Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Italie : condamnation historique dans le procès Eternit sur l'amiante

Un verdict historique a été rendu en Italie dans le procès Eternit sur les conséquences mortelles de l'amiante.

Les patrons d'Eternit avaient mis la vie de leurs travailleurs en danger  et commit des crimes contre l'environnement.  Cependant beaucoup doutaient du fait qu'ils soient condamnés pour leurs forfaits. Pourtant c'est bien ce qui est arrivé le 13 février 2012 à Turin, au nord de l’Italie. Les deux plus hauts dirigeants de la multinationale Eternit ont écopé de 16 ans de prison après un procès pénal qui a débuté en 2009. Les juges ont reconnu Stephan Schmidheiny, l’ex-propiétaire d’Eternit, et Louis de Cartier de Marchienne, ex-administrateur de la branche italienne responsables de quelques 3 000 décès dus à l’amiante survenus notamment à Casale Monferrato et ses environs. Ils sont également été condamnés à indemniser les victimes, leurs familles et des associations de la société civile à plusieurs dizaines de millions d’euros, aux quelque 6 000 parties civiles. La sentence a été accueillie avec satisfaction par des centaines de proches et des victimes de l'amiante,  ainsi que par des représentants d'associations étrangères de victimes.

Hommage aux morts de l'amiante, devant les établissements Fibronit à Casal Monferrato – Photo de Ro-buk: I' m not there sur Flickr, reproduite sous licence Creative Commons CC-By

Le site Swissinfo  donne quelques détails sur le jugement :

Ils devront notamment verser 25 millions d'euros à la commune de Casale Monferrato, 20 millions à la région Piémont et 15 millions à l'Inail, la caisse nationale italienne d'assurance en cas d'accidents. M. de Cartier devra également verser 4 millions d'euros à la commune de Cavagnolo.

Messieurs Schmidheiny et de Cartier devront en outre verser entre 70 000 et 100 000 euros à huit associations, dont des syndicats et l’association écologiste WWF. Les victimes de l'amiante et leurs familles recevront quant à elles des indemnités s'élevant pour la plupart entre 30 000 et 35 000 euros, selon la liste lue par le président du tribunal.

Le site Sanita in Cifre explique pourquoi ce procès était considéré comme le “procès du siècle” [it] :

La sentenza di Torino su Eternit interviene su quello che qualcuno ha definito “il processo del secolo”, per l’impressionante quantità di vittime coinvolte: oltre 2.200 decessi dovuti all’amianto, 700 malati di asbestosi, oltre 6.000 costituzioni di parte civile e una platea di legali composta da 150 avvocati.

Le jugement de Turin de la société Eternit intervient sur ​​ce que certains ont appelé “le procès du siècle”, pour le nombre impressionnant de victimes impliquées : plus de 2.200 décès dus à l'amiante, 700 patients atteints d'asbestose, plus de 6000 parties civiles et un plateau juridique de 150 avocats.

Les familles des victimes de l’amiante ont ouvert un blog, asbestosinthedock.ning.com et une page Facebook. Elles pensent que l’importance et les implications internationales de ce procès vont bien au-delà des frontières italiennes [en] :

Also, public prosecutors in other countries may study the Turin trial as a precedent for bringing their own criminal trials against directors of national Eternit subsidiaries.

En outre, des procureurs dans d'autres pays pourront étudier le procès de Turin en tant que cas précédent pour des poursuites pénales contre les administrateurs de filiales nationales d'Eternit.

D'après les spécialistes, ce produit continuera à tuer encore pendant longtemps. Le site sanitaincifre.it donne la mesure de ce péril en Europe mais aussi dans le reste du monde [it]:

La triste contabilità delle vittime in Italia raggiungerà un picco tra il 2015 e il 2018, mentre in Europa occidentale le proiezioni si attestano su 500.000 morti nei primi 30 anni del 2000. E, secondo l’Organizzazione mondiale della Sanità, nel mondo muiono ogni anno 107.000 persone per cancro al polmone, mesotelioma o asbetosi dovuti a esposizione ad amianto, mentre sono oltre 125 milioni gli esposti ai rischi sui luoghi di lavoro.

Le triste décompte  des victimes en Italie atteindra son pic entre 2015 et 2018, tandis qu'en Europe occidentale les projections atteignent 500 000 décès dans les 30 premières années de 2000. Et, selon l'Organisation mondiale de la santé, 107 000 personnes meurent chaque année dans le monde entier pour le cancer du poumon, le mésothéliome ou asbestose due à l'exposition à l'amiante, alors que plus de 125 millions d’autres sont exposées à des risques dans leur milieu de travail.

