Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un historique de la réussite politique des femmes noires en Europe

Des femmes issues de la diaspora africaine ont su accomplir des parcours socioprofessionnels exceptionnels  hors de leurs pays d'origine. Beaucoup se démarquent aussi en politique dans un contexte pourtant difficile. Ces femmes  sont souvent parties de loin aussi bien d'un point de vue géographique que dans un contexte culturel et historique chargé d'embûches.

Pour mieux apprécier le chemin parcouru,  Il faut remonter au XIXeme siècle et se rappeler de  l'image que les Européens se faisaient de la femme noire. Ce billet traitera seulement des cas de femmes de la diaspora africaine qui ont été élues ou nommées à des postes de responsabilité dans des pays autres que l'ancienne puissance coloniale qui dominait leur pays d'origine.

Une histoire semée de stigmatisation raciste 

L'histoire de la “Vénus hottentote” est symptomatique  des relations de l'occident avec la femme africaine au siècle dernier.  SebHervieu raconte l'histoire de la sud-africaine Saartjie Baartman, plus connu comme étant la “Vénus hottentote”.  Dans un billet paru en octobre 2010 sur son  blog afriquedusud.blog.lemonde.fr, il fait la critique du film d’Abdellatif Kechiche sur cette histoire tragique:

Au début du XIXème siècle, cette servante est emmenée en Europe et devient un objet de foire en raison de ses attributs physiques proéminents. Certains “scientifiques” utilisent sa présence pour théoriser l'infériorité de la “race noire”. Lorsqu'elle meurt à seulement 25 ans, ses organes génitaux et son cerveau sont placés dans des bocaux de formol, et son squelette et le moulage de son corps sont exposés au musée de l'Homme à Paris. C'est seulement en 2002 que la France accepte de rendre la dépouille de Saartjie Baartman à l'Afrique du Sud, concluant ainsi un long imbroglio juridique et diplomatique.

Une carte postale représentant Saartjie Baartman, sur Wikipédia (licence CC)

Morte  à Paris le 29 décembre 1815, les Khoïkhoï font appel à Nelson Mandela pour demander la restitution des restes de Saartjie afin de pouvoir lui offrir une sépulture. Cette demande se heurte à un refus des autorités et du monde scientifique français au nom du patrimoine inaliénable de l'état et de la science. la France restitua la dépouille à l'Afrique du Sud qui fut  purifiée et placée sur un lit d'herbes sèches auquel on mit le feu selon les rites de son peuple.

Norvège 

Deux siècles plus tard,  la place de la femme noire en Europe a drastiquement changé.  Entre autres, elles sont maintenant nombreuses à avoir été élues  à des postes de responsabilités politiques.

Mme Manuela Ramin-Osmundsen est l’une d’entre elles et une des plus intéressantes car elle illustre les contradictions qui existent encore dans certains pays. Elle a du démissionner, à peine 4 mois après sa nomination à un poste de ministre en Norvège.  Le blog grioo.com nous  décrit son parcours :

 

Originaire de l’Ile de la Martinique, à 44 ans, Manuela Ramin-Osmundsen a obtenu son poste de ministre de l’Enfance et de la Parité au sein du gouvernement de centre-gauche norvégien le 18 octobre 2007[…] Elle est mariée avec Terje Osmundsen, un homme politique membre du parti conservateur norvégien. Après son mariage, elle a pris la nationalité norvégienne et renoncé à celle de la France. Le pays n’autorisant pas la double nationalité.

Dans une interview accordée à Patrick Karam du site fxgpariscaraibe.com,  elle explique une partie des raisons qui ont joué en sa faveur pour sa nomination et les forces qu’il l’ont contrainte à démissionner après seulement 4 mois depuis sa nomination:

En Norvège, il y a obligation de représentation des deux sexes dans les conseils d’administration, 40 % de femmes au minimum. Nous menons aussi une politique pour inciter les hommes à prendre plus de responsabilité dans le foyer pour laisser les femmes entreprendre professionnellement. J’ai travaillé aussi sur l’enfance en danger, les violences, les maltraitances… J’ai travaillé quatre mois sans être critiquée, c’était une expérience réussie. Les critiques sont venues avec la nomination d’une médiatrice.  Avec du recul, tout le monde voit que c’est une bagatelle. J’ai cédé au pouvoir de la presse.

