Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie : Razan Ghazzawi est LIBRE

Ce billet fait partie de notre dossier central en anglais Syrie 2011.

Mise à jour dimanche 18 décembre en soirée (heure de Paris) : Razan Ghazzawi est libre !

La blogueuse syrienne Razan Ghazzawi a été libérée sous caution après quinze jours de détention en Syrie.  Nadine Ghazzawi, sœur de Razan, a tweeté  dimanche 18 décembre en soirée depuis Damas (heure de Paris).

@NadineGhazzawi: #FreeRazan #Syria Famille est en train d'aller chercher ma sœur pour la ramener à la maison :)))

@NadineGhazzawi: hallelujah :)))))))) <3 C'est officiel, sœurette est sortie ! Nous souhaitons la même chose pour tous les frères et sœurs arrêtés.

Des informations ont commencé à circuler dimanche 18 décembre selon lesquelles la blogueuse et activiste syrienne Razan Ghazzawi pourrait être rapidement libérée. Razan avait été arrêtée à la frontière Syrie-Jordanie alors qu'elle se rendait à une conférence sur la liberté de la presse à  Amman le 4 décembre dernier.

Huit jour après son arrestation, Razan Ghazzawi a été inculpée d'une série de délits que la communauté des blogueurs a comparé à une “farce”.

Entre autres charges, Razan est accusée d'”avoir fondé une organisation destinée à changer l'entité économique et sociale de l'état”, et d'”avoir porté atteinte au sentiment national et tenté de provoquer des conflits entre les communautés,” avait écrit le quotidien libanais Daily Star le jour de sa comparution.

Sur la page Facebook “Libérez Razan”, ses soutiens ont annoncé que Razan Ghazzawi allait être libérée dimanche, citant une autre activiste syrienne Razan Zaitouneh. Le message ne précisait cependant pas quand.

The Free Razan poster

Le badge Free Razan qui a remplacé de nombreuses photos de profil sur Twitter et Facebook, pour appeler à la libération de Razan Ghazzawi

Nadine Ghazzawi, la sœur de Razan, avait répondu à cette information sur la page du groupe Facebook.

Je vous tiendrai informés, ne vous inquiétez pas, je ne garderai pas ça pour moi :)

Sur son compte twitter, elle avait précisé :

@NadineGhazzawi: #FreeRazan #Syria Razan n'est pas encore libérée, nous attendons toujours une confirmation officielle, c'est pour cette raison que je n'ai rien publié.

Sur le Net, les internautes et supporters étaient optimistes et aussi sceptiques. Mohja Khaf a tweeté :

@ProfKhaf: RazanZ dit que la libération sous caution de #FreeRazan Ghazzawi a été acceptée, mais elle n'a pas eu lieu encore.

En Egypte, Wael Abbas a écrit [arabe] :

انباء عن الافراج عن المدونة السورية رزان غزاوي بكفالة في دمشق
@waelabbas: Des nouvelles circulent sur la libération sous caution de Razan Ghazzawi à Damas.

Le Syrien Alaa Khangar  [arabe] :

القاضي يوافق على إخلاء سبيل الصحفية والمدونة رزان غزاوي ” نقلاً عن هيام جميل ” ‎
@alkh81: Le juge a accepté de libérer la journaliste et blogueuse Razan Ghazzawi, selon Heyam Jameel

Dima Khatib demandait confirmation :

@Dima_Khatib: Je n'arrête pas de lire des infos sur la libération de  @RedRazan mais je n'ai aucune source réelle. Quelqu'un à les sources ? #FreeRazan

Outre ses activités de blogueuse, Razan Ghazzawi utilise énormément Twitter, et elle a contribué à  Global Voices et a Global Voices Advocacy.Elle est aussi l'une des rares blogueuses syriennes qui écrit sous son vrai nom pour défendre les droits des blogueurs et activistes arrêtés en Syrie, ainsi que ceux des gays et des minorités.

Pour suivre les réactions, vous pouvez consulter la page facebook Free Razan ou le mot clic #FreeRazan.

 

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site