Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Une lettre de Cuba sur les conditions de détention

Pedazos de la Isla [espagnol] a publié la lettre de la dissidente cubaine Ivonne Malleza qui, avec son mari et une autre personne, sont emprisonnés depuis plus d'un mois depuis leur arrestation durant une manifestation. Cette lettre est datée du 10 janvier 2012.

Je ne sais pas si cela servira de dénonciation, mais comme j’expérimente la vie en cellule, je peux dire que les conditions de vie sont désastreuses. Les détenues doivent se doucher à l’eau froide, peu importe le temps qu’il fait, et elles n’ont pas le droit de la faire chauffer. La nourriture est infecte et quelquefois avariée. Parfois on ne nous donne pas nos médicaments et on peut attendre jusqu’à deux jours avant de les avoir. Je sais que la cellule d’isolement est là pour ceux qui ont fait quelque chose de mal, c’est pour nous punir. Mais lorsque tu y entres, on ne te donne ton matelas qu’à 18h et on te l’enlève à 6h, pareil pour les draps et le reste. Même si tu as froid ou que tu as mal, on ne te les rend pas car ils disent que tu es dans cette cellule pour être punie. Cela dure dix jours, après ils te les donnent enfin, mais les conditions restent précaires. Je sais que la majorité des femmes qui vont en prison sont monstrueuses, mais elles n’en restent pas moins des êtres humains.

Bien que je ne sache pas beaucoup de choses sur la dénonciation, j’ai oublié de dire que dans cette prison tu n’as que 5 minutes d’appels téléphoniques, sans possibilités de rappeler, même un proche. Il n’y a même pas de télévision ni rien. Tu es juste enfermée tout le temps pendant que ton corps s’imprègne de l’humidité et du froid. Dehors, les détenus hommes travaillent, et même eux disent que les femmes subissent des punitions et un traitement plus durs et plus sévères qu’eux.

Pour ce qui est du reste de la prison  pénale (en dehors des cellules d’isolement), je ne peux pas dire grand-chose, mais pour ce que j’en ai vu, c’est presque pareil. Selon ce que m’ont raconté des détenues qui y sont depuis des années, la seule différence est qu’elles ont un peu plus de liberté, mais les conditions sont également très mauvaises. J’ai essayé de parler avec quelques-unes  lorsqu’on nous laisse sortir prendre le soleil, et j’ai voulu leur demander leur nom pour donner plus de crédibilité à ce que je dis, mais elles n’osent pas le révéler par peur de représailles contre elles et contre leurs proches. En prison, les femmes meurent des mauvaises conditions de vie dans lesquelles elles survivent. »

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site