Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pérou : Des nouvelles du conflit autour de la mine d'or de Cajamarca par les blogs

[Liens en espagnol] Le conflit social contre  le projet minier Conga à Cajamarca continue, en dépit de l’annonce faite par la compagnie minière qu'elle suspendait ses activités. Les paysans ainsi que les autres manifestants réclament l’annulation définitive du projet, la grève régionale se poursuit et l'on annonce une probable Marche nationale pour l'Eau jusqu'à Lima.

L'origine du conflit réside dans le fait que le projet en question mettrait en danger une vingtaine de lagunes de l'écosystème local duquel les agriculteurs et les proches localités extraient l'eau – voire même entraînerait leur irrémédiable disparition. Et bien que l’étude d'impact sur l'environnement préconise de construire des réservoirs et des lagunes pour les remplacer, la population n'a pas accepté le projet.  De plus, un rapport du Ministère de l'Environnement a ensuite été rendu public . Celui-ci émet de sérieuses réserves sur cette étude et  “contredit de manière accablante le Ministère de l'Energie et des Mines […] qui a déclaré […] que l'EIA (l'étude d'impact sur l'environnement)  ‘était correcte et avait l'approbation du Ministère de l'Environnement’.” L'un des points qui a le plus suscité la colère de la population est le point suivant :

• Le rapport révèle que sur les quatre lagunes qui pourrait disparaître, seules deux,  celles de Perol et de Mala seront vidées pour extraire de l'or. Les deux autres, celles d'Azul et de Chica, “seront vidées et utilisées comme décharges pour les déblais” [sic]. Ce qui signifie que l'on assèchera deux lagunes pour accumuler des déblais dans leurs fonds.

Pendant ce temps, les médias nationaux – dont certains  affichent une ligne éditoriale clairement en faveur de l'exploitation minière – se contentent en général de passer des vidéos des manifestations, de reproduire les déclarations des fonctionnaires gouvernementaux et des compagnies minières ainsi que les avis donnés par les analystes politiques depuis Lima. Ce sont les seules choses que le citoyen ordinaire qui ne vit pas à Cajamarca entend dire et sait des habitants de Cajamarca. Et pourtant, ce n'est pas faute de sources d'information.

Vue aérienne de la lagune el Perol. Photo du Ministère de l'Environnement sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

 

Dj Radio 98.3 FM est une radio de Celendín, une autre ville du département de Cajamarca, qui diffuse sur Internet son programme d'information et son programme musical et présente par ailleurs des articles comme celui-ci : Celendinos Opinan en Redes Sociales Sobre Paro Regional (Les habitants de Celendín donnent leur avis sur les réseaux sociaux à propos de la grève régionale). Depuis son site, Radio Coremarca diffuse aussi ses programmes et publie des articles d'actualité sur Cajamarca, comme ce récent billet où l'on rend compte de l'annonce faite par le Président régional de Cajamarca d'émettre une Ordonnance régionale déclarant la non viabilité du projet minier Conga.

Les blogs tenus depuis Cajamarca sont encore moins connus. Peu se consacrent à ce sujet mais ils continuent d'informer. Par exemple, dans le  blog “El Maletero” “Red Verde Cajamarca”, Andres A. Caballero publie des photos, des communiqués et ses impressions sur l'évolution des manifestations, comme dans ce billet :

Lorsqu'elle a pris connaissance d'un spot publicitaire fait par Monseigneur Bambarén en faveur de la compagnie minière, la communauté catholique – et en particulier la communauté franciscaine – n'a pas tardé à y répondre via deux messages placés à l'extérieur de l'appartement de  Bambarén, “l'Eau c'est la Vie, NON AU PROJET CONGA”, “Défendons notre mère la Terre” et a fait savoir à  Bambarén que non seulement l'eau était un don de Dieu mais qu'elle nous avait été donnée pour en prendre soin, non pour la faire disparaître ou la polluer.

Voici un autre blog de Cajamarca:  Chungo y Batán, intitulé  “Revista del distrito de Sucre antes Huauco”. En général, celui-ci publie de nouveau les informations en provenance d'autres sources :  articles de presse, communiqués de diverses organisations et interviews comme celle de l'ingénieur civil Secundino Silva Urquía :

Le conflit concernant le projet CONGA est exemplaire car il a pris en un temps très court une dimension nationale et internationale : la balance penchant en faveur de ceux qui défendent l'eau et la vie. Ainsi donc, si dans le cadre d'un conflit, les négociations se font en fonction des intérêts des parties et non en fonction de leurs positions, quelle négociation peut-il y avoir entre un gouvernement qui dit : “Le projet Conga vaille que vaille!” et une population qui reste sur sa position, laquelle se résume à ce mot d'ordre : “Le PROJET CONGA NE SE FERA PAS !”?

Ici, la compagnie YANACOCHA SRL a commis et commet impunément des crimes écologiques effroyables : suppression de lagunes (Yanacocha, Maquimaqui, Corazón, Pato, San José), mort du grand fleuve et de nombreuses sources, disparition de la flore et de la faune, empoisonnement massif des localités (déversement de mercure à Choropampa), pollution des sols, de l'air et de l'eau, prolifération de maladies gastro-intestinales,  etc. Cajamarca manifeste pour ce qui s'est passé et ce, à juste titre.

Le blog Frente de Defensa Ambiental de Cajamarca (Front de défense environnementale de Cajamarca) se consacre aux sujets environnementaux et met à jour les informations concernant la région avec, pour alterner, des billets d'opinion comme celui de Mario Estrada Pérez.

