Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tunisie : Censure et liberté d'expression en 2011

Ce billet fait partie de notre dossier Révolution Tunisie 2011.

L'ex-président tunisien Zine El Abidine Ben Ali était un ennemi de la liberté d'expression. Avec ses tactiques pesantes, son régime a essayé de réduire au silence tous les dissidents. L'Agence Tunisienne d'Internet (ATI) a consacré d'importantes ressources à la censure d'Internet, tandis que le ministre de l'intérieur poursuivait et réduisait brutalement au silence les voix qui réclamaient des changements et des réformes politiques.

Le 14 janvier 2011, Ben Ali prenait la fuite pour l'Arabie Saoudite et depuis cette date, les Tunisiens ont eu la possibilité de s'exprimer librement par eux-mêmes, de manifester, de se réunir et de profiter d'un accès à Internet comme jamais auparavant. Pour autant, la lutte pour la liberté d'expression en Tunisie n'a pas cessé, une fois le président hors du pays. En effet, les pratiques héritées du passé étant difficiles à déraciner, des cas de censure et de répressions violentes à l'encontre de manifestants ont été déplorés après le 14 janvier.

Voici quelques-uns des incidents qui ressortent à l'occasion de cette rétrospective sur la censure et les tentatives de bâillonner les citoyens depuis la chute de Ben Ali.

L'armée est-elle la ligne rouge ?

Le 9 novembre 2011, Nabil Hajlaoui, un agronome de Sidi Bouzid, a été condamné à une peine de deux mois de prison pour avoir critiqué l'institution militaire tunisienne. Hajloui avait accusé l'armée de passivité dans la gestion des émeutes survenues à Sidi Bouzid après les élections lorsque la commission électorale indépendante avait invalidé un certain nombre de sièges précédemment attribués à la liste électorale “Pétition populaire” pour “infractions au financement de la campagne”. La liste a obtenu la majorité des voix à Sidi Bouzid. Hajlaoui a été libéré le 15 décembre d'après des informations publiées par Emna El Hammi, sur le blog collectif Nawaat.

Auparavant, en mai, l'Agence Tunisienne d'Internet avait exécuté une injonction de l'armée ordonnant la censure de cinq pages Facebook pour avoir essayé de ”nuire à la réputation de l'institution militaire et de son commandement”, avait déclaré le ministre tunisien de la défense. L'ATI avait ensuite mis fin à la censure de ces cinq pages ”pour des contraintes techniques”, selon les termes d'un communiqué publié ici.

Face à de telles pratiques, les activistes et les internautes tunisiens se demandent si l'institution militaire est une ligne rouge qui ne doit pas être franchie.

Le dénonciateur Samir Feriani et sa mise aux arrêts :

Samir Feriani aux côtés de son fils après sa libération le 22 septembre, photo de Yassine Gaidi

Samir Feriani, un haut fonctionnaire de police du ministère de l'intérieur tunisien, avait publié des articles dans un magazine, dans lequels il révélait que de hauts responsables au sein du ministère de l'intérieur s'étaient rendus coupables du meurtre de manifestants pacifiques lors du soulèvement et que des documents classifiés prouvant la collaboration entre le président tunisien déchu Ben Ali et le Mossad israélien avaient été détruits volontairement par les fonctionnaires du ministère.

 

Le 29 mai, Feriani était arrêté et transféré dans un centre de détention de l'armée, après quoi il avait été accusé “d'atteinte à la sécurité extérieure de l'État” et de “divulgation et de distribution d'informations susceptibles de troubler l'ordre public”.

L'affaire de Feriani avait rapidement suscité la sympathie du public, qui avait organisé des mobilisations et manifestations réclamant sa libération immédiate.

Le 22 septembre, un tribunal militaire prononçait la libération provisoire de Feriani, qui est actuellement en attente de son jugement par un tribunal civil.

Des pratiques policières du passé encore en vigueur :

Un manifestant tunisien frappé par un policier en civil, 6 mai 2011. Photo de l

L'année 2011 a été placée sous le signe des manifestations et des sit-ins en Tunisie. Au cours des deux premières semaines de cette année, la répression policière contre les manifestants a été dramatique, et s'était soldée par plus de 300 morts. Les choses n'ont commencé à changer qu'après la chute du régime de Ben Ali. Malgré cela, les autorités tunisiennes ont décidé à plusieurs occasions de faire disperser violemment les manifestants.

 

L'intervention policière la plus violente au lendemain de l'ère Ben Ali a eu lieu le 26 février, pendant une manifestation pacifique réclamant la démission de l'ex-premier ministre par intérim Mohamed Ghannouchi, qui avait dégénéré en de violents affrontements entre les manifestants et les forces de l'ordre. Ces affrontements s'étaient soldés par la mort de trois personnes.

En mai et pendant une manifestation contre le gouvernement, les forces de l'ordre s'en étaient pris non seulement aux manifestants mais aussi aux blogueurs et aux journalistes.

Le 15 juillet, les autorités avaient fait usage de matraques et de gaz lacrymogène, afin de dissuader les manifestants réclamant des réformes politiques et judiciaires d'organiser un sit-in devant le bâtiment du premier ministre.

L'année 2011 a donné lieu à de nombreux changements positifs en Tunisie. Malgré cela, les autorités n'ont toujours pas mis fin à leur pratiques héritées du passé. Dans le même temps, les Tunisiens en général, parmi lesquels les activistes et les blogueurs tout particulièrement, sont conscients que la lutte pour la liberté d'expression et la démocratie est loin d'être terminée.

Ce billet fait partie de notre dossier Révolution Tunisie 2011.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site