Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les Péruviens ont accueilli la dernière étape du Rallye Dakar 2012

Dimanche 15 janvier, la capitale du Pérou, Lima,  était  en effervescence pour le Rallye Dakar 2012. Ce jour-là, le rallye, de renommée mondiale, touchait à sa fin avec une courte étape finale  de 29 km [18 miles] entre Pisco et Lima.

Pendant les jours précédents, les médias du Pérou ont couvert l’évènement donné des informations sur les étapes précédentes et un peu de contexte. Par exemple, Andina a écrit sur son site web :

Le Rallye Dakar se tient en Amérique du Sud pour la quatrième année consécutive. L'épreuve d'endurance a pris place en Afrique de 1979-2007. Elle fut déplacée en Argentine et au Chili après que des menaces d'attaques terroristes au Mauritanie provoquent l'annulation de l'événement annuel en 2008.

Après 14 étapes – dont l'une a été annulée à cause de la neige- et plus de 8000 kilomètres [4900 miles], dont 4000 kilomètres [2485 miles] chronométrés, la course se terminera dimanche à Lima.

[…]

Le Pérou est devenu jeudi le 27ème pays à héberger la course dans l'histoire du Rallye Dakar. Sur son territoire, les compétiteurs ont défié des dunes de sable qui ont procuré beaucoup de challenges.

D'autres sites web, comme le blog Tacneños [espagnol], ont relatés comment le rallye est entré sur le territoire péruvien, dans le département de Tacna, dans le sud, jeudi le 12 janvier. Les autorités ont même décrétées ce jour férié (en espagnol) :

En una explanada a unos 3 kilómetros del balneario Boca del Río, en Tacna, se dio inició esta mañana a la decimo primera etapa del Rally Dakar 2012, que de esta forma empieza correrse en suelo peruano.

[…]

Aproximadamente unas 5 mil personas se dieron cita desde la noche de ayer y la madrugada de hoy para ser parte de esta fiesta deportiva y alentar a los mejores corredores del mundo.

Sur une zone plate longue d'environ 3 kilomètres, loin de la ville côtière de Boca del Río, à Tacna, la onzième étape du Rallye Dakar 2012 a démarré, et il entame son étape péruvienne.

[…]

Environ 5000 personnes se sont rassemblées depuis hier soir et étaient très matinales pour participer à la fête du sport et acclamer les meilleurs pilotes au monde.

Dakar 2012, Ica, Pérou. Image par Telmo Cáceres sous license Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 2.0 Generic (CC BY-NC-SA 2.0)

Le blogueur de Caminantes del Perú [espagnol] est déçu par le manque d'organisation pour l'accueil des visiteurs à Ica, où il est venu voir les compétiteurs :

Lo curioso fue que uno de nuestros compañeros, el cual tiene familia en Ica, mandó a preguntar sobre las ofertas turísticas del Dakar que hubiese allí, y grande fue su sorpresa cuando no encontró información sobre paquetes turísticos =/, en realidad si pudimos encontrar ofertas turísticas pero enfocadas más en el turista del exterior con paquetes de 200-300 dolares o.O,  me parece que se olvidaron del turista interno #fail.

Quizás hubó falta de planificación sobre la llegada del dakar a Ica y recién el día viernes o el mismo sábado abunden las ofertas del tipo “vea el paso del rally Dakar en las dunas de Ica”.

La partie la plus étrange est qu'un de nos collègues, qui a de la famille à Ica, a enquêté sur les tarifs pour touristes pour le Dakar là-bas, et il était vraiment surpris de ne trouver aucune information sur des forfaits=/. Nous avons pu trouver quelques forfaits pour touristes, mais ils était plus destinés aux touristes étrangers avec des prix allant de 200 à 300 dollars o.O. Il me semble que le tourisme local a été oublié. #échec

Peut être qu'il y avait un manque d'organisation pour l'arrivée du Dakar à Ica et  c'est seulement le vendredi (13 janvier) ou le samedi, qu'abondaient les forfaits du genre “regardez le rallye Dakar passer depuis les dunes de Ica” .

D'autres ont une approche plus personnelle, comme Columna 17's Cyrano [espagnol], qui s'est remémorré quelques souvenirs de son enfance pour décrire le plaisir qu'il prenait à voir passer la course :

Acompañaba a mi padre a cuanta carrera de moto o auto había en Lima y él siempre me llevaba a la zona de pits. Todos los corredores y mecánicos eran mis tíos de cariño y la pasaba muy bien entre el olor a aceite quemado y caucho que se percibía en el ambiente.

[…]

[Mi amigo] Manolo y yo estábamos tan cerca de los coches que hasta pude percibir el olor del aceite quemado y caucho. Retrocedí años en el tiempo, lo que me transportó a otra dimensión.

Me di cuenta de lo bonito que es vivir para ver que un sueño se cumpla. Ayer pude ver el París-Dakar en vivo y en directo, a escasos metros de mí, como cuando era niño y mi padre me llevaba a los pits.

Je me rendais souvent avec mon père à toutes les courses, qu'elle soit de moto ou de voiture, qui se tenait à Lima, et il m'emmenait toujours sur les circuits. Tous les chauffeurs et méchaniciens étaient mes oncles adoptifs et je passais de fabuleux moments parmi les odeurs d'huile usée et de caoutchouc qui flottaient partout.

[…]

[Mon ami] Manolo et moi étions tellement proches des voitures que je pouvais même sentir les odeurs d'huile chaude et de caoutchouc. J”ai fait un retour en arrière de plusieurs années, et j'ai été transporté dans une autre dimension.

Je me suis rendu compte à quel point il est fascinant de voir un rêve se réaliser. Hier, j'ai pu voir París-Dakar live et en chair et en os, à quelques mètres de moi, comme quand j'étais gamin et que mon père m'emmenait sur les circuits.

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site