La menace qui plane sur les provinces de Hualgayoc – ma province -, de Cajamarca  et de Celendín, de poursuivre le projet minier Conga de la compagnie Yanacocha  est en train de conduire la population, comme toujours, à se diviser en deux groupes irréconciliables : Les pro-mine qui dans leur majorité sont des anonymes  -pas étonnant! – et les anti-mine dont nous sommes et qui agissent à visage découvert, sans avoir honte.  Il en a toujours été ainsi et cela continuera à l'avenir. En d'autres termes : il y a, d'un côté,  ceux qui sont en faveur du capitalisme, du pouvoir et de l'autre, ceux qui sont en faveur de nos intérêts,  des intérêts des gens modestes. D'un côté, ceux qui se battent “pour quelques dollars supplémentaires” tout en sachant que la part du lion revient à la  Newmont (1) et à ses associés et de l'autre, ceux qui, comme nous, défendent l'eau, l'environnement, c'est-à-dire ceux qui ont pour slogan :  Défendons la Vie et la Nature! Voici quel est l'état des choses dans leurs grandes lignes.

Les blogs Mi mina corrupta (Ma mine corrompue) et  Celendín Libre proposent un contenu très semblable. On y trouve principalement des photos et du matériel graphique appartenant à diverses sources, comme cette illustration qui a pas mal circulé sur Internet ces derniers jours.

Voici un autre blog : El Moscón, celui de José Novoa, un intervenant de Cajamarca qui donne des informations sur les  évènements se déroulant dans la ville. Celui-ci a parlé du récent déplacement de l'armée dans la zone :

Quatre bataillons de l'Armée péruvienne sont partis de l'aéroport de Cajamarca en direction du quartier Zepita de Baños del Inca. […] L'attitude de l'Armée, semble-t-il, est de solutionner le problème du projet minier Conga en faisant usage des armes. Ce blog a photographié en exclusivité le déplacement des soldats. On les voit s'attaquer non à l'ennemi mais aux gens de Cajamarca qui luttent pour leur eau et cherchent à détruire une compagnie minière du nom de Yanacocha.

Radio Alfil est un blog qui informe aussi de manière continue sur les évènements liés aux manifestations des habitants de Cajamarca. Dans l'un de ses billets, il demande: Pourquoi ne pas déclarer la lagune El Perol  patrimoine écologique de l'humanité ?

A ce stade, la lagune El Perol qui se situe au sein de la concession minière de la compagnie Yanacocha dans le cadre du projet minier Conga, est devenue un emblème de la résistance sociale et écologique au Pérou et dans le monde, sans oublier un symbole de la solidarité et de la rapidité avec laquelle l'information se répand.

Quand une colline se transforme-t-elle en un Apu (2) et une lagune en une Cocha (3)?  Lorsque les habitants qui ont cohabité avec cette Nature le décident. Quelqu'un oserait-il assécher ou “transvaser” le lac Titicaca ou le fleuve Amazone ? Bien sûr que non. Il se peut que les activités humaines conduisent à de graves problèmes de pollution et de déforestation mais ceux-ci continuent quand même à être des entités inviolables, de par leur importance pour les sociétés qui les entourent.

Sur Facebook, il y a plusieurs pages pour ou contre le projet Conga et l'industrie minière en général. No a Conga est un groupe qui réunit 10 111 membres pour le moment tandis que Conga si va est une page que suivent 74 amis ; de même, la page Goyo no va, pour faire référence au Président régional  de Cajamarca, Gregorio Santos, comptent 69 personnes qui  “aiment”. Sur Foros Perú, parmi les diverses conversations sur le sujet, il en est une qui est très commentée “Yanacocha suspende el proyecto minero Conga (ultimo minuto). (Yanacocha suspend le projet minier Conga (dernière minute) “

Comme mentionné plus haut, le conflit social ne s'est pas radicalisé mais demeure d'actualité, exigeant l’annulation totale du projet. Un  groupe de parlementaires du parti gouvernemental a même demandé le retrait des machines de l'entreprise  Yanacocha qui demeure dans la zone ainsi que le retrait des forces policières qui se sont déplacées là.

D'un autre côté, on ne peut nier que l'annulation d'un projet de 4 800 millions de dollars -l'estimation faite de l'investissement dans le projet Conga – pourrait avoir des conséquences  négatives , compte-tenu du fait que l'investissement dans le secteur minier s'élève à  45 000 millions de dollars pour la prochaine décennie.  A Cajamarca, on commente déjà les pertes causées par la grève, lesquelles sont de l'ordre de 11 millions de soles dans le secteur des transports et de 3 millions par jour dans le secteur du tourisme. Cependant, les gens ayant un lien avec le milieu financier se sont exprimés avec prudence sur le sujet et l'ambassadrice des Etats-Unis a déclaré que les investisseurs ne manifestaient pas encore d'inquiétude  quant à cette cette paralysie.

Dans ce contexte, des voix de l'extrême-gauche se font déjà entendre et réclament un front de défense de la démocratie et pour la gouvernance – ce, afin de soutenir le Président Humala face au  “radicalisme de la droite” tandis que quelques analystes disent que les fêtes de Noël qui approchent vont apporter du répit au gouvernement.

Ce billet a été publié à l'origine sur le blog personnel de Juan Arellano le 2 décembre 2011.
(1) [Note de la Traductrice: Il s'agit de la compagnie minière américaine “Newmont Mining Corporation”, l'une des plus importantes compagnies au monde pour la production d'or]
(2) [ Note de la Traductrice: Un Apu est une montagne sacrée, le foyer des ancêtres.]
(3) [Note de la Traductrice: “Cocha” est un terme quechua qui signifie “lagune”.]

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site