Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ukraine : L'histoire de la vie d'Anna Boiko

Je voudrais vous parler de ma grand-mère, Anna Boiko.  Elle est née et a vécu dans le village de Yaglush dans le quartier Rogatyn d'Ivano-Frankivsk Oblast.  C'est une personne enthousiaste, pleine de talents et forte.  Une personne qui a vécut beaucoup de choses, qui sait beaucoup de choses et a plein de souvenirs.

Ce sont les premiers mots [ukrainien] de “L'histoire de la vie d'Anna Boiko“[ukrainien], le blog de la petite fille d'Anna Boiko, Olya Suprun, qui partage en ligne les souvenirs de sa grand-mère, les histoires de leur famille et des autres habitants de Yaglush.

Le village natal de sa grand-mère, Yaglush, se trouve aujourd'hui dans l’oblat d'Ivano-Frankivsk [français], dans l'ouest de l'Ukraine.   Cette région appartenait à l’empire austro-hongrois [français] depuis 1792, puis brièvement à la République Populaire d'Ukraine Occidentale [fr] après la première guerre mondiale, à la Pologne entre les deux guerres, de 1920 à la fin des années 30, aux soviétiques et qux nazis pendant la seconde guère mondiale, puis à nouveau aux soviétiques à partir de 1944 jusqu'à l’indépendance [ang] de l'Ukraine en 1991.

Anna Boiko avec son mari Mykhailo. Photo scannée par Olya Suprun, utilisation autorisée.

Les souvenirs d'Anna Boiko recueillis par sa petite-fille remontent aussi loin que 1939 et racontent la vie des habitants de Yaglush au moment du transfert de la la région du contrôle polonais au contrôle soviétique [ang], pendant la deuxième guerre mondiale et le retour de l'autorité soviétique.  Ils touchent des sujets douloureux de l'histoire de l'Ukraine comme l'occupation nazi, la répression et les déportations de la population locale pendant les premières années du communisme ou le sort de l’armée insurrectionnelle ukrainienne [fr].

Voici comment Anna décrit [uk] la vie du village tandis que la deuxième guerre mondiale se profile à l'horizon :

Les choses étaient confuses en politique, aussi, [les gens] espéraient que ce serait mieux que sous la Pologne, mais les choses n'ont pas évoluées dans le bon sens. Les arrestations et les persécutions ont commencé.  Plusieurs familles ont été déportées en Sibérie : Zakhariy Zliukovsky, Dutka et quelques autres familles qui avaient été déplacées ici depuis la Pologne.  Les terres des propriétaires ont été divisées, et [ma] mère a eu quelques centaines [de mètres carrés].  Mais la terre contenait de l'argile et était inaccessible quand il pleuvait – il n'y avait pas de bonnes routes.

[…]

A cette époque, la guerre avec les Allemands approchait. Je me rappelle que c'était un dimanche, une journée claire et ensoleillée.  Grand mère bavardait avec une voisine à la maison.  Je suis allée dans la cour pour faire sortir les poulets […].  Soudain [j'ai entendu] un fort grondement de tonnerre, et puis un autre.  J'ai couru à la maison et dit à grand-mère “Grand mère, il faut rentrer les volailles, l'orage arrive !”  Pourtant le ciel était clair, sans un seul nuage en vue et on ne voyait pas d'orage.  Peu après maman est rentrée à la maison et a dit qu'elle avait entendu au village qu'il y avait une guerre !  Ce n'était pas un orage mais le bruit des bombes qui tombaient.  A partir de ce moment les gens sont devenus très prudents.  C'était en 1941.

Malgré l'enfance difficile de sa grand-mère, Olya la décrit comme une personne de 75 ans bien informée et curieuse, qui fait de la poésie et écrit ses mémoires,  brode de superbes ouvrages, joue à des jeux vidéos et aime cuisiner.  Elle publie souvent les poèmes, les souvenirs et chroniques villageoises d'Anna tout en étant attentive aux coutumes et traditions auxquelles tiennent les habitants.

Photo des plats traditionnels préparés par Anna Boiko pour le diner de Noël aux 12 plats. Photo d'Olya Suprun, utilisation autorisée.

Dans un de ses billets, Olya admet [uk] que bloguer est nouveau pour elle et réaliser que son blog est plutôt atypique :

Je sais que ce blog est un peu bizarre et a un format inhabituel : une maison étrange et inconnue en arrière-plan, des histoires qui ne sont pas populaires et dont le sens n'est pas évident, et en plus de tout ça, leur auteur, ma grand-mère, n'est pas l'auteur de ce blog… mais le but ce n'est pas les classements, ou le profit ; pour en comprendre le sens, il faut lire entre les lignes…

Anna Boiko lit le blog qui lui est dédié avec son mari. Photo d'Olya Suprun, utilisation autorisée.

Il semblerait pourtant que la popularité de “L'histoire de la vie d'Anna Boiko“[uk] ait déjà dépassé les attentes de son auteur.  En 2011 il a été nommé meilleur blog personnel au Prix des meilleurs blogs ukrainiens [uk] et le nombre de lecteurs et de fans ne cesse de grandir.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site