 

Manuela Ramin-Osmundsen on Wikipedia (Norway) (CC-license)

 Suède

Nyamko Sabuni est originaire de la République Démocratique du Congo. Née en 1969 au Burundi, dont le père avait fui la persécution, ell est élue députée au Riksdag en 2002 et devient, à 37 ans, ministre de 2006 à 2010 en Suède.

Nyamko Sabuni

Nyamko Sabuni, Wikipedia (CC-BY-SA)

Un billet publié par congopage.com raconte son parcours:

En 1981, à l’âge de 12 ans, elle est arrivée en Suède avec sa mère et trois de ses cinq frères et sœurs. Là, elle a retrouvé son père, un opposant politique plusieurs fois emprisonné au Congo (actuellement République démocratique du Congo), venu dans le pays nordique grâce à Amnesty International.

Pays-Bas

Le blog hirsiali.wordpress.com présente le profil de Ayaan Hirsi Ali :

Née en Somalie en 1969, excisée à l’âge de 5 ans, Ayaan Hirsi Ali est scolarisée dans un lycée musulman pour filles. Soumise à ses parents, à son clan et à sa religion jusqu’à l’âge de vingt-trois ans, elle profite d’un passage dans sa famille en Allemagne, pour s’enfuir et échapper à un mariage forcé. Réfugiée aux Pays-Bas, elle adopte les valeurs libérales occidentales au point de devenir une jeune députée à La Haye et de s’affirmer athée. Pour avoir travaillé dans les services sociaux du royaume, elle connaît, de l’intérieur, les horreurs tolérées à l’encontre des femmes au nom du multiculturalisme.

Farouche opposante à plusieurs aspects de l’Islam et de traditions africaines contraires au respect des droits humains, elle a fondé une ONG dont les buts sont ainsi définis (en) sur le blog ayaanhirsiali.org en ces termes :

In response to ongoing abuses of women’s rights, Ayaan Hirsi Ali and her supporters established the AHA Foundation in 2007 to help protect and defend the rights of women in the West from oppression justified by religion and culture.

En réponse aux abus continus contre les droits des femmes, Ayaan Hirsi Ali et ses partisans ont créé la Fondation AHA en 2007 pour aider à protéger et défendre les droits des femmes en Occident de l'oppression justifiée par la religion et la culture.
Ayaan Hirsi Ali

Ayaan Hirsi Ali, Wikipedia (public domain)

Italie

La première personne de race noire à accéder au parlement italien, est Mercedes Lourdes Frias. Voici comment la présente (en) le site blog Black Women in Europe:

Mercedes Lourdes Frias was born in the Dominican Republic. She was the first black person elected to the Italian Parliament in 2006 where she served through April 2008. She was a member of the Commission on Constitutional Affairs and the Parliamentary Committee on the Implementation of the Control of Schengen Agreement, and the Control and Surveillance on Immigration. She works on anti-racist activities and welcoming immigrants. From 1994 1997 she was a member of the Council of the Federation of Protestant Churches in Italy. In the town of Empoli Ms Frias served a councilor for the environment, rights of citizenship, equal opportunities.

