Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Espagne : Les grands-parents rebelles du mouvement des Indignés

Ce billet fait partie du dossier spécial L'Europe en crise.

Ils se surnomment “les enfants” du 15-M, le sigle des manifestations des Indignés espagnols, et pourtant ils ont pour la plupart plus de 60 ans, ils sont à la retraite, ils sont “iaios” (grands-parents en catalan) et ils sont des vétérans du militantisme. Celestino SánchezAntonia Jover, Adrián Rísquez et Rosario Cunillera sont quelques-uns des membres des “Iaioflautas,” un collectif qui a vu le jour à Barcelone au mois d’octobre dernier aux milieux des tentes installées place de Catalogne. Leur objectif est d’aider les jeunes à leur manière. Mais le combat, affirment-ils, reste le même [en espagnol et anglais] : “pour une démocratie digne de ce nom et une justice sociale, contre les banquiers et les politiciens complices.”

Les “Iaioflautas” dont le nom a été créé par solidarité avec les “perroflautas” (Ndlr : marginaux ou ‘hippies” faisant la manche avec leur chien) – terme péjoratif utilisé par la Présidente de la Communauté urbaine de Madrid pour désigner les jeunes manifestants – utilisent certaines méthodes ayant déjà fait leurs preuves par le passé contre le franquisme et lors de mouvements syndicaux espagnols de gauche, tout en se servant des nouvelles technologies. En résumé, ils organisent une “action directe” dans la rue une fois par mois, presque en secret, et ils ne l’annoncent pas sur leur compte Twitter @iaioflautas ou leur blog [es] avant d’avoir vraiment commencé. De cette manière, ils évitent tout problème avec la police.

Leur première action a eu lieu au mois de novembre, lorsqu'ils occupèrent les locaux d'une banque Santander à Barcelone. La dernière en date est l'”Opération #RebelionBus” qui a eu lieu le mercredi 1er février. Environ soixante-dix “yayos” (grands-parents) se sont donné rendez-vous dans le centre de la capitale catalane et ont “détourné” un bus pour protester contre l’augmentation abusive des tarifs des transports publics. Ils ont choisi la ligne 47 en mémoire du conducteur de bus et syndicaliste Manuel Vital [es] qui détourna un bus sur cette ligne en mai 1978 afin de prouver qu’il pouvait circuler en bus dans son quartier. Voici ci-dessous quelques tweets qu’ils ont commencés à écrire il y a quelques jours avec l’aide de jeunes manifestants :

30 janvier :

@iaioflautas: #eldía1F los @iaioflautas vamos a hacer algo muy loco. (puenting…como que no). Filosofía #occupy 99% ¿Le dais un meneito? Gracias!

@iaioflautas: #1erfévrier les @iaioflautas vont faire quelque chose de complètement fou (du saut à l'élastique… bien sûr que non). Philosophie #occupy 99%. Vous voulez bien nous donner un petit coup de main ? Merci !

@celescolorado: Miércoles 1 por la mañana nueva travesura de @iaioflautas, síguenos

@celescolorado :  Mercredi matin 1er février une nouvelle plaisanterie des @iaioflautas, suivez-nous

31 janvier :

@iaioflautas: Tic-tac, tic-tac…cuenta atrás para una travesura más. Será #eldia1f ¡especuladores, os vais a enterar! Somos el 99%. No olvidamos.

@iaioflautas: Tic-tac, tic-tac… compte à rebours avant une nouvelle plaisanterie. C'est pour le #1erfévrier. Spéculateurs, vous allez comprendre votre douleur !  Nous sommes les 99%.  Nous n'oublions pas.

1er février :

@iaioflautas:  En marcha! Hoy será un día largo. No olvidéis el bocadillo, medicaciones varias… Hoy entramos en acción. ¡Atentos!

@iaioflautas:  En avant ! Aujourd'hui va être une longue journée. N'oubliez pas votre sandwich, vos divers médicaments… C'est aujourd'hui que nous entrons en action. Attention !

@iaioflautas: Calentando motores, q frío que hace!

@iaioflautas: Nous faisons chauffer les moteurs, il fait trop froid !

