Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Corée du Sud : Non à l'accord de libre-échange avec les Etats-Unis

Cela fait deux semaines maintenant que des rassemblements sont organisés chaque jour à Séoul, la capitale de la Corée du Sud pour protester contre  l'accord de libre-échange (FTA) signé par le pays avec les États-Unis, un accord qui a été ratifié par l'Assemblée nationale de la Corée du Sud le 22 novembre 2011. Les citoyens ont exprimé leur profond mécontentement vis-à-vis du gouvernement et du Grand Parti National actuellement au pouvoir pour avoir passé en force cet accord en dépit de la forte opposition publique tout autant que leur défiance vis-à-vis des grands médias, lesquels rapportent rarement les manifestations organisées contre cet accord de libre-échange.

Compte-rendus des manifestations

La manifestation la plus récente, celle du 3 décembre, a réuni plusieurs milliers de manifestants [ liens suivants en coréen] à travers le pays. L'un des journalistes les plus influents de Corée du Sud, Media Mongu (@mediamongu), a tweeté une photo de la manifestation:

Image of Anti-FTA protest by @mediamongu

Photo de la manifestation contre l'accord de libre-échange de @mediamongu

#noFTA lockerz.com/s/161589038 광화문광장으로 향하던 한미 FTA 반대 시민들의 행렬이 청계천 동아일보 앞에서 경찰에 막혔습니다.

#noFTA lockerz.com/s/161589038 Un rassemblement contre l'accord de libre-échange se dirigeant vers le Square Gwanghwa a été bloqué par la police en face du bâtiment de Dong-a [NDLT: groupe de presse sud-coréen] sur la place Cheonggye.

Le syndicat des employés de presse (@mediaworkera également tweeté une vidéo et des photos de la manifestation:

Anti-FTA protest by @mediaworker

Manifestation contre l'accord de libre-échange. Photo de @mediaworker

 

종로1가 대로 경찰병력에 고립. 경찰 사방에서 해산경고 방송 중. 사거리 일대 시민들 가득 지켜보고 있음.pic.twitter.com/yyfK9pf8

La manifestation a été bloquée par la police dans la rue principale de Jongro 1-ga. La police est en train de diffuser partout des messages d'avertissement afin de neutraliser la manifestation. Les citoyens qui se tiennent près de l'intersection regardent tous attentivement cette scène.  pic.twitter.com/yyfK9pf8

Kwon Soo-hee (@tkawlsdlftls) a tweeté que, bien que les autorités reprochent à la manifestation de provoquer des embouteillages dans les rues bondés de Séoul, c'est en fait la police qui, du fait de sa réaction exagérée, est en train de créer le problème :

교통체증도 경찰이 먼저 도로를 점거하고 버스를 줄줄이 대니까 그렇지요. 버스를 타고 지나가다 보면 버스에 타고 있는 사람들도 FTA반대집회에 참여는 못하고 있지만 경찰 욕을 엄청 합니다.

L'embouteillage a été causé par la police. C'est la police qui a d'abord bloqué la route et garé les cars de police sur la voie. Lorsque je suis passé par là en bus, les gens qui étaient montés avec moi -bien qu'ils ne pouvaient participer à la manifestation contre l'accord de libre-échange-  la tenait grandement responsable de cet état de fait.

Alors que d'importantes manifestations continuent et qu'il est peu probable qu'elles cessent bientôt, les internautes partagent des tuyaux sur la manière de demeurer indemnes et de répondre aux questions des policiers. Bak Chan-hong (@mindgood) a tweeté les numéros de téléphone d'avocats dans chaque province.

Supporters et détracteurs

Bien que le gouvernement, le Grand Parti National actuellement au pouvoir et la plupart des grands médias affirment que l'accord de libre-échange avec les Etats-Unis est crucial pour l'économie sud-coréenne qui est essentiellement une économie d'exportation,  certains médias libéraux, journalistes citoyens et  militants soulignent le fait que celui-ci ne profitera qu'à quelques grosses compagnies directement concernées par l'exportation tandis qu'il impactera de manière négative les petites entreprises locales.

Ils ont aussi exprimé de profondes inquiétudes quant aux clauses “toxiques” de l'accord, telles que celle du système de règlement d'un différend entre un investisseur et l'Etat (ISD system), qui permet à un  investisseur étranger  de poursuivre un pays via une agence internationale pour le règlement des différends.

La majorité des citoyens ordinaires coréens font entendre leur forte opposition et les élites jusqu'ici silencieuses ont commencé à s'exprimer aussi. Les juges qui habituellement adoptent des positions conservatrices et expriment rarement leurs opinions en public ont critiqué l'accord. La semaine dernière, un long billet sur Facebook d'un juge confirmé critiquant l'actuel Président et l'accord de libre-échange avec les Etats-Unis a été vivement critiqué. La Cour Suprême a décidé de le  déférer devant le comité d'éthique pour violation de l'obligation de réserve.

Avertissant du fait que l'accord pourrait nuire à la souveraineté nationale de la Justice, près de 170 juges ont signé une pétition demandant à la Cour Suprême de former un groupe de travail pour renégocier l'accord, contre lequel ils projettent d'intenter d'ailleurs une action en justice prochainement. Bak Chan-hong (@mindgood) a approuvé la décision du juge:

판사들의 한미FTA재협상 요구가 거세지자 외통부는 충분한 이해가 없이 발언했다고 반박했군요. 그런데 외통부는 수백건이 넘는 협정문 번역오류로 국제망신을 당했지요. 이 정도면 이해부족보다 더한 자질부족이지요.

