours, les sections spéciales du plan financier seront soumises à une nouvelle approbation de la Chambre.

L'ONG locale La'o Hamutuk a créé une page spéciale sur son site internet pour suivre en temps réel le débat institutionnel, fournissant aux citoyens une vaste gamme d'analyses économiques  et d'informations sur le plan du gouvernement ainsi que des documents officiels publiés par le Parlement.

Panoramica sulle previsioni di bilancio: 'Addio Conflitto, Benvenuto Sviluppo'

Panorama des prévisions budgétaires: "Adieu conflit, bienvenue développement"

 

La’o Hamutuk souligne par ailleurs à quel point l'augmentation du  budget national prévue pour 2012 est l'une des plus élevées au monde :

En termes de valeurs, le budget prévu pour 2012 dépasse de 35% celui de 2011 et est cinq fois plus élevé par rapport à celui de 2008. Selon les estimations du FMI, le Zimbabwe est le pays en lequel le budget de l'État a augmenté le plus rapidement ces quatre dernières années. La République démocratique du Congo se place au troisième rang avec une augmentation de 267%. Dans le cas du Timor oriental, même au vu d'un ajustement proportionnel à l'inflation, le budget 2012 s'avère être de 25% plus élevé par rapport à celui de l'année précédente et dépasse de 273% celui de 2006.

Synthèse des propositions budgétaires

La richesse du Timor oriental est principalement fondée sur ses rentes pétrolières en dépit du fait que les analystes exhortent depuis longtemps le pays à diversifier son propre système de production. A ce sujet, La’o Hamutuk souligne le fait que même le plan financier prévu pour 2012 néglige le développement des autres secteurs de l'économie :

 

Sans aides de l'État, l'économie non pétrolière du Timor oriental stagnerait et un processus de récession s'enclencherait. Vu que près de 95% des recettes de l'État proviennent du pétrole et du gaz, quel type d'économie  se dessinera pour le pays lorsque ces ressources seront épuisées ?  A moyen terme, en effet, notre richesse pétrolière ne suffira pas même à soutenir la moitié des services que le Gouvernement a l'intention de fournir l'an prochain. Voilà pourquoi il est nécessaire de développer un système de production non fondé exclusivement sur l'industrie pétrolière.

Pour l'heure, continue l'ONG, le Timor oriental ne possède pas de dette extérieure mais il sera contraint d'en contracter une l'an prochain pour faire face aux dépenses prévues par le gouvernement :

Selon ce qui est établi par le budget provisoire, le pays contractera en 2012 une dette extérieure de 33 millions de dollars pour tout à la fois soutenir le secteur sanitaire de Dili (la capitale) et améliorer les voies de communication dans le pays auquel s'ajouteront, ultérieurement, de futurs investissements. C'est la première fois que le gouvernement demande  au Parlement d'autoriser le recours à des prêts étrangers, profitant du fait que, ces derniers mois,  les députés ont approuvé toutes les lois demandées.

Le gouvernement a spécialement créé un portail pour la transparence du budget qui permet aux internautes non seulement d'avoir accès aux documents financiers et aux délibérations mais aussi de pouvoir télécharger l'intégralité de la  proposition de budget 2012 :

Quelques parlementaires ont critiqué le fait que les sommes allouées aux trois secteurs clés du pays (soit l'éducation, la santé et l'agriculture) ont été progressivement réduites au cours de ces dernières années, démontrant  la faible attention portée par le gouvernement à ces secteurs économiques et contredisant, par ailleurs, les promesses initiales de l'Exécutif. D'autres ont aussi accusé le gouvernement de se contenter d'investir dans de grands ouvrages d'infrastructure extrêmement coûteux et impossibles à achever qui pénalisent ainsi les secteurs fondamentaux qui, en tout pays, constituent les piliers du développement.

L'Exécutif a de plus réalisé et publié en ligne un document intitulé  “Le budget facile” pour fournir un panorama synthétique, clair et simple du plan financier 2012 :

Le Timor oriental possède, pour l'heure, l'un des processus les plus transparents en terme de règlement et d'approbation budgétaire : en plus des débats sur le sujet, transmis à la télévision et à la radio, ont été mis en ligne – et donc à la disposition des internautes – les documents et les délibérations officielles ainsi que les données en temps réel sur les dépenses de l'État… Le gouvernement a aussi lancé la campagne d'information “Le budget facile” pour présenter aux citoyens de façon claire et pratique le plan financier.

Toutefois, comme l'affirme l'ONG du Timor oriental La’o Hamutuk, le site internet du gouvernement réclame quelques améliorations :

Nous apprécions l'efficace coordination entre la Chambre et le gouvernement autour de la publication de documents.  Cette coordination a contribué à améliorer la transparence du dialogue institutionnel par rapport à autrefois. Malheureusement, l'accès au site du Ministère n'est pas encore clair et évident pour les internautes et par ailleurs, certains des fichiers s'avèrent trop lourds à télécharger.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site