Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Monde lusophone : Les faits marquants en 2011

Une année de plus s'est écoulée, et des blogeurs et activistes aux accents variés en portugais dans le monde lusophone se sont unis pour témoigner, traduire, et défendre blogs et média citoyens du monde entier. Cet article vous fait découvrir l'actualité publiée sur Global Voices en 2011 pour les pays de langue portugaise. [cliquer sur le lien en portugais, puis sur le lien de la traduction française sous son titre].

Langues et cultures du monde lusophone

En février nous avons donné la parole à plusieurs blogs qui proclamaient leur amour de la langue portugaise et rendaient hommage aux multiples couleurs d'une langue parlée par plus de 200 millions de personnes à travers le monde, le portugais.

En mai, le journal @Verdade ( la Vérité), notre partenaire au Mozambique,  a publié un article traitant du portugais comme langue de “Moçambicanidade”(du Mozambisme…).

Le Timor Oriental avec ses 16 langues nationales et une dizaine de dialectes nous a donné l'occasion d'analyser le rôle des langues dans l'affirmation de l'identité nationale.

Hau nia lian, hau nia rain (A minha língua, a minha terra). Foto de Sapo Noticias Timor Leste (domínio público)

Hau nia lian, hau nia rain (Ma langue, ma terre). Photo Sapo Noticias Timor Leste (domaine public)

A ce sujet, des blogs du Cap Vert ont rappelés l'existence des “lieux sociaux” où s'exprime,  à côté du portugais la langue officielle, l'autre langue nationale, le Créole.

Diverses réactions en ligne ont révélé un aspect politique du miroir linguistique à l'occasion de la proposition d'entrée de la Guinée Equatoriale, un pays peu regardant en matière de droits de l'homme, dans la communauté des pays de langue Portugaise.

Brésil : Les chemins du développement

Malgré la crise internationanle, le Brésil connait une période d'optimisme économique stimulé par la consommation interne. Pour maintenir cette croissance et la politique de développement dans le pays,  les questions de protection de l'environnement et de droits de l'homme sont souvent oubliées.

O custo social da expansão de biocombustível: a comunidade indígena Guarani Kaoiwa de Laranjeira Nhanderu foram expulsos de suas terras há 14 meses atrás para dar lugar as plantações de cana.Foto de Annabel Symington, direitos Demotix (21/10/10).

Le coût social du développement des biocarburants: La communauté indigène Guarani Kaoiwa de Laranjera Nhanderu a été expulsée de ses terres il y a 14 mois pour faire place à des plantations de canne à sucre. Photo d'Annabel Symington, Demotix (21/10/10).

La forêt amazoniennne est vue comme un espace pour l'agriculture, l'élevage, une source de matière première pour la production énergétique. Le Nouveau Code forestier,cadre réglementaire pour l'exploitation des forêts du Brésil, a suscité de nombreuses questions et provoqué des manifestations contre la déforestation et contre  la promotion de l'élevage et de l'agriculture.  L'industrie “verte” des biocarburants et la reforestation par une seule essence d'arbre,l'eucalyptus s'avèrent être des pratiques insoutenables du point de vue social et environnemental. Les conflits autour des terres destinées à l'industrie agricole ont  provoqué en 2011 des assassinats de militants et de chefs indigènes. Malgré cela, le Brésil est en train d'exporter son modèle de développement agricole vers d'autres pays comme le  Mozambique.

La centrale hydroélectrique de Belo Monte a été sans conteste la source principale de mobilisation de l'année au Brésil, rassemblant les écologistes, les peuples indigènes et les population riveraines.Les manifestations locales et dans les grandes villes du pays ont attiré l'attention de la communauté internationale et remis en question la politique du gouvernement de Dilma Rousseff. en matière de droits de l'homme . Après le début du chantier de la centrale, la mobilisation n'a pas faibli mais a pris de nouvelles formes comme une manifestation Occupy tupiniquim (occupation du territoire des Tupiniquim) et des actions en justice.

.

