Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Philippines : Déraciner des arbres pour un centre commercial, pas question

Le projet du centre commercial SM de la ville de Baguio dans le Nord des Philippines de retirer plus d’une centaine d’arbres pour la construction d’un nouveau parking et d’un site de loisirs a été accueilli par d’importantes protestations de la part des habitants concernés et de diverses associations. Le groupe SM appartient au plus riche homme d’affaires des Philippines.

Des milliers de personnes ont défilé dans les rues de la ville de Baguio le 20 janvier dernier afin de défendre les arbres et d’appeler le public à  boycotter le centre commercial SM Baguio. Le mot-clic #ProtectBaguiotrees (Protéger les arbres de Baguio) a été ce jour-là sur Twitter le sujet le plus tendance dans le pays.
.
Le blog Take Me to the Riot a fait du refrain de la chanson de Joni Mitchel  “Ils ont pavé le Paradis pour construire un parking”,  le point de départ de ses réflexions sur la question :

Curieusement, il semble que l’histoire toute entière de cette montagne ne soit faite que de déracinement et de déplacement. Des tribus – comme celles des Kankanaeys, des Igorots et des Ifugaos – ont été expulsées du centre- ville et déplacées vers d’autres endroits. Certaines ont dû aller en d’autres zones de la province de Benguet.

Ces gens à l’image de ces arbres se trouvaient là depuis plus longtemps que le centre commercial SM Baguio, la supérette 7-11 ou le McDonald de Session Road. Mais le mercantilisme, dont l’objet s’avère être dans le cas présent la construction de parkings, est toujours suffisamment plus fort pour parvenir à déraciner et à déplacer ceux qui connaissent cette terre depuis plus longtemps et peut-être même plus intimement.

Manifestation devant le centre commercial SM Baguio. Photo de @KrissyAngela

Le blog A Mommy Who Tries Living Life to the Fullest! (Une mère qui essaie de vivre sa vie à plein!) qui s'est inspiré du  nouveau film pro-environnemental d’animation en 3D des studios Pixar, Wall-E, souligne le manque de différence significative entre le fait de déraciner et de déplacer des arbres et celui de les abattre.

Ces lieux sont biens si vous ne savez pas ce qui est arrivé aux anciens arbres qui y étaient plantés. Le Directeur général du Centre écologique de la Cordillère PINE TREE, a déclaré que pour 497 pins plantés par la compagnie Camp John Hay Development Corporation en 1994, moins de 20% d’entre eux seulement avaient survécu et que ceux qui n’étaient pas morts montraient des signes de détérioration. Donc, il faut nous attendre à ce que sur les 187 pins déracinés, à peu près 30 arbres seulement survivent.

Les habitants de la ville de Baguio ont dénoncé le manque de consultations publiques et s’interrogent sur la délivrance du permis au centre commercial pour le retrait de ces arbres. Des étudiants ont écrit pour mettre en exergue la connivence du gouvernement avec les grandes entreprises :

Bien pire, l’actuelle administration va même jusqu’à autoriser cette démarche inique et semble refuser de protéger les intérêts de la majorité de la  population. Le Président Aquino ainsi que les autorités de la ville elles-mêmes ne manifestent aucune désapprobation quant à ce projet et le Département de l’Environnement et des Ressources naturelles a délivré le permis pour sa mise en oeuvre.

Pendant ce temps, le blog Stretching the Symbolic conclut que cette cause est finalement une cause contre le “système capitaliste”.

Ce n’est pas juste une lutte pour défendre des arbres ou une lutte contre le groupe SM et sa cupidité ; c’est une lutte pour nos concitoyens de la ville de Baguio et du pays tout entier contre un ample système dont les projets d’abattage d’arbres ne sont que l’une de ses nombreuses et néfastes manifestations. C’est un combat contre un système où tout est fait au profit de quelques-uns et au détriment de nombreux autres.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site