Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

“Ce que nous avons aimé traduire en 2011″ : le choix des traducteurs de Global Voices en français

Global Voices compte maintenant plus de 500 auteurs et traducteurs bénévoles. Ils forment un réseau mondial extraordinaire, et unique, de veille sur l'actualité à travers les médias sociaux. Global Voices en français est l'une des  plus importantes planètes de la galaxie Global Voices, soit plus de 20 sites en autant de langues. Depuis la naissance du site français, début 2007, près de 200 traducteurs bénévoles ont traduit ou traduisent chaque jour nos articles et brèves vers le français. Notre “famille” habite sur tous les continents : la francophonie est vraiment partout !

En 2011, les traducteurs francophones ont effectué un travail gigantesque de suivi des multiples révolutions et soulèvements historiques dans le monde entier par leurs traductions (et en tout premier chef, notre Suzanne Lehn, notre co-éditrice !). Mais comme les traducteurs et amis du site Global Voices en espagnol, quand nous leur demandons quelle(s) traduction(s) les ont le plus marqués en 2011, ils ne répondent pas automatiquement : “Les révolutions arabes” (Global Voices suit et traduit  les blogueurs du monde arabe depuis 2004). Leurs choix pour 2011 prouvent qu'ils sont très “Global Voices” et adhèrent à sa philosophie : parler des pays dont on ne parle pas (encore). A tous, un immense merci, et une bonne année 2012 !

mosaique

De gauche à droite, en haut : Samantha, Abdoulaye, Fabienne, Ange, Lou. En bas : François-Xavier, Noële, Gaël, Thalia, Stéphanie. Bonjour et merci à tous les autres !

Abdoulaye Bah, retraité de l'ONU, Guinéen de Rome en Italie, porte naturellement une attention particulière à l'Afrique.

J'ai bien aimé traduire le billet sur la victoire du candidat de l'opposition aux municipales au Mozambique. Cette victoire enseigne comment on peut gagner des élections dans un pays africain sans que le pouvoir puisse tricher et sans le déploiement de grands moyens.

Noële Belluard-Blondel, traductrice professionnelle vivant en France, a été la première à refuser de n'élire qu'une seule traduction…
Le dernier que j'ai traduit en 2011 m'a fait rêver… USA : La NASA a-t-elle découvert une planète favorable à la vie ? J'adore l'astronomie, les voyages dans l'espace me fascinent, ce sont nos explorations des temps modernes et nous n'en sommes qu'au début. C'est fascinant, exaltant !  Puis, je dois avouer que deux sujets m'ont particulièrement touchée : Bangladesh : Un courageux refus de la dot. Le courage de certaines femmes laissent songeur. Il me laisse songeuse. Et Chine : “Vous souvenez-vous de votre vie avant votre enlèvement ?” Là, j'ai été émue par la vie de ces personnes. Un sujet terrible, profondément émouvant.
Fabienne Der Hagopian, en Normandie, a pour principe de traduire ce qu'elle a le plus envie de lire  :
Vive notre diversité de goûts, qui fait qu'on traduit presque tous les billets publiés sur Global Voices en anglais :)  Pour 2011, les billets qui m'ont le plus marquée sont ceux sur les femmes du Yémen et leur courage, comme celui-ci sur les femmes de la révolution. C'est triste qu'on n'en parle pas plus dans les médias traditionnels.  Cela me rappelle la chanson de Balavoine, “Revolucion“.
Les choix de Ange Pambou, enseignant, illustre la diversité des sujets couverts :
Pour 2011, mes coups de coeur sont : un billet sur les “Bidun” au Koweit (je ne connaissais ni le terme ni le phénomène), un autre sur l'homosexualité au Ghana (qui, en plus de dire assez bien les difficultés qu'il y a à être homosexuel en Afrique, démonte de manière assez méthodique les arguments souvent avancés contre l'homosexualité), la lettre d'une jeune Chinoise au tueur norvégien après les massacres en Norvège, le récit saisissant d'un “gitan du nucléaire” dans la foulée de Fukushima, un billet sur l’interdiction des batailles d'eau à Téhéran pendant l'été et puis — sans doute mon favori parmi les favoris — un billet étonnant sur le quotidien d'un non-voyant, par ailleurs critique cinématographique.

