Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pérou : Face à la pression populaire, le projet minier Conga est suspendu

[liens en espagnol] La région de Cajamarca, située au nord des Andes péruviennes, continue à manifester contre le projet minier Minas Conga, lequel est considéré comme le plus grand investissement minier de l'histoire du Pérou et menace, selon ses détracteurs,  de faire disparaître une vingtaine de lagunes qui sont à la base des écosystèmes locaux et sont des sources d'eau pour les communautés agricoles.

La grève régionale a fait au jour de la publication huit blessés: cinq personnes parmi les autochtone et trois policiers mais aucun décès n'a été officiellement confirmé, en dépit des différentes versions qui ont circulé à ce sujet. Le blog Mariátegui, Revista de las ideas (Mariátegui, revue d'idées) rapporte, quant à lui,  jusqu'à 18 blessés.

Les autorités sanitaires du département de Cajamarca ont informé la presse locale que l'affrontement entre les forces de l'ordre et les manifestants ont fait un total de 18 blessés parmi lesquels 12  civils et 6  policiers….

Stencil contre la mine Yanacocha, à Cajamarca. Photo de Jorge Gobbi (CC BY 2.0)

 

Alors que j'achevais cet article et que la grève régionale à Cajamarca  en était à son septième jour, la compagnie minière Yanacocha a annoncé la suspension du projet Conga ; cependant, les habitants ont déclaré que ce n'était pas cela qu'ils attendaient  mais bien plutôt que le gouvernement péruvien déclare l'invalidité définitive du projet minier, c'est-à-dire qu'il l'annule définitivement .

Les manifestations des habitants de Cajamarca ont suivi celles menées à la base par les agriculteurs des bassins qui devraient être directement affectés par ce projet puisque les lagunes mentionnées sont non seulement à la base des écosystèmes et des sources d'eau d'irrigation mais  fournissent aussi de l'eau pour la consommation humaine ; ce conflit s'est de plus exacerbé ces dernières semaines, après  les déclarations du Président Ollanta Humala qui a souligné qu'il “n'était pas contre les mines ” mais qu'il “travaillait pour que l'exploitation minière serve à la population”, qualifiant le projet Conga d’ “important pour le Pérou.

Comme détaillé auparavant sur le site Palabras van y Vienen (Les mots vont et viennent) :

On suppose que la mine Conga (située sur les districts de Huasmín, de Sorochuco  et de La Encañada, produira  entre 580 000 et 680 000 onces d'or par an ; qu'elle créera près de 5000 nouveaux emplois et qu'elle génèrera entre 800 et 1000 millions de dollars US en redevances et taxes minières pour la région et les gouvernements locaux de Cajamarca.

Les habitants de Cajamarca s'opposent non seulement au projet Conga mais réclament la démission du Ministre de l'Energie et des Mines, Carlos Herrera Descalzi. Jusqu'à présent, le seul qui ait démissionné, c'est le Vice-ministre de la Gestion environnementale, José de Echave, après avoir pris connaissance d'un rapport du Ministère de l'Environnement qui précisait que le démarrage du projet Conga “transformera de manière significative et irréversible la source du bassin hydrique et que, conséquemment à cela, plusieurs écosystèmes disparaîtront”.

De quoi sommes-nous en train de parler en termes environnementaux ? Le blog El Maletero – Red Verde Cajamarca fournit des données détaillées sur les lagunes menacées :

…Les 8 lagunes qui seront détruites (ou seront transférées, selon l'euphémisme minier) lors de la première étape du projet sont : El Perol, d'une superficie de 16,48 hectares ; Cortada, 3,64 hectares ; Alforja cocha, 19,10 hectares; la lagune  Azul, 4 hectares ; 3 hectares ; Mamacocha, 19,74 hectares ; Lipiac, 1,08 hectares et la lagune Chica, 1,35 hectares de superficie. Au total, ce sont  68,39 hectares de lagunes emplies d'eau. Est-ce que vous vous  imaginez combien de litres ou de mètres cubes d'eau sont contenus dans une telle étendue d'eau ? Et combien d'hectares de pommes de terre, de maïs, de blé, d'orge, de petits pois et de pâturages on cessera de semer?  (…) Si nous chiffrons économiquement toutes ces pertes  (…) toutes les centaines de millions de dollars de bénéfices qu'on accumulerait en 20 ou 30 ans ne suffirait pas pour pouvoir s'acheter de l'eau, des animaux et des produits agricoles qu'on obtient, putain [sic], grâce à ce simple liquide…

Panneau de l'entreprise Yanacocha: "Qu'est-ce qui contamine l'eau ?" Photo de Participatory Learning (CC BY-NC-SA 2.0)

 

Bien que le Ministère de l'Énergie et des Mines ait déjà donné son accord au projet, le Ministre de l'Environnement réclame qu'il soit procédé à une nouvelle estimation plus exhaustive de l'impact sur l'Environnement (EIA) que celle qui avait présenté le projet.

L'avocate Emma Gómez écrit dans le blog SERVINDI:

L'affaire Minas Conga met de nouveau sur le tapis la crédibilité des EIA et de leur processus d'approbation car il est n'est pas tolérable que ce soit le promoteur lui-même qui investit  dans le secteur minier qui approuve les  EIA. Comme ceci a été proposé par le Ministre de l'Environnement, cette compétence devrait passer au Ministère de l'Environnement.

Parmi les internautes, cetains sont pour le projet Conga et d'autres  contre.

Sur Twitter, Felipe (@marcielmarciano) commente :

Ainsi sont les radicaux RT @perucom: [VIDEO] La grève continuera jusqu'au retrait  du projet Conga goo.gl/gmYDm

OsOptimus (@OsOptimus) affirme aussi sur Twitter:

@el_observante_ CELA SE PASSE COMME IL Y A 500 ANS: LE CURE DONNE LA BIBLE A L'INCA, L'INCA LA JETTE PARCE QU'IL NE LA COMPREND PAS, AUJOURD'HUI COMME HIER LES ATAHUALPAS SERONT VAINCUS*(voir note en pied de texte)

A cela, El Observante (@El_Observante) réplique :

@OsOptimus le Pérou ne peut être entravé par un groupe de gens qui veut seulement un positionnement politique et ce, au prix même du progrès de Cajamarca.

Les Péruviens continuent d'attendre le développement et que se dénoue aussi cette affaire, une affaire qui est devenue la première crise significative et que devra résoudre le gouvernement du Président  Ollanta Humala.

*Note de la traductrice: Il est ici fait allusion à la ruse employée par  les conquistadors espagnols, lesquels  firent venir Atahualpa (le dernier empereur inca) à Cajamarca sous prétexte de déposer conjointement les armes et massacrèrent  au final tous les Indiens, anéantissant à jamais l'empire inca.]

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site