Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Caraïbes : Réflexions sur la Journée mondiale de lutte contre le sida

Le 1er décembre dernier était la Journée mondiale de lutte contre le SIDA. Le thème de cette année était « Atteindre Zéro », ce qui, comme le rappelle un blogueur des Caraïbes, signifie qu'il faut s'efforcer d'atteindre trois objectifs : Zéro nouvelles infections HIV. Zéro discrimination. Zéro morts dues au virus du sida. En d'autres termes : couvrez vous, faites le test, luttez contre les stigmates liés au sida. Comprenez les faits et agissez.

Les blogueurs de la même région ont apporté leur contribution avec leur propre opinion sur le sujet pour soutenir le continuel combat contre le VIH et le virus du sida.

La Jamaïquaine tenant le blog Girl with a purpose a profité de l'occasion pour lancer un appel à l'abstinence sexuelle chez les jeunes.

En Jamaïque, 32 000 personnes sont atteintes du sida, mais plus de la moitié de celles-ci n'en savent rien. Cela représente une personne sur neuf. (Il y a plus de 2,7 millions d'habitants en Jamaïque).

Même si l'avancement technologique permet aux personnes atteintes du VIH et d'un sida avéré de vivre plus longtemps, il y a toujours des stigmates envers les malades.

Je fais appel à nos jeunes:

Votre bien-être est important aux yeux de Dieu.

Il sait que les relations sexuelles en dehors du mariage détruit l'esprit humain.

Être naïf au sujet du sexe et des relations sexuelles protégées peut vous tuer.

Le sexe ne va pas s'enfuir. Appliquez-vous à vous développer entièrement : votre esprit, votre cerveau, votre bien-être et votre corps.

Une de ses compatriote, qui tient le blog The Wickedest Time, a publié trois points de vue sur la Journée mondiale contre le virus du sida, ici, ici et ici, dont ces quelques extraits :

Le virus du sida est réel et c'est à vous d'être responsable : protégez-vous, faites le test de manière régulière et ne remettez le reste de votre vie que dans les mains de ceux en qui vous avez entière confiance, ne soyez pas aveugle face à un beau visage ou un beau sourire.

Les gens devraient commencer à faire attention à cette épidémie tous les jours, pas seulement en ce jour spécifique. Ce n'est pas suffisant de mettre en avant l'épidémie pendant une journée et de ne plus en parler les 364 autres jours.

Le taux de personnes infectées est alarmant, et c'est pourquoi nous devons davantage éduquer la population mondiale à faire face à une des maladies les plus mortelles sur cette terre. Avec si peu d'informations sur comment se protéger ou comment faire face à la situation si on est infecté, l'aggravation du problème est inévitable.

C'est un jour durant lequel nous voulons répandre la connaissance, pas la maladie. Le virus du sida est l'épidémie la PLUS destructrice  jamais connue dans l'histoire. Ne pas en parler ne le fera pas disparaître. La seule chose à faire c'est se protéger.

Au même moment, du côté de Ste.Lucie, la blogueuse de Alien in the Caribbean, s'est demandé si au contraire « l'amour véritable et une vie intime sexuelle épanouie entre les couples ne serait pas une des réponses à l'épidémie du virus du sida ». Elle explique pourquoi lorsqu'on en vient à l'intimité sexuelle dans la région, « la seule chose qui vienne à l'esprit des gens est la pénétration vaginale et rien d'autre. »

Ce manque d'imagination m'a attristé, surtout quand il y a des centaines de pratiques sans danger qu'un couple, même lorsqu'un des deux pourrait être infecté, peut faire pour partager intimité et plaisir. Cela m'a donc amenée à penser : “Est ce que notre manque d'imagination pourrait être une des nombreuses raisons de la propagation très rapide du virus du sida dans cette région ?’

Peut-être que si vous faisions davantage attention à la qualité de nos expériences sexuelles plutôt qu'au nombre de fois où on «tire un coup » (particulièrement les hommes), il serait plus facile de rendre notre routine sexuelle moins dangereuse. Le fait est que les pratiques sexuelles moins dangereuses vont de pair avec une sexualité de qualité.

Elle poursuit :

Une relation sexuelle de qualité provient d'une intimité permettant l'ouverture à la communication, à l'intérêt que chacun porte au plaisir et à la santé de l'autre, à l'exploration mutuelle, au partage de désirs et de fantasmes et à la liberté de se sentir à l'abri dans une relation amoureuse. En bonus, la plupart des infidélités qui répandent le virus du sida diminueraient d'autant si les deux partenaires étaient pleinement satisfaits de leur vie sexuelle avec leur partenaire.

On aurait espéré qu'à ce jour et à ce stade de l'épidémie du virus du sida, notre imagination aurait dépassé le rudimentaire coït. Nous sommes obstinément rattachés à une hypocrisie et une honte dépassées. Nous n'apportons pas assez d'aide, de thérapie sexuelle, de thérapie de couple ou d'éducation ouverte et honnête sur le sexe et la sexualité. Nous continuons encore à véhiculer des pratiques sexuelles primaires à travers la musique et la culture.

Ce n'est pas une coïncidence si les pays où il y a le plus de personnes contaminées sont ceux où la vision du sexe reste très conservatrice, refoulée, et soumises à l'hypocrisie religieuse.

Un blogueur voyageur et écrivain basé à Trinité-et-Tobago a posté une photo de Matthew Shepard accompagnée d'une déclaration faite par l'association créé en sa mémoire et a dédicacé son article :

À toutes les victimes de la maladie et de la haine et à l'espoir d'un meilleur lendemain.

Le Havana Times a conclu sur une note d'espoir:

Les objectifs fixés par l'ONU-SIDA sont zéro nouvelles infections HIV, zéro nouvelles discriminations et zéro nouvelles morts causées par le virus du sida.

Même si ces objectifs sont presque impossibles à atteindre, les experts font remarquer que, selon une étude, Cuba a développé un programme de prévention complet qui comprend des activités de recherche, des contrôles, une formation et des thérapies pour la population.

Des progrès remarquables ont été réalisés pour le traitement du virus du sida sur l'île, ce qui a contribué à l'amélioration de la qualité de vie des patients, a fait augmenté leur taux de survie et à fait diminuer les complications.

L'image en médaillon, AIDS Awareness Ribbon, est de Auntie P, utilisée sous une licence Attribution-NonCommercial-ShareAlike 2.0 Generic (CC BY-NC-SA 2.0) de Creative Commons . Visitez la galerie photos de Auntie P  sur flickr.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site