Stéphanie Camus, qui dirige un site de e-commerce, prend le temps “d'écouter le monde” en traduisant  :

Je crois bien que c'est ma traduction de l'anniversaire du massacre de Sabra et Chatila qui m'a le plus marquée. Je venais juste de regarder le film “Valse avec Bachir” ; je trouve que le devoir de mémoire prend tout son sens lorsque l'on commémore un tel évènement. C'est un épisode marquant d'une guerre longue qui symbolise, à mon sens, toute l'horreur et l'absurdité d'un conflit armé, quel qu'il soit…

Lou F., qui étudie actuellement au Royaume Uni, est fan de langues, et a fait de belles rencontres :

En 2011, j'ai adoré traduire le portrait de Julie Kertesz, car c'est l'une de ces personnes qu'on aimerait croiser plus souvent : passionnée, active, et surtout très humaine. J'ai également beaucoup aimé l'article sur la blogosphère galloise. Global Voices nous permet de découvrir des voix du monde entier, et je trouve cela formidable que des langues régionales viennent se joindre au chœur international !

Samy Boutayeb, notre spécialiste de la liberté du Net et du mouvement des logiciels libres, refuse de choisir :

Impossible de choisir en ce qui me concerne, car j'ai aimé non seulement lire mais aussi traduire, pour les partager, *tous* les billets que j'ai traduits.

Tahlia Rahme, qui travaille au Global Road Safety Partnership avec la Fédération Internationale de la Croix-Rouge à Beyrouth, est une fan de “brèves” :

Quand je commençais à en traduire, je n'arrivais plus à m’arrêter. J'ai essayé cette année de traduire toutes celles en relation avec le Moyen Orient, il était un peu de mon devoir de faire connaitre le Moyen Orient et son actualité au reste du monde, notamment au monde francophone et surtout de contribuer à changer une image ou des préjugés.

François-Xavier Ada Afana est un jeune traducteur camerounais très enthousiaste qui étudie à… Chypre :

De loin, le billet  que j'ai aimé lire et traduire est celui sur l'anniversaire de l'indépendance de la Tanzanie. Un bon aperçu de la situation du pays.

Gaël Brassac, un Dauphinois qui a la tête au Japon, a choisi la formule du “Top3″.

1. Monde : des blogueurs répondent à une personnalité anti-niqab parce que cet article est un modèle du genre contre la bien-pensance ethnocentrée, contre le féminisme extrêmiste, et pour la tolérance spirituelle.  2. Chine : Il y a 100 ans, la Révolution Xinhai Parce que j'adore l'histoire et la Chine, donc les deux assemblées ne pouvaient que me plaire !  3. Mozambique : Les dessous de l'arrestation du chanteur MC Azagaia Parce que c'est pour ce genre d'articles que j'aime Global Voices : traiter d'un pays dont on ne parle jamais dans les médias traditionnels.

Samantha Deman a commencé à traduire pour Global Voices  lorsqu'elle vivait à Singapour et offre une belle vue panoramique de ses années Global Voices.

Je choisis la toute première traduction que j'ai faite, en 2008. Philippines : crise humanitaire à Mindanao. Simplement parce qu'elle marque pour moi le début de mon aventure au sein de Global Voices. J'aime l'idée de pouvoir informer de ce qui se passe dans les régions les plus reculées, voire oubliées, et de participer ainsi à tisser du lien entre des gens vivant aux quatre coins du monde.

1 commentaire

  • ohhhhhh joli tableau :) et qui en outre reflete parfaitement la diversite et unite de la famille ou du Clan GV :)

    jamais je ne regretterais la jolie erreur qui m’a fait joindre GV et GV en francais surtout :)

    Benie erreur ….

    je vous aime tous ..

    Merci

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site