Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Zambie: Lorsque Wikipedia “tue” le président

Dans la matinée du 22 Janvier 2012, les Zambiens ont été surpris à leur réveil par une déclaration [en anglais] de la Présidence réfutant la rumeur sur les sites d'informations selon laquelle le président Michael Sata avait été assassiné. Selon les apparences, beaucoup de Zambiens n'avaient pas vu la nouvelle sur leurs sites d'informations habituels.

La Présidence a publié un communiqué niant que le président avait été assassiné. Une partie de la déclaration faite par le porte-parole du président Sata, George Chellah disait [en anglais]:

La Présidence de la République est attristée par l'histoire malveillante, sadique et infondée qui circule que Son Excellence M. Michael Sata Chilufya, Président de la République de la Zambie est décédé.

Cela fait suite à la publication d'un article inconscient et indigne par un site web grossier renommé, affirmant que le chef de l'État  avait été assassiné dans les premières heures d'aujourd'hui, 22 janvier 2012.

En effet, la Présidence est consciente que ces histoires horribles sont crées par certains éléments incontrôlés, avec une majorité d'entre eux qui sont objet d'enquête pour faute professionnelle grossière et corruption dans le combat national contre la prévarication.

C'est seulement plus tard qu'il est apparu que la rumeur provenait d'une entrée de Wikipedia à propos de Michael Sata donnant une nécrologie de l'homme politique chevronné, en poste depuis quatre mois après les élections du 20 septembre qui ont vu la défaite du Mouvement pour le Multipartisme Démocratique (MMD), au pouvoir pendant 20 ans depuis 1991.

Bien que l'entrée de Wikipedia ait été retirée dès qu'il a été réalisé qu'elle était un canular, WiredProject316 [en anglais] l'a capturée :

Michael Sata a été assassiné dans les premières heures du 22 Janvier. Il a été tué par une balle dans la poitrine, qui s'est avérée être fatale …

L'auteur de la rumeur a déjà été localisé [en anglais]:

La modification semble avoir été faite depuis la ville de Crawley au Royaume-Uni par des inconnus utilisant l'adresse IP 82.11.64.177 par le nom de domaine virginmedia.com et avec Virgin Media Limited en tant que fournisseur de services Internet.

L'altération falsifiée a été envoyée par une ligne d'abonné numérique (DSL) – une famille de technologies qui offrent un accès internet par la transmission de données numériques sur les fils d'un réseau téléphonique local.

Les coordonnées de l'entrée modifiée semblent être 51 ° 6'48 “Nord -0 ° 10'58” Ouest tandis que le code de la station météo pour l'auteur est UKXX0816, ce qui signifie que cela a été fait dans la partie Angleterre du Royaume-Uni.

Les soupçons sont très vite tombés sur le Zambian Watchdog [en anglais], un site web d'informations qui a été à couteaux tirés avec le président Sata depuis le temps où il était leader de l'opposition. Le site a été accusé d'être lié au chef de l'opposition, du Parti Uni pour le Développement National (UPND), Hakainde Hichilema. Hichilema lui-même a nié les allégations de liens avec le site web sur blogtalkradio [en anglais].

The Zambian Watchdog a toutefois riposté [en anglais] quand il s'est avéré que la source de l'assassinat imaginaire était en fait Wikipedia :

Front page of The Post, Zambia's leading independent newspaper. Image courtesy of @luchi7

La une de magazine indépendant zambien The Post. Image de @luchi7

Il est évident que les ennemis des médias en ligne et en particulier du Zambian Watchdog sont déçus que l'histoire que le président Michael Sata a été assassiné n'ait pas été générée par n'importe quel site Web en Zambie.

Dimanche, quelqu'un, peut-être un agent du gouvernement, a modifié la biographie de Sata sur Wikipedia et a entré de nouvelles informations selon lesquelles il est mort ce dimanche après avoir reçu un seul tir fatal.

Maintenant, Wikipedia n'est pas une publication en ligne zambienne. Ce n'est même pas un site d'actualités.

C'est un site d'information que n'importe qui peut modifier et publier toutes les informations qu'il veut.

Le site est hébergé aux Etats-Unis, mais peut être modifié, même à partir Lundazi (un district rural dans l'est de la Zambie).

Le porte-parole du président Sata, George Chellah, s'est fait étriller par un journaliste zambien basé aux États-Unis, Field Ruwe, qui a écrit une série d'articles intitulée “Hunt for a Successor” (Chasse au successeur). Field Ruwe a appelé au licenciement de Chellah pour avoir commis ce qu'il a appelé “un des péchés les plus mortels du journalisme” :

Le président Sata doit remplacer son conseiller spécial pour la presse et les relations publiques George Chellah pour avoir commis un des péchés les plus mortels du journalisme – s'inspirer d'une source non fiable.
Wikipedia n'est pas une source crédible et fiable!
Chellah doit se familiariser avec l'incident Seigenthaler aussi appelle aussi l'incident biographique de Wikipedia.

Ruwe continue [en anglais]:

Le travail de conseiller spécial exige un agent qualifié, compétent et habile qui joue un rôle majeur dans la notoriété et le décorum au bureau du président. Il est un lien entre le gouvernement, l'opinion publique et les médias. Les principales qualités d'un conseiller spécial sont la capacité d'effectuer des recherches approfondies et de garder son sang froid dans des environnements très éprouvants. Le président aurait dû choisir mieux.
Cette blague d'assassinat n'a pas de sens. Lorsque l'information est arrivée à l'attention de Chellah, il aurait dû d'abord peser la gravité de la question. Avant de rendre compte au président et d'informer la presse, il aurait dû vérifier avec l'agence Reuters, AP (Associated Press), UPI (United Press International), et des courriers BBC et CNN pour voir si quelqu'un portait l'histoire. En même temps, il aurait dû garder son oreille au sol pour guetter une réaction de la population zambienne.

Le président Sata a récemment ordonné au procureur général de faire enregistrer [en anglais] tous les sites zambiens d'information, mais on ne sait pas jusqu'où la tâche a été menée. L'ancien ministre de l'Information, de la Radiodiffusion et du Tourisme Given Lubinda a mis les sites d'informations au défi [en anglais] de révéler leur emplacement physique.

Les rumeurs de la mort de Michael Sata étaient endémiques pendant les campagnes électorales de l'an dernier.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site