Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Libye en 2011 : une année déterminante grâce aux médias sociaux

Cet article fait partie de notre dossier central en anglais sur le Soulèvement en Libye en 2011 

En janvier 2011, alors que l'Egypte était en plein printemps arabe, Highlander etait l'un des rares internautes à se demander, avec subtilité, si l'”Ouest” permettrait à l'ancien président égyptien Hosni Moubarak d'être renversé par un soulèvement populaire qui semblait prendre de plus en plus d'ampleur. Elle écrivait sur son blog :

Laissez moubarak tout seul tant qu'il nous protège on s'en fiche du reste :p

La blogueuse ne pouvait pas aller plus loin, dans une Libye sous la coupe de Mouammar Kadafhi. En février, la Libye a vu naître son propre soulèvement populaire. Le sentiment, avant que Tripoli ne tombe, était que tout était possible, de sorte que certains blogueurs se sont aventurés dans des territoires dangereux pour témoigner directement de ce qui s'y passait, par exemple de la lutte pour la survie à Benghazi et de la façon dont toutes les villes se sont trouvées face à l'urgence, comme le relate très bien PH:

Libyanna (un opérateur mobile) a envoyé un message à tous les citoyens de Benghazi pour leur dire de rentrer chez eux, comme si leur travail était de défendre Benghazi.

  • des armes et des soldats sont arrivés de Bieda et des alentours

  • le 64ème bataillon et la force spéciale Abdulfath Younis's ( عبدالفتاح ي) attaquent la principale garnison révolutionnaire de garde à Benghazi ( الفضي بوعمر). La bataille est continue

  • la population de Benghazi s'arme avec tout ce qu'ils trouvent.

  • Les gens criaient “Mouammar on arrive, la mort avec nous”

  • La foule n'a jamais été aussi grande qu’ il y a trois jours (ils étaient près de 100 000)

  • Des hélicoptères tirent sur les habitants de Benghazi

C'est par le biais d'un code « morse» que s'exprimait Khaijateri sur le discours de Kadhafi , “Zenga Zenga”, tristement célèbre et terrifiant, pendant lequel ils nous a tous traités nous Libyens de rats et de toxicomanes :

Nous regardons, nous grignotons. Nous avons eu des sentiments mitigés : l'incrédulité, l'horreur, l'étonnement, parmi tant d'autres mais surtout du dégoût.

Le mois de mars a été mémorable en Libye pour avoir vu bruler le Livre vert, qui contient la philosophie au nom de laquelle Kadhafi gouvernait, comme Anglo-Libyan l'a raconté :

Pour la première fois de ma vie, je suis d'accord avec le fait de brûler un livre, le stupide livre vert de Kadhafi le meurtrier, le brave peuple de Mastra s'est levé pour ne faire qu'un et a envoyé un message à Kadhafi : jusqu'à quand ce dictateur fou va prétendre que ces braves gens sont des ivrognes et des toxicomanes ![sic]

Internet a été coupé en mars et nos voix ont été réduites au silence, sauf pour ceux qui avaient des téléphones Thuraya ou des connexions VSAT par satellite. Cela signifie que nous nous sommes appuyés sur des vidéos clandestines diffusées sur des chaînes satellites arabes pour nous informer. Les une après les autres, toutes les villes ont été muselées mais les Libyens hors du pays ou ceux dans la zone libérée (l'Est) ont pris le relais et ont fait entendre nos voix alors que le reste de la Libye attendait la création d'une zone d'exclusion aérienne.

Whiteafrican, à Manchester, Royaume-Uni, a déclaré :

je suis fier des hommes libyens, ils ont prouvé au monde qu'ils sont comme des lions du désert, les hommes de Benghazi , El Beïda, Derna, Tobrouk, Brega, Ras Lanouf, Ajdabiya, les hommes de Zaouïa , Zintan and Misrata. Debout, en sandales et le plus souvent les poings levés face aux chars, aux missiles,  aux RPG et aux armes, de sorte que la Libye libre sera le fruit du courage, et un tel courage n'a pas été vu depuis longtemps. [sic]

Pendant ce temps, Ruwida Ashour plaidait à Benghazi :

 Je peux pas écrire plus de mots & ce qui s'est passé & se passe aujourd'hui en Libye est incroyable ……………… s'il vous plaît soutenez la lutte tant que vous le pouvez, même un sourire, une image de profil ou quelque chose ……… nous avons encore de l'argent, mais nous avons besoin de soutien moral. [sic]