@iaioflautas: Hemos ocupado un autobús, el 47, en pl. Catalunya. Somos más de 70 @iaioflautas, la acción ha empezado, seguidnos en #rebelionbus

@iaioflautas : Nous occupons un bus, le 47, pl. de Catalogne. Nous sommes plus de 70 @iaioflautas, l'action a commencé, suivez-nous avec #rebelionbus

@iaioflautas: [Calle] Industria con Sardenya. Que se escuche: rechazamos las reducciones de tarifas y el plan de recortes salariales #rebelionbus

@iaioflautas: [Rue] Industria et Sardenya. Ecoutez : nous sommes contre les réductions tarifaires et le plan de réduction des salaires #rebelionbus

@iaioflautas: Aquí podéis ver algunas fotos de #rebelionbus. Vamos por Ronda Guineueta. Estamos ocupando el bus 47 http://www.iaioflautas.org/2012/02/operacio-rebelionbus/

@iaioflautas:  Vous pouvez voir ici quelques photos de #rebelionbus. Nous prenons la rue Ronda Guineueta. Nous occupons le bus 47.  iaioflautas.org/2012/02/operac…

@iaioflautas: Bueno, el trayecto de ida ha acabado. Ahora, volviendo para la Plaza Catalunya. Sobre las 12:30 haremos una asamblea allí #rebelionbus

@iaioflautas: Bon, le trajet aller se termine. Nous retournons maintenant place de Catalogne. Nous allons tous nous y retrouver vers 12 h 30 #rebelionbus

@iaioflautas: Final del trayecto mañanero de la #rebelionbus. La lucha continúa con #yonopago esta tarde. pic.twitter.com/8GaRmzSw

@iaioflautas: Fin du trajet du #rebelionbus pour ce matin. La lutte continue cet après-midi avec #yonopago (#jenepaiepas). pic.twitter.com/8GaRmzSw

@celescolorado: En la asamblea final en pz. Catalunya @iaioflautas hemos cantado el cumpleaños feliz a un compañero, Manolo González cumplía 80 años

@celescolorado : Au rassemblement final pl. de Catalogne @iaioflautas nous avons chanté joyeux anniversaire à un ami, Manolo González, qui vient d'avoir 80 ans

Et voici la vidéo que @15Mbc_tv a enregistrée et mise en ligne :

L’opération #RebeliónBus avait été préparée une semaine auparavant lors d’un meeting auquel j’ai assisté. Cela faisait un moment que je suivais les iaioflautas sur internet et je voulais faire leur connaissance. Pendant ce meeting, ils ont finalisé les détails de l’opération et ils ont commencé à organiser la “plaisanterie” qu’ils vont faire au mois de mars. Voici ce que certains d’entre eux m’ont raconté :

Celestino Sánchez, 61 ans :  

Celestino. (Screen shot taken by the author)

Celestino. (Capture d'écran faite par l'auteur)

El 15M representó para gente como nosotros una especie de aire fresco. La situación ha cambiado y hay un nuevo escenario y tenemos que volver a aprender. Eso no quiere decir que nuestro pasado no sirva, pero las cosas son diferentes. Por ejemplo, hace diez años era impensable que se convocara a través de las redes sociales la ocupación de la plaza Catalunya. Se decía que la gente joven no hacía nada, y hace, hace mucho. La gente de las generaciones futuras vivirá peor que la del pasado, ese es otro cambio. Lo que creo que no ha cambiado son los objetivos: una sociedad en las que las personas podamos vivir libremente, que tengamos vivienda, transporte, que estudiemos. Eso lo queríamos hace treinta años y ahora también, sigue siendo vigente. 

Le mouvement 15-M a été un peu comme un bol d’air frais pour nous. La situation a évolué. Les choses ont changé et nous devons en apprendre de nouvelles. Cela ne veut pas dire que notre passé est inutile mais que les choses sont différentes maintenant. Par exemple, il y a dix ans, c'était impensable d’organiser l’occupation de la place de Catalogne à travers des réseaux sociaux. Beaucoup de personnes ont dit que les jeunes ne faisaient rien, mais ils ont fait beaucoup de choses. Les générations futures vivront moins bien que les précédentes et ça, c’est un autre changement. Je pense que ce qui n’a pas changé, ce sont les objectifs : une société dans laquelle nous, le peuple, nous pouvons vivre librement, avoir un logement, avoir un moyen de transport et étudier. C’est ce que nous voulions déjà il y a trente ans et c’est ce que nous voulons encore aujourd’hui.

Antonia Jover, 72 ans :

Antonia. (Screen shot taken by the author)

Antonia. (Capture d'écran faite par l'auteur)

Me gusta mucho esta forma de lucha, porque pienso que es una forma directa y, además, responde a la concepción que siempre he tenido de la democracia. La democracia es poder del pueblo, ningún gobierno puede ser democrático, porque los gobiernos son represivos. La verdadera democracia está en el pueblo y en la vigilancia del pueblo de que los gobiernos cumplan lo que prometen. Los iaioflautas podemos aprovechar las experiencias que teníamos del franquismo. Entonces los que queríamos una sociedad democrática teníamos un enemigo común, el franquismo, un sistema bárbaro y represivo. Y ahora, ¿por qué no hacer una misma experiencia de la unidad contra los especuladores y los financieros? Nos afecta al 99% de la población y sólo es el 1% el que se beneficia. Ésta es la idea.”