Mercedes Lourdes Frias est née en République dominicaine. Elle a été la première personne noire à être élue au Parlement italien en 2006 où elle a servi jusqu’en avril 2008. Elle a été membre de la Commission des affaires constitutionnelles et de la Commission parlementaire sur la mise en œuvre des contrôles sur les Accords de Schengen et le Contrôle et la surveillance sur l'immigration.
Elle travaille sur les activités anti-racistes et l'accueil des immigrants. De 1994 à 1997, elle a été membre du Conseil de la Fédération des Eglises protestantes en Italie. Dans la ville de Empoli Mme Frias a servi de conseiller pour l'environnement, les droits de la citoyenneté, l'égalité des chances.
Le cas le plus étonnant de ces femmes noires qui ont été élues au suffrage universel ou nommées à des postes de hautes responsabilités dans des pays européens est celui de Sandra  Maria (Sandy) Cane, élue en 2009 sur les listes de la Lega Nord, le parti le plus raciste et xénophobe d’Italie. Un des objectifs de ce parti est la sécession d’une partie du Nord de la péninsule italienne (dont les limites sont plutôt floues) parce que ses dirigeants n’aiment pas les italiens du sud.

Le blog stranieriinitalia.it (étrangers en Italie) donne un bref aperçu de son parcours [it]  :

Il primo sindaco di colore in Italia ha la camicia verde. Sandra  Maria (Sandy) Cane si è aggiudicata con appena 38 voti di scarto la fascia tricolore a Viggiù, cinquemila anime in Valceresio, tra Varesotto e Canton Ticino. Alle sue spalle, una lunga storia di migrazioni. Di Viggiù era originaria la famiglia materna del neosindaco, scalpellini emigrati in Francia, dove durante la seconda guerra mondiale arrivò il padre, un soldato statunitense afroamericano. Il neo sindaco è nata a Springfield, nel Massachussets, nel 1961, ma a dieci anni, dopo la separazione dei genitori, ha seguito la madre nel paesino d’origine.

Le premier maire de couleur en Italie a la chemise verte [la couleur qu’arborent les militants de la Lega]. Mary Sandra (Sandy) Cane a gagné avec seulement 38 voix d’écart l’écharpe tricolore de maire de Viggiù, cinq mille âmes en Valceresio, entre la ville de Varèse et le Canton du Tessin.
Un passé de longues histoires de migration. La famille de la mère du nouveau maire, des tailleurs de pierres, qui était originaire de Viggiù avait émigré en France, où pendant la Seconde Guerre mondiale est arrivé, le père, un soldat afro-américain des États-Unis. Le nouveau maire est né à Springfield, au Massachusetts, en 1961, mais dix ans après la séparation des parents, elle a suivi sa mère dans son village d'origine.

Voici selon le blog associazioneumoja.wordpress.com comment elle s’est retrouvée [it] en politique, là où on se serait le moins attendu à la voir :

Della Lega sono sempre stata sostenitrice, anche se mai vera militante. Quando ero ragazza morivo dal ridere a vedere i loro manifesti, curiosi e di forte impatto. Poi quindici anni fa, più o meno, mi sono avvicinata di più. […] Vedo come «molto americana» anche la Lega, per la richiesta di rispettare rigorosamente la legge, anche per i clandestini. Anche se a Viggiù, precisa, non ci sono problemi di integrazione, nè tantomeno di sicurezza. Tra le priorità, guarda al rilancio turistico del paese, con manifestazioni e attenzione alla cultura.

J'ai toujours été partisane de la Ligue, sans jamais être très militante. Quand j'étais une petite fille je mourais de rire de voir leurs affiches, curieux mais d’un fort impact. Puis il y a quinze ans, plus ou moins, je me suis rapprochée un peu plus. […] Je vois comme «très américain», même la Ligue, à cause de leur insistance pour le respect rigoureux de la loi, même pour les immigrants illégaux. Meme si elle précise qu’à Viggiù, il n’y a de problèmes d'intégration, encore moins de sécurité. Parmi ses priorités, elle cherche à relancer le tourisme dans le village, avec une attention particulière aux événements et à la culture.

Malgré ces progrès notables dans l’inclusion des femmes africaines dans la politique européenne, elles représentent des cas isolés car au-delà des difficultés qu’elles rencontrent à cause du racisme ou de nature culturel et religieux au sein même de leur famille et de leurs sociétés d’origine, elles doivent aussi faire face aux challenges que rencontrent toutes les femmes dans le monde: violences conjugales, la responsabilité de la procréation et de l'éducation, la marginalisation et la sous-représentation.

3 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site