Dans une interview accordée à Christian Elia à Niccolò Bruna et Andrea Prandstraller, co-auteurs du documentaire PolvereIl grande processo all’amianto (Poussière : le grand procès de l'amiante) pour le mensuel online de l’ O.N.G. Emergency fondée par le chirurgien de guerre italien Gino Strada, sur la colère et la douleur des habitants de Casal Monferrato, on peut lire  [it] :

L’amianto, bandito in Europa, è estratto e lavorato in molti grandissimi paesi del mondo: Russia, Cina, Brasile, India, Thailandia….Mentre i Paesi Europei sono alle prese con  costosissimi e quasi impossibili sforzi di decontaminazione il 75 percento della popolazione mondiale usa l’amianto-cemento ed è esposta ai suoi rischi. Perciò il problema amianto è oggi più attuale che mai.

L’amiante, interdite en Europe, est extraite et transformée dans un grand nombre de grands pays dans le monde : Russie, Chine, Brésil, Inde, Thaïlande …. Alors que les pays européens sont aux prises avec de coûteux et pratiquement impossibles efforts de décontamination, 75 pour cent de la population mondiale utilisent de l'amiante-ciment et est exposée à ses risques. Par conséquent, le problème de l'amiante est d'actualité maintenant plus que jamais.

C’est ce qui explique la présence de nombreuses délégations d'associations de victimes venues de l'étranger pour assister à la lecture du verdict de Turin. Dans un communiqué publié le jour même de la sentence, l’ANDEVA (Association Nationale de Défense des Victimes de l'Amiante) fait savoir que :

 Ce jugement était très attendu. Par les victimes italiennes d’abord qui n’ont pu toutes pénétrer dans la salle d’audience dont beaucoup ont suivi la lecture intégrale du jugement à la télévision et à la radio. Mais aussi pour les victimes et les veuves venues apporter leur solidarité du Brésil, des Etats Unis, de Belgique, d’Angleterre, de Suisse, de France, qui ont pu l’entendre en direct en traduction simultanée. Avec l’Andeva, une délégation de 160 victimes et veuves était venue à Turin de toutes les régions de France (Bourgogne, Rhône Alpes, Martigues, Dunkerque, Paris). Parmi eux des anciens d’usines françaises d’Eternit.

Malheureusement, même dans les tragédies les plus graves, le sort des victimes peut beaucoup varier. Dans ce cas des poudres tueuses, des victimes résidant dans les villes de Rubiera (Reggio Emilia) et Bagnoli (Naples) ne recevront aucune indemnisation car les crimes ont été prescrits. Pourtant, contaminées pour que d’autres gagnent de l’argent, les victimes vivantes auront toujours besoin de se soigner, les membres de leurs familles de se nourrir et la nature de se conserver pour les générations futures.

Pour avoir une idée du nombre de personnes qui se retrouvent ainsi laissées-pour compte, la blogueuse Valerie Wilson sur le blog Suite 101 a écrit  [en]:

 The President of Naples Province, Luigi Cesaro, listed the bulletin of deaths from the Bagnoli works:

  • 134 deaths from lung cancer
  • 9 deaths from larynx cancer
  • 258 deaths from asbestosis
  • 65 deaths from mesothelioma

as well as 100 workers still ill from the above illnesses.

Le Président de Province de Naples, Luigi Cesaro, a présenté le bulletin des décès dus à des travaux Bagnoli :

  • 134 décès par cancer du poumon
  • 9 décès dus au cancer du larynx
  • 258 décès dus à l'asbestose
  • 65 décès par mésothéliome

ainsi que 100 travailleurs encore atteints des maladies ci-dessus.

Antonio Iaccarino, fils de deux malades par contamination de la localité de Bagnoli a écrit sur la page Facebook Sentenza Processo Eternit [it]:

I miei genitori sono entrambi malati, sono stati lavoratori di Bagnoli e hanno lavorato dal 1960 al 1984…i loro amici del lavoro con i quali condividevano 3 turni si contano sulle dita di una solo mano, io forse sono un pò più fortunato di altri che hanno avuto i propri cari all'Eternit ma la vitadei miei genitori di sicuro non è stata, per motivi di salute, tutta rosa e fiori….

Mes parents sont tous deux malades, ils ont travaillé à Bagnoli de 1960 à 1984 … les amis avec lesquels ils partageaient les 3 tours au travail peuvent être comptés sur les doigts d'une seule main, moi peut-être j’ai eu plus de chance que d’autres qui ont eu des êtres chers dans l’entreprise Eternit,  mais la vie de mes parents n'a certainement pas été, pour des raisons de santé, que des roses et des fleurs ….

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site