C'est aussi le mois où Eman Al Obaidi a échappé à ses violeurs et où une pétition mondiale a été lancée pour attirer l'attention sur son sort. C'était le mois du dernier message de Hannu. Hannu manque a toute la blogosphère libyenne, son humour et son honnêteté étaient un modèle. En avril, tandis que le bombardement de l'OTAN se poursuivait, les Libyens ont été traumatisés par les rumeurs de viols supposément “de masse” qui faisaient la Une et beaucoup, comme Soad, faisaient partager leurs craintes :

Les jeunes filles et les femmes, alors vierges, ont été soumises à des viols collectifs brutaux et ont été torturées ; la plupart des faits ont été filmés sur les téléphones mobiles et ont circulé pour humilier encore plus les victimes et leurs familles. Beaucoup de victimes ont été infectées par le VIH et d'autres sont tombées enceintes. C'est un énorme problème qui doit être abordée de front, sans tourner autour du pot.

Alors que le printemps a laissé place à l'été, nous avons eu le siège de Misrata et la poursuite des combats dans les montagnes de l'ouest. Nous avons subi les conséquences des combats pour les villes côtières et pétrolières, comme Brega, Ajdabia et Ras Lanuf et nous avons craint que la Libye soit divisée, que le nombre  de réfugiés augmentent et  que les familles libyennes soient contraintes à déménager.

La manière dont en parle  Noureddin [arabe] quand il faisait ses bagages, en mai, est très prenante :

وبدأت أعدّ للرحيل. أفرز أوراقي: وثائق قانونية وتاريخية، وأسرية تعود لثلاثة أجيال وأكثر.. ومقتنيات لبعضها قيمته المادية ولبعضها الأخر قيمته المعنوية.. بعضٌ من الذاكرة.. بعضٌ مني سأودعه عند عزيز وسأصطحب من البعض الأخر ما أمكن… وسأترك ورائي ما أتركه وديعةً عند ربي… وزرت الأهل والأصحاب مودعا.

Je fais mes valises et m'apprête à partir. Je trie mes papiers, documents juridiques, historiques et familiaux qui remontent à au moins trois générations. Je scrute mes biens, dont certains de valeur, mais d'autres ayant une valeur sentimentale, car ils contiennent des souvenirs chers. J'en laisse certains chez des amis et j'essaie de prendre avec moi ce que je peux. Le reste, je le laisse à Dieu, comme ma famille que je quitte et mes amis et leur dis au revoir.

 Les posts de Lebeeya en juin intitulés, à juste titre, “La Liberté”, représentaient nos rêves dans une guerre qui traîne depuis des mois.

 

En juillet, les équipes informatiques pro-Kadhafi ne sont pas restées silencieuses et puisqu'il s'agissait d'une guerre où tout était permis, les blogueurs sur SOS Libya racontaient une histoire qui m'a fait me sentir sur une autre planète. En voici un exemple :

L'OTAN ne bombarde pas les rebelles dans l'est. L'OTAN travaille pour les rebelles. Personne n'ose se plaindre des rebelles. Ils ont peur pour leur vie et leur vie familiale. Nous avons rencontré beaucoup de gens qui ont fui ces endroits, mais la plupart ne veulent pas que leurs noms soient révélés parce qu'il leur reste de la famille là-bas et s'ils montrent leur visage ou se prononcent publiquement sur les atrocités commises par des rebelles, les membres de leur familles seront tués.  Nous avons eu les infos en avant première, l'un de nos groupe avait un problème justement et ne pouvait pas être filmé, son père l'a appelé et lui a dit qu'il avait vu les rebelles à la télévision et s'il s'exprime une fois de plus contre eux, ils tueraient ses frères un par un puis tous les membres de la famille. […] nous n'avons jamais entendu parler de l'oppression par Kadhafi, les gens ont un grand respect et amour pour lui. Ils portent tous du vert et des photos de lui autour de leur cou, croyez-moi, les nouvelles de l'Ouest sont loin de la réalité, ils sont sur une autre planète. Nous n'avons jamais vu quelqu'un être battu, harcelé en prison ; en fait, certain jour ne nous voyons même pas un policier. [Sic]

Avec la poursuite des combats, Brega a changé de mains toutes les 24 heures et à la mort du rebelle, le général Abdulfattah Younis, l'espoir que le conflit prenne fin s'est estompé et c'est la blogueuse Hana S  qui tentait d'expliquer :

Samedi dernier, j'ai rêvé que la Libye était finalement libérée. Dans ce rêve, c'était un vendredi, celui qui précède le début du Ramadan. Vous saisissez ? Le Ramadan de cette année est soit ce week-end ou au début de la semaine prochaine. Et ce vendredi est le dernier avant le mois sacré ! Je me suis réveillée, excitée et pleine d'espoir. Je me sentais très bien dans le rêve. Comment  serait-ce dans la vraie vie ?

