Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Vidéo : Une année, un monde et 52 histoires différentes

La vidéo journaliste Maggie Padlewska parcourera 52 pays seule pendant un an, en visitant un pays chaque semaine. Pendant son voyage [en anglais], elle va enregistrer, éditer et produire des vidéos de ses rencontres avec les communautés, des organisations et des personnes sous-représentées par les médias  et les télécharger sur le web, pour que les histoires de ces personnes puissent être connues de part le monde. Voici ‘One Year One World‘ [en anglais] (Une annee, un monde).

One year One World est une initiative visant à faire connaitre les personnes et communautés vivant dans certaines des régions les plus fascinantes, mais les plus isolées dans le monde grâce à une production multimédia independante. La mission du projet est de fournir aux personnes peu en contact avec les médias une occasion de partager leurs histoires avec le monde, d’ éduquer et d'inspirer les jeunes et les adultes à visualiser l'humanité, pour aider à combler le « fossé de la communication » dans la couverture médiatique et à promouvoir la paix et la compréhension dans monde.

L'idée de ce projet est venue à Maggie Padlewska quand elle filmait une mission médicale dans une communauté d”autochtones isolée, au Panama. Comme elle l'explique dans la vidéo suivante, lors de son voyage, elle a réalisé qu'elle ne voulait pas simplement rapporter ce que la mission médicale a été faire, elle voulait aller au-delà.

Son projet pilote a eu pour thème les communautés Embera du Panama. Les Embera sont l'une des rares tribus précolombiennes restantes en Amérique centrale, et plus récemment, leurs terres ancestrales, principalement les forêts et les jungles, ont été déclarées Parc National. Cela signifie qu'ils n'étaient plus en mesure de chasser,et qu'ils avaient perdu leur sécurité alimentaire et devaient acheter de la nourriture a l'extérieur de leur communauté. Ils se sont  tourné vers le tourisme culturel comme moyen de gagner un revenu, et c'est ça qui a intrigué Maggie Padlewska :

Les Embera ont-ils été contraints d'embrasser le tourisme comme un moyen de survie après avoir été interdit de chasse  ? Quelles ont été les implications sur le mode de vie traditionnel de la tribu et leur survie culturelle ? La tribu est-elle exploitée ? Ce sont certaines des questions que j'ai demandé aux Embera Drua et Embera Quera, deux tribus autochtones qui vivent actuellement sur ​​les terres du gouvernement.

L'extrait suivant de son voyage nous montre comment ces communautés font face à cette nouvelle façon d'interagir avec les étrangers, et quel impact cela a sur leurs méthodes traditionnelles:

Maggie Padlewska prévoit de voyager en Afrique, en Asie du Sud, Europe de l'Est, en Asie et en Amérique Latine et Centrale dès qu'elle aura bouclé ses recherches de financements de son année de voyage.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site