J’aime beaucoup cette manière de lutter, de façon directe. De plus, cela correspond à une conception de la démocratie que j’ai toujours eue. La démocratie, c’est le pouvoir du peuple. Aucun gouvernement ne peut être démocratique car les gouvernements sont répressifs. La vraie démocratie réside dans le peuple qui doit veiller à ce que le gouvernement tienne ses promesses. Nous, les iaioflautas, pouvons tirer profit de ce que nous avons vécu sous le franquisme. A cette époque, ceux d'entre nous qui voulaient une société démocratique, avaient un ennemi commun : le franquisme, un régime barbare et répressif. Alors pourquoi ne pas faire de même aujourd'hui et s’allier tous ensemble contre les spéculateurs et les opérateurs du système financier ? Les 99% de la population sont affectés par ce système et seulement un 1% en profite. C’est ça l’idée.

Adrián Rísquez, 77 ans :

Adrián. (Screen shot taken by the author)

Adrián. (Capture d'écran faite par l'auteur)

En los iaioflautas me siento muy bien. Llevo cinco años encerrado en la Federación de Asociaciones de vecinos hablando de la sanidad sin salir a la calle y como nuestra trayectoria fue en la calle, dentro de los locales no me aguantaba. Con los iaios hacemos lo que me gusta, en la calle, porque lo hicimos en aquellos tiempos y lo estábamos echando en falta. Decíamos que era necesario que la juventud saliera a la calle, pues ya está en la calle y ahora lo que tenemos que hacer es estar con ellos, que ellos aprendan de nosotros y nosotros de ellos. No se puede estar en casa porque las cosas que tenemos no las hemos conseguido en casa. La sanidad pública se consiguió en la calle y tenemos que conseguir en la calle para que no nos la quiten.

Je me sens vraiment bien avec les iaioflautas. Cela fait cinq ans que je suis enfermé dans les locaux de la Fédération des Associations de Voisinage à parler de la santé sans aller sur le terrain et, comme c’est dans la rue que nous avons acquis notre expérience, je ne supportais plus de rester à l'intérieur. Avec les iaios, nous faisons ce que j'aime, dans la rue, car c’est ce que nous faisions à l’époque et cela nous manquait. Nous disions que les jeunes devaient descendre dans la rue, et bien c’est ce qu’ils ont fait, et maintenant nous devons être à leurs côtés afin qu’ils puissent apprendre de nous et inversement. Ce n’est pas en restant à la maison que nous avons obtenu tout ce que nous avons aujourd’hui. C’est dans la rue que nous avons acquis notre système de santé publique et c’est dans la rue que nous devons le défendre pour le garder.

Rosario Cunillera, 66 ans : 

Rosario. (Screen shot taken by the author)

Rosario (capture d'écran faite par l'auteur)

Todo empezó cuando fuimos a la plaza Catalunya a ver a los jóvenes y saber qué pensaban. No entramos en su lucha, porque, para mí, era totalmente diferente a cuando vine a Barcelona, a los 18 años, a luchar contra Franco. Pero fue un impulso nuevo. Ellos van a encontrar su forma de luchar, pensé, con el Twitter y todo esto. Y me apunté a los iaioflautas y cada vez que hay algo de los jóvenes, procuramos ir. Los jóvenes del 15M nos han dado un poco de ilusión y eso es algo que nos faltaba a la gente mayor.

Tout a commencé lorsque nous sommes allés place de Catalogne pour voir ce que les jeunes pensaient. Nous n'avons pas pris part à leur combat car, pour moi, la situation était totalement différente de celle que j'avais connue lorsque je suis arrivée à Barcelone, à l'âge de dix-huit ans, pour combattre Franco. Mais il y avait un nouvel élan. J’ai pensé qu’ils allaient trouver leur propre moyen de lutter avec Twitter et tout le reste. Alors, j’ai rejoint les iaioflautas et à chaque fois que les jeunes manifestent, nous essayons d’y aller. Les jeunes du 15-M nous ont donné un peu d’espoir et c’est ce dont nous, les personnes âgées, avions besoin.

Ce billet fait partie du dossier spécial L'Europe en crise.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site