Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Maroc : Le rappeur contestataire Al Haked libéré

Ce billet fait partie de notre dossier central en anglais sur  les manifestations au Maroc

Mouad Belghouat, connu aussi comme “Al Haked” (l'Indigné), un rappeur marocain de 24 ans ouvertement critique de la monarchie marocaine, a été libéré jeudi de prison, où il était en détention depuis septembre dernier.

Mouad était officiellement inculpé d'agression d'un manifestant pro-monarchie, mais ses soutiens affirment que ces accusations ont été fabriquées de toutes pièces, pour étouffer le mécontentement populaire grandissant. Les nombreuses demandes de remise en liberté sous caution de ses avocats ont été rejetées par le juge, qui a repoussé l'audience du procès six fois.

Le rappeur est l'une des figures de proue du mouvement pro-démocratie du 20 février, l'expression marocaine des revendications des Printemps arabes.

Pour répondre aux manifestations constantes de ce mouvement, le roi Mohammed VI a promulgué une série d'amendements de la constitution en juillet, et appelé des élections législatives anticipées en novembre qui ont porté le parti islamiste PJD à la tête du gouvernement.  Mais le mouvement de jeunes a poursuivi ses manifestations, pour dénoncer la corruption en haut lieu, les arrestations politiques et une monarchie qui détient toujours des pouvoirs exécutifs très importants.

L'annonce de la libération de Mouad, ce jeudi, s'est répandue très rapidement sur Facebook et Twitter. Plusieur des supporteurs de Al Haked se sont précipités devant la prison Okacha à Casablanca pour l'accueillir. Mouad,  toujours virulent, est sorti de prison en criant ‘Longue vie au peuple !”.

Larbi, qui a fait campagne pour la libération de Mouad, a partagé les premières photos :

Photo de Omar Radi, sur Twitter partagée par @Larbi_org

Peu après sa libération, le rappeur est remonté sur scène. Au cours d'un concert improvisé dans son quartier, il a chanté face à la foule enthousiaste de ses supporters (vidéo mise en ligne par direlibghiti):

 

Omar Radi décrit l'atmosphère :

Les gamins du quartier chantent par choeur avec #Freehaked. Concert improvisé, sono pourrie, mais tout le monde est joyeux.

Aida Alami, également présente,  tweete :

Mouad sur la scène..c'est la grande fête dans le quartier de Mouad pour célébrer sa liberté retrouvée

Hasna Ankal pense que les  activistes devraient capitaliser leur “succès” et appeler à la libération d'autres “prisonniers politiques.” Elle  a mis en ligne ce poster sur Twitter :

Al Haked est libre, maintenant, libérez tout le monde – de Hasna Ankal

Jeudi, quand le juge a décidé de libérer Mouad, la campagne des activistes a semblé finalement atteindre son but. Pendant des mois, ils ont fait campagne sans relâche en ligne, sur leurs sites, pages Facebook et sur Twitter , ainsi qu'en organisant des conférences de presse et des sit-ins, pour rallier davantage de supporteurs et des personnalités à leur cause.

Mais le jugement de jeudi dernier reste cependant une “victoire douce-amère” selon des militants comme Maria Karim, qui a été en première ligne de la campagne “Libérez Haked” car le juge a en fait déclaré le rappeur coupable d'agression sur un manifestant royaliste, tout en décidant de le libérer car il avait déjà effectué en préventive sa peine de quatre mois.


Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site