Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : La révolte des “Hamsters du Net”

Au lendemain des élections, les Russes ont conflué en rassemblements contre la fraude électorale. Même si le parti Russie Unie, va perdre, selon les résultats préliminaires, quelque 77 sièges par rapport à la précédente Douma, les contestataires considèrent pour la plupart que l'élection n'a été ni honnête ni libre (voir nos articles de ces derniers jours sur les cyberattaques orchestrées et les rapports de fraude massive).

A la fermeture des bureaux de vote le 4 décembre, le mouvement Solidarnost a invité à manifester à la station de métro Tchistye Proudy à Moscou, tandis que les communistes, mécontents eux aussi des résultats du scrutin, organisaient leur rassemblement place Pouchkine. Les représentants du mouvement Solidarnost, dépourvus pour la plupart d'arène politique hors des actions de rue et de la blogosphère, ont réussi à réunir des milliers de personnes (si les estimations divergent, l'évaluation la plus équilibrée semble de 8.000 à 10.000 personnes).

Tchistye Proudy

Les gens ont commencé à converger pour le rassemblement de Solidarnost aux alentours de 19 heures locales. Georgiy Alburov a publié une photo de la file d'attente vers le site du rassemblement :

Line to the Chistye Prudy rally. Photo by Georgiy Alburov

File d'attente du rassemblement de Tchistye Proudy. Photo Georgiy Alburov

Le journaliste britannique Shaun Walker a tweeté [en russe] :

Par millliers dans le froid et la pluie, ils s'époumonnent pour des élections libres, Poutine en prison. Jamais rien vu de tel à cette échelle. Un vrai changement d'ambiance

La couverture générale a été chaotique avec la coupure de l'Internet mobile dans le secteur, et l'impossibilité de mettre en ligne vidéos et photos. LiveJournal a tenu la chronologie des événements ici [en russe].

Ce n'est que plus tard dans la soirée que les gens ont pu mettre en ligne des vidéos [en russe] du rassemblement et an particulier le discours [en russe] d'Alexeï Navalny, un des hommes politiques présents les plus populaires. Ce sont ses propos qui décrivent probablement le mieux la nature des évenements actuels :

Alexeï Navalny y crie :

“Nous avons nos voix. Nous existons. Est-ce que nous existons ?”

L'assistance : “Oui !”

Puis : “Ils peuvent nous appeler microblogueurs ou hamsters du Net. Je suis un hamster du Net ! Et je vais mordre [ces salauds à la figure.] Nous le ferons tous ensemble ! Parce que nous existons ! […] Nous n'oublierons pas, nous ne pardonnerons pas”

L'allusion aux ‘hamsters du Net’ (un terme péjoratif désignant les commentateurs politisés d'Internet) et leur volonté politique de transformer le pays ont détruit le mythe de la mollesse de l'engagement politique en ligne. Navalny a particulièrement insisté sur ‘oublier/pardonner’ pour faire comprendre que les internautes n'ont pas forcément la capacité d'attention fugace qu'on leur attribue souvent.

Direction Loubianka

Après plusieurs discours des hommes politiques d'opposition, l'assistance s'est mise en marche vers la place de la Loubianka, où se trouve le quartier général du Service Fédéral de Sécurité (FSB). La vidéo [en russe] mise en ligne par l'utilisateur bigvane montre les Moscovites se dirigeant vers la Loubianka en scandant “Elections libres” :

Mais la plupart des militants n'ont pas tardé à être stoppés en chemin. Ilya Barabanov a tweeté une photo de la rue barrée :

Blocked road. Photo by Ilya Barabanov

Rue barrée. Photo Ilya Barabanov

Vingt minutes après la prise de cette photo, Alexeï Navalny était interpellé par la police, suivi trois minutes plus tard par Ilya Barabanov. (Voir l'excellent photo-reportage des correspondants de ridus.ru ici [en russe].)

Mais même la garde à vue n'a pas suffi à briser l'esprit rebelle et l'humeur tout à fait positive des protestataires. Navalny, assis dans le véhicule de police en compagnie d'autres manifestants, a partagé cette photo instagram de ses co-détenus hilares :

'I'm sitting in a police bus with all the guys. They all say hi.' Photo by Alexey Navalny

Une autre vidéo, elle aussi tournée dans un bus de la police, montrait des protestataires discutant des salaires des policiers, au milieu des rires.

La révolution des hamsters

Le plus intéressant dans cette rébellion post-électorale n'est pas son caractère pacifique (aussi un trait important par contraste avec les violences des émeutes nationalistes), mais sa démographie neuve. Le reporter de Tvrain.ru a indiqué que l'assistance était essentiellement composée de “l'intelligentsia, de branchés, de jeunes.” “C'est un rassemblement tendance,” a-t-il expliqué. Ce qui a été ensuite étayé par les observations suivantes : l'âge des manifestants allait de 16 à 33 ans et pour beaucoup des interpellés c'était leur première expérience d'action dans la rue. Selon les termes de Vera Kichanova qui tweetait :

Леша Никитин пишет, что он единственный из 16 человек в автозаке, кого задерживали раньше. Остальные вышли на митинг впервые!

Liocha Nikitine écrit qu'il est le seul des 16 dans le panier à salade à avoir déjà été arrêté. Les autres participaient pour la première fois à un rassemblement !

***

Pendant ce temps, levada.ru, le site de l'organisme de sondage et d'études sociologiques Centre Levada, a été cyber-attaqué [en russe] et les contenus de epic-hero.ru retirés [en russe] par l'hébergeur.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site