Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tadjikistan : Le débat sur la vidéo pro-Poutine mobilise plus les Russes que les Tadjiks

Une chanson apparemment dédiée [en russe] au Premier Ministre russe Vladimir Poutine a dépassé le million de vues sur YouTube, et a rejoint plusieurs clips politiques devenus ‘viraux’ sur RuNet (l'Internet russophone) à l'approche de l'élection présidentielle de mars.

Que la voix de “V.V.P” (Vladimir Vladimirovich Poutine, nom complet de Poutine et titre de la chanson) vienne du Tadjikistan, est un fait déjà établi. De même que le nom du chanteur : Tolibzhon Kurbankhanov. A part cela, l'absence d'information sur le tube et sa provenance a alimenté en ligne théories du complot et tirades xénophobes, reléguant au second