Les articles sur ces problèmes et d'autres sont rassemblés dans nos  quatre grands dossiers Forêt amazonienneDossier Belo MontePeuples indigènes et Objectifs du millénaire.

Portugal : crise, austérité, manifestations

Depuis la manifestation en mars de la “génération poubelle” jusqu'à la journée de protestation nationale du 15 octobre, le Portugal a vu se développer une crise polítique et économique illustrée en particulier par la chute d'un gouvernement et l'arrivée aux affaires d'une “troïka” chargée du traitement financier de la dette publique.

Keep calm and protest. Indignados em frente à Câmara do Porto. Foto da organização do 15 de Outubro.

Manifestons dans le calme.Les Indignés devant la mairie de Porto. Photo du mouvement du 15 octobre.

 

Les internautes ont activé les réseaux sociaux pour se mobiliser contre de sévères mesures d'austérité, contre les diktats  des agences de notation et aussi pour s'inspirer de ce qui se passe au delà des frontières, comme par exemple en Islande, en matière d'actions citoyennes.

Avec son dossier  Europe en crise lançé en septembre, Global Voices se veut un véritable pont linguistique, croisant les témoignages nécessaires à une vue d'ensemble des revendications des Indignés de tous les pays européens qui subissent des situations similaires.

Angola:  32 ans de pouvoir, source de récriminations

En Angola, une révolte contre le gouvernement de José Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 32 ans, est chaque jour plus évidente sur internet et dans la rue. Les manifestations auraient pu commencer en mars si le gouvernement n'avait pas anticipé avec une manoeuvre efficace.

En septembre une manifestation durement réprimée par la police s'est soldée par des peines de prison pour au moins 18 personnes. Contre toute attente,  le mouvement s'est renforcé et le nombre de “citoyen reporters” a augmenté  dans le pays.

Angola: video de la répression d'une manifestation de jeunes à Luanda

Internet et culture numérique au Brésil

L'accès à Internet au Brésil  de plus en plus répandu, et utilisé, comme il est apparu clairement en 2011, de façon créative, collective, et efficace. Ce fut le cas lors de la mobilisation des réseaux sociaux pour la suppression d'un blog pédophile ou de l'appel via Facebook à participer à une manifestation aussi originale que celle des Churrascão da Gente Diferenciada (barbecue de gens différents) dans un quartier huppé de São Paulo.

Dans le même temps, internet a été  le théâtre d'autres évènements moins heureux liés à la culture informatique en matière de politiques puhbliques. En janvier, le ministère de la culture a annoncé le retrait de la licence Creative Commons pour son site internet : un recul flagrant de la politique publique vis à vis d'internet et du problème des droits d'auteurs. Peu après, en mars, ce même ministère a autorisé la célèbre chanteuse Maria Bethânia à s'approprier 1,3 million de Reales pour la création d'un blog de poésie, réveillant l'ire de multiples bloggeurs, twitteurs et militants du domaine de la culture .

Les cas de censure du web continuent et dépassent parfois les limites du virtuel pour aller jusqu'à des tentatives de meurtres des blogueurs critiquant les autorités.

Nous avons eu connaissance en décembre de  nouvelles menaces de mort contre Ricardo Gama,  le blogueur déjà blessé par balles lors d'un attentat à Rio de Janeiro et intervenant contre des situations d'abus de pouvoir et d'autres irrégularités de la police brésilienne. A la fin de l'année, l'annonce du suicide par étranglement  – cause officielle de la mort –  de Hamilton Alexandre, le blogueur controversé de Santa Catarina, n'a pas convaincu de nombreux internautes qui exigent une enquête approfondie.

Nous serons encore en 2012 à l'écoute des messages que nous envoient  les citoyens du monde au travers d'internet, pour les amplifier et  leur donner une audience mondiale. Notre porte est ouverte à ceux qui voudraient s'associer à ce qui a été considéré en 2011 comme  l'une des 10 réalisations  les plus brillantes sur Internet par la revueSuper“.

.

https://pt.globalvoicesonline.org/?p=25165
João Miguel Lima a collaboré à la rédaction de ce billet

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site