Alors que la demande des juges d'une renégociation de l'accord commercial s'est renforcée, le Ministère des Affaires étrangères et du Commerce leur a répondu qu'ils avaient fait des commentaires basés sur leur “faible compréhension” de la question. Mais qu'en est-il du dossier du Ministère ? Il s'est lui-même plongé dans l'embarras au niveau international en faisant plusieurs centaines d'erreurs de traduction. Les gaffes du Ministère sont bien plus graves qu'”un simple manque de compréhension”, il s'agit là d’ “incompétence”.

Des réalisateurs bien connus ont publiquement dénoncé l'accord et ont raillé les autorités. Après que le Ministre des Affaires étrangères et du Commerce ait fait ce commentaire “si le fait de m'anéantir [ce qui indique combien ils sont déterminés à faire n'importe quoi pour le mettre en œuvre] peut contribuer à mettre un terme à ces controverses autour de cet accord commercial, laissez-les faire”, le célèbre réalisateur Jang Jin a déclaré au show télévisé diffusé en direct le samedi soir en Corée du Sud que “de nombreuses personnes souhaitaient connaître le lieu et l'heure [de cet “anéantissement” au sens propre du terme]. Nous encourageons notre public à y participer.”

Défiance vis-à-vis des grands médias

De plus, le silence des grands médias coréens a alimenté la colère des citoyens, de nombreux ayant dû se tourner vers la presse internationale pour obtenir des informations sur l'accord. Un groupe a traduit une longue analyse du New York Times de l'anglais au coréen et un internaute a posté, via le site WikiTree, une analyse d'un universitaire japonais faite sur un média citoyen en ligne, qu'il a accompagnée des sous-titres en coréen.

L'émission satirique en ligne la plus populaire en Corée du Sud, ‘I'm a Petty-Minded Creep’ (Naggomsu – lire l'article de Global Voices sur cette émission) est devenue plus célèbre que jamais et reflète la profonde défiance des Sud-Coréens vis-à-vis des grands médias.

Image of the Naggomsu Concert in Seoul, Twitter picture by @ddanzi

Photo du concert de Naggomsu à Séoul, Photo Twitter de @ddanzi

 

Le 30 novembre, Naggomsu a organisé un concert ouvert à tous à Séoul pour protester contre l'accord commercial et a raillé le Président ainsi que les poids lourds politiques. Plus de 50 000 personnes y ont assisté. La police, cependant, a estimé le nombre des participants à 16 000 personnes.

Des internautes tels que Kim Seung-gyu, démentent les chiffres de la police. (Voyez cette fantastique photo du concert publiée par un média local sud-coréen en ligne, OhmyNews qui montre combien l'évènement était important.)

내 회사퇴근하고 칼퇴근하고 거기갔소 추운날씨에 정말많이 왔소[…]내 숫자를 잘몰라 세어보진 못햇지만 그게1만6천이면 내 확신컨데 한국인구는 2000천만정도일거요. 내 좌파는 아니오만 좌파라치고 이번엔. 거리로 나가야하오.

Dès que j'ai eu terminé mon travail, j'y suis allé [au concert]. En dépit du froid, de nombreuses personnes y ont assisté.  […] Je n'ai pu en fait les compter, mais si l'on table sur le fait qu'il y avait 16 000 participants, alors, la population coréenne ne serait que d'environ 20 millions [celle-ci est en réalité d'environ 50 millions]. Je ne suis pas vraiment un de ces “gauchistes”. Mais dans le contexte actuel, disons que j'en suis un car il est temps de descendre dans les rues.

Tak Hyun-min (@tak0518), un professeur bien connu qui critique ouvertement le Président et le parti dirigeant, se trouvait être le directeur musical et il a publié un embargo à l'encontre des journalistes et des reporters des grands médias conservateurs, parmi lesquels  Dong-a, Chosun, Joongang et Yonhap. Ces groupes de presse sont devenus extrêmement impopulaires ces dernières années pour avoir dit-on alimenté les lecteurs en points de vue faux et pro-gouvernementaux et ce,  sur presque toutes les questions.

Mr. Tak a tweeté ceci :

제가 기존언론사들과 몇개 찌라시들을 공개적으로 취재금지 선언하는 것은 당신들의 한계와, 의뭉스러움과, 거짓말을 알기 때문이고, 그걸 알고 있는 내일의 관객들이 맘상할까 싶어 미리 막는 것입니다. 그냥 공연을 보세요.. 그건 환영이니까.

La raison pour laquelle j'interdis officiellement à certains d'entre vous, grands médias et machines de propagandes, de couvrir l'évènement, c'est uniquement parce que je connais vos limites, vos doutes  et vos mensonges. Et c'est aussi pour cela que je veux protéger le public de vos attaques. Si vous vous contentez de regarder le spectacle – alors, vous êtes les bienvenus.

Naggomsu pourrait bien avoir bientôt des problèmes car le gouvernement renforce son contrôle Internet. Le 1er décembre, la Commission des Communications en Corée du Sud a passé en force un projet de loi  dans le but de créer un nouveau  groupe de censure afin de filtrer les messages en provenance des médias sociaux et des applications mobiles.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site