Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Global Voices en Aymara : Notre expérience de la traduction en 2011

Mon nom est Victoria Tinta et je voudrais brièvement vous faire part de mes expériences avec Global Voices:

J'ai commencé à traduire pour Global Voices Aymara en 2009; et à l'époque, je ne traduisais qu'un article par mois sur des sujets comme la politique, le sport, l'éducation, l'environnement, entre autres. Néanmoins, depuis que je suis devenue rédactrice, je ne traduis plus un seul article, mais plus de cinq par mois.

Je traduis tous ces articles durant mon temps libre, et chaque publication prend une, deux, voire trois heures chacune, selon sa longueur. Grâce à la traduction et à l'édition, j'ai pu m'informer au sujet d'événements survenant dans d'autres pays. Parmi mes traductions, il y en a une qui a retenu mon attention: Languages: Let's Tweet and Speak in Quechua. Pour moi, c'était un sujet intéressant àtraduire et voici la traduction en langue aymara: Aymara: Arunaka: Tuytiyañani ukatx qhichwat arsuñani.

Members of the Global Voices in Aymara team at the celebration dinner commemorating the official Lingua status. Photo by Eddie Avila taken in El Alto, Bolivia. .

Membres de l'équipe des traducteurs de Global Voices en Aymara durant un dîner organisé pour fêter le lancement officiel du site. Photo de Eddie Avila prise à El Alto, en Bolivie.

Je suis très heureuse d'être une traductrice bénévole et très motivée à l'idée de continuer ce travail.

Je tiens également à féliciter l'équipe de traduction de Global Voices Aymara.

¡Nayraqatar sarantasipkakima!

Continuez votre bon travail!

 

Irma Silveria Laura Apaza écrit :

J'ai commencé à traduire des articles pour Global Voices en Aymara au début de juin 2011, et j'ai toujours été intéressée par ce qui a trait aux langues. Je pense qu'il est très important de valoriser la langue aymara, et de la faire connaître à travers Internet afin que d'autres personnes puissent s'y s'intéresser grâce aux traductions.

Voici un article qui a vraiment attiré mon attention:  Slovakia: The Most Expensive Apple Computers, qui est devenu, en aymara: Eslovaquia: Apple cumputaduranakax sinti jila chaniniwa.

Certains peuvent ne pas être intéressés par le sujet, mais les étudiants disposent des plus récentes technologies pour leurs études, peu importe le coût des ordinateurs. Avoir un ordinateur n'est plus un privilège, mais plutôt une nécessité. La majorité des étudiants ont des netbooks, et comme c'est le cas dans certains pays, de nombreux professeurs sont en retard dès qu'il s'agit de nouvelles technologies.

Martha Valencia Intimayata écrit:

Ma participation à Global Voices en aymara a débuté en 2010, et à travers ce travail de traduction, j'apprends ce qui se passe dans le monde.

Au fil du temps, j'ai traduit plusieurs sujets intéressants dont un qui m'a vraiment touchée : Iran: Female Blogger Receives 50 Lashes dont j'ai fait cette traduction: Aymara: Irán: Bloguerax phisqa tunk jawq’aw katuqatäna.

Comment un blogueur peut-il recevoir 50 coups de fouet juste pour avoir fourni de l'information? C'est très injuste.

 

Victor Paco Montevilla écrit :

Personnellement, j'ai commencé à traduire au début de l'année dernière.

Tout d'abord, cela me donne la grande satisfaction de pouvoir  contribuer au développement de la langue aymara sur internet, notamment via Global Voices. En ce qui concerne mon travail de traduction sur Global Voices Aymara, je considère qu'il bénéficie aux personnes qui parlent aymara et à la langue elle-même dont le statut se développe considérablement quand elle est en ligne.

Le sujet qui m'a le plus touché concernait l'aide reçue par les travailleurs humanitaires pendant et après leur travail de secouristes lors du séisme au Japon: Japan: Aiding the Aid Workers (en aymara: Japón: Japunan yanapt’irinakar yanapt’asa)

Emma Quispe Mamani écrit:

J'ai commencé à traduire pour Global Voices Aymara en février 2011, cela fait déjà une année. C'est intéressant de constater qu'on s'informe sur des évènements importants qui surviennent partout dans le monde, et pour moi c'est très important. Le sujet qui m'a le plus touchée a été: Zambia: Netizens Start Countdown to 90 Day Change Promise dont voici la traduction en langue aymara: Zambia: Cibernautanakax 90 urun mark turkakipañ amtawitx niyaw jakhuñ qalltapxi

Je vais continuer ce travail parce que j'aime vraiment traduire en aymara.

Elias Quispe Chura écrit:

Tout a commencé lorsque mon collègue Ruben [Hilari] m'a cordialement invité à prendre part au projet Jaqi Aru. Je n'ai pas réfléchi deux fois avant d'accepter, car à l'époque je cherchais des occasions de mettre en pratique  les connaissances acquises durant mes études universitaires. Au début, j'ai commencé par publier des articles en langue aymara. Peu après, j'ai appris comment utiliser les outils de la plateforme Global Voices Aymara, ce qui était très intéressant, mais un peu compliqué.

J'ai traduit environ une dizaine d'articles écrits en espagnol, français, anglais, et aymara. Je l'ai fait parce que j'aime traduire des textes à partir de différentes langues. C'est d'autant plus le cas si cela contribue à renforcer ma langue maternelle, et surtout, si cela permet de partager des informations avec la société par le biais d'Internet. Parmi ces articles, celui qui m'a intéressé le plus était: Mexico: Celebrating Cantinflas’ 100th Birthday. J'ai choisi ce sujet parce que je suis un fan de ce célèbre comédien mexicain, et je voulais en apprendre plus sur sa vie et sa carrière. J'ai beaucoup appris en traduisant l'article. Pour commencer, je me suis mis à sa place, j'ai senti et appris qu'il n'était pas devenu célèbre du jour au lendemain, mais qu'il a vécu un parcours empli de mérite et de tristesse.

Dans la langue Aymara, il existe certaines limites par rapport aux autres langues, notamment en matière de vocabulaire. Toutefois, ces défis sont surmontés petit à petit. Je souhaiterais explorer certains des sujets qui sont absents du site comme Noël, les célébrations du Nouvel An, le Carnaval, entre autres.

Honnêtement, je serais ravi que les auteurs de Global Voices continuent à publier plus de contenus et de nouveaux sujets, ce qui me donnerait plus de choix pour les traduire en aymara.

“Aka uraqpachan aruskipt'asipxañasakipunirakispawa.”

“Continuons à nous connecter avec le monde entier.”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site