Comme les journées de juillet traînaient en longueur, Tripoli a été de plus en plus agité et tout le monde était convaincu que la confrontation finale allait être brutale. La crainte était grande face  à l'avenir et ce qui pourrait se passer, comme par exemple un génocide, à l'instar des craintes exprimées par Displaced Libyan :

ça va être littéralement le Far Ouest avec tout le monde qui a une rancune, avec des frères participant à un chaos qui prendrait des années et des centaines de milliers de vie, de réfugiés et des milliards de pertes.  La seule image qui m'est venue à l'esprit était un bain de sang dont je ne pouvais voir aucune issue.

Toute la patience et la souffrance à Tripoli ont abouti en août au deuxième soulèvement tant attendu et à  l'opération « Mermaid Dawn ». Après tous les moments angoissants, la libération de Tripoli était un miracle et avec le rétablissement d'internet,Violet a poussé un soupir de soulagement :

il est beau de voir tous les changements qu'il y a eu dans la psyché libyenne, le mur de  la peur a été brisé. La liberté est une valeur inestimable.

Les Libyens étaient euphoriques à la libération de leur capitale Tripoli, même si Kadhafi avait fui. La célébration s'est poursuivie pendant des semaines malgré la guerre qui faisait toujours rage sur d'autres fronts. Pendant ce temps, pour la première fois depuis des mois, les médias ont couvert la majorité des territoires libyens, les associations d'aide sont arrivées et le reste du pays a été réuni à ses  frères de l'est. Vers septembre, les blogs ont relaté le retour à normale. On the Edge était simplement heureux de trouver à nouveau des pizzas :

Les fast-food font à nouveau leur apparition autour de la ville de Tripoli. Moi et Moe sommes allés à un petit centre commercial le vendredi. Nous n'y étions pas allés depuis le début du Ramadan. Nous avons trouvé un café ouvert qui avait été fermé. Ils avaient des cheese-cake, des pâtisseries, le meilleur café italien, et ce que je préfère : des PIZZAS! OMG ! Plein de choses délicieuses

En octobre, la plupart des villes résistantes ont commencé à tomber et le point culminant de ce mois pour la Libye et le monde fut la mort de Kadhafi. Le blogueur le plus évocateur était  NassimLibya [ar]  qui a dit :


صباحك بلا حصون بلا خطوط حمراء .بلا جنون بلا نبى الصحراء الله أكبر الله أكبر الله أكبر

Un matin sans murs, sans lignes rouges, sans folie et sans prophètes du désert, Dieu est grand, Dieu est grand, Dieu est grand.

Kadhafi et son fils Mutassim morts, Syrte est tombée et la libération de tout le territoire libyen a été décrétée trois jours après, le 23 octobre.

En novembre, les Libyens ont capturé  Saif Al-Islam Kadhafi en vie. Encore une fois, Lebeeya a blogué sur cet évènement et résumé ce que la plupart des gens ont resenti :

la capture de Saif est l'équivalent de la disparition de la dernière épidémie dans le pays. J'espère que la poignée de loyalistes kadhafistes dans le pays sortiront de leur bulle et joindront leurs forces pour une meilleure Libye. Inchallah (Par la volonté de Dieu), que la fitna s'arrête après ça. Mes pensées pour les doigts coupés de Saïf,  bien que Reuters affirme qu'il a perdu ses doigts lors d'une blessure précédente, il y a un mois. J'espère que c'est juste une histoire pour cacher ce qui s'est réellement passé ! Les thuwar (rebelles) l'ont trouvé et lui ont haché les doigts lentement et cruellement !

A l'heure actuelle, toute la Libye est  un pays, les lignes téléphoniques entre l'est et l'ouest ont été restaurées, le système bancaire et d'autres systèmes ont été réunis, le gouvernement transitoire a déménagé à Tripoli. Ainsi les Libyens ont mis fin à ce qui a été une année tumultueuse en célébrant, le 24 décembre, le Jour de l'Indépendance historique. Happymoi ne pouvait pas s’empêcher de rappeler aux lecteurs que :

C'est une journée qui a été supprimée par l'ancien régime depuis  si longtemps. Il est bon de dire Joyeux jour d’indépendance de la Libye!

Il s'agit de la conclusion appropriée à une année particulière : 2011 …. Une longue route attend les Libyens pour reconstruire un pays et  une démocratie en même temps. Les erreurs sont attendues, mais il est certain que 2012 sera intéressante face à tous ces défis.

 Cet article fait partie de notre dossier central en anglais sur le Soulèvement en Libye en 2011 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site