Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie : Razan Ghazzawi à nouveau arrêtée

Ce billet fait partie de notre dossier spécial sur les manifestations en Syrie.

Les forces de sécurité syriennes ont à nouveau arrêté la blogueuse et militante syrienne Razan Ghazzawi jeudi 16 février, durant un raid mené sur les bureaux du Centre syrien pour la liberté d'expression à Damas, où elle est employée. Razan Ghazzawi a été arrêtée avec treize de ses collègues, dont le directeur du centre, Monsieur Mazen Darwish.

C'est la seconde fois que Razan Ghazzawi est arrêtée par les autorités syriennes.  Elle avait été  arrêtée en décembre 2011 à la frontière syrienne-jordanienne, alors qu'elle se rendait à une conférence à Aman. Son arrestation avait provoqué une grande mobilisation pour demander sa libération. Razan a été  libérée sous caution après 15 jours de détention.

Razan Ghazzawi est syrienne, née aux Etats-Unis, elle a contribué à Global Voices Online et à Global Voices Advocacy. Elle est l'une des très rares parmi les blogueurs syriens à publier sous son vrai nom.

L'une des affiches de la campagne Free Razan partagée sur Internet quand Razan Ghazzawi avait été arrêtée en décembre 2011

Le blog syrien Nidalat [arabe] a été l'un des premiers à annoncer la nouvelle. Il a publié le communiqué suivant :

إننا في المركز السوري للدراسات والأبحاث القانونية ندين هذا الاعتقال ونطالب السلطات السورية بإطلاق سراحهم فورا ونعتبر هذه الخطوة تجاه المدافعين عن حرية التعبير تؤكد موقف وسعي السلطات السورية لخنق أي صوت وحتى خنق الأصوات المدافعة عن حرية التعبير وزيف الادعاءات بالانفتاح والحوار وتعديل الدستور والسماح بالحقوق الأساسية للإنسان.

Nous, du Centre syrien pour les études juridiques et la recherche, condamnons cette arrestation et demandons aux autorités syriennes de libérer [ces activistes] immédiatement. Nous considérons que cette action contre des militants pour la liberté d'expression illustre la position des autorités syriennes, qui veulent écraser toute voix demandant la liberté de s'exprimer. Cela prouve que les déclarations du gouvernement syrien sur l'ouverture, le dialogue, et une réforme constitutionnelle sont mensongères.

La nouvelle a provoqué l'incrédulité, et les réactions ont été immédiates. Nadine Ghazzawi, soeur de Razan, sur Twitter :

@NadineGhazzawi Ils ont de nouveau arrêté ma soeur Razan Ghazzawi ! Elle a été arrêtée au travail, dans le centre de Damas, aujourd'hui.

Le journaliste Ahmed Shihab-Eldin :

@ASE: Encore un nouveau jour triste pour la  #Syria et #FreeSpeech

BSyria évoque sa dernière conversation avec Razan :

@BSyria: J'ai parlé en ligne avec Razan hier. Je lui ai demandé : est-ce que tu es menacée ? Elle m'a dit : “Non, je t'ai dit que je n'étais pas importante.” #FreeRazan #syria

D'autres réactions sur l'arrestation de Razan sur les tweets portant le hashtag #FreeRazan sur Twitter. La page Facebook demandant sa libération est également réouverte.

Ce billet fait partie de notre dossier spécial sur les manifestations en Syrie.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site