Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Nomad Green : Inquiétudes pour l'environnement à Oulan-Bator

[Tous les liens sont en anglais] En Mongolie, les citoyens journalistes qui s'intéressent à l’environnement abordent sur le site Nomad Green des sujets concernant la détérioration de l’environnement dans leur pays. À l’origine, les billets sont rédigés en mongol et certains sont traduits en chinois et en anglais.

L’étudiant universitaire Munkhtsatsral.B signale (traduit par Bolorerdene) que le réchauffement de la planète a commencé à toucher la Mongolie en 1970 et que les désastres naturels les plus fréquents en Mongolie sont les suivants :

Incendies : 15 % du paysage mongol est recouvert de forêts susceptibles de brûler. En 1998, 132 incendies se sont déclarés.

Tempêtes de sable ou de neige : la tempête de neige de 1996-1997 a causé la mort par congélation de 600 000 têtes de bétail et a atteint 20 % du territoire mongol.

Sécheresse : la sécheresse concerne un quart de la Mongolie tous les 2 ou 3 ans.

Et il y a aussi les pluies torrentielles et les inondations.

L’habitat traditionnel d’Oulan-Bator, en Mongolie, est responsable de 60 % de la pollution de l’air de la ville pendant la longue saison d’hiver. Photo d’Andrew Cullen. Copyright Demotix.

Bulgantsetseg.N soutient que la ger ou yourte est un habitat traditionnel fortement associé à la culture mongole, aux conditions climatiques et de vie ainsi qu’à d’autres facteurs. Bien qu’elle soit la cause principale de la pollution de l’air d’Oulan-Bator [à cause des braseros dont se servent leurs occupants], la capitale, elle peut être utilisée à la campagne.

Les yourtes mongoles ne sont pas seulement des logements pour les gens sans ressources. Elles semblent n’être qu’un objet utilitaire dans notre vie quotidienne, mais ça n’est pas si simple. Elles sont le témoin des origines et de l’histoire de la culture mongole. C’est pourquoi elles devraient être utilisées à la campagne par les gardiens de troupeaux, pour qu’elles ne perdent pas leurs caractéristiques propres.

Bolorerdene E signale que l’augmentation de la pollution d’Oulan-Bator dans les 10 dernières années est grave mais pas seulement à cause de la dégradation de la qualité de l’air. Bolorerdene explique :

Chaque année, 600 000 m3 de déchets sont produits, dont 25 % de papiers, 17 % de déchets organiques, 34 % de plastiques, boîtes de conserve, bouteilles et cendres. Quant aux 20 % de déchets dangereux, ils restent à l’air libre et ne reçoivent aucun traitement spécifique. Le gouvernement devrait donc immédiatement prendre des mesures.

Urantuya.M. parle d’une plus grande sensibilisation des citoyens sur une gestion adéquate des déchets et surtout de l’utilisation de combustibles moins polluants pour un environnement plus propre.

Bayarmaa.J. attire l’attention sur un autre problème à Oulan-Bator :

L’usine de détergents d’Oulan-Bator doit filtrer l’eau sale avant de la déverser dans la rivière Tuul ; ils reversent directement l’eau avec les substances chimiques toxiques dans la rivière à cause d’un problème technique qui dure depuis plusieurs années. Cette déplorable façon d’agir a provoqué la disparition d’un grand nombre de poissons du fleuve Tuul.

Pour lire les dernières mises à jour, consulter directement le site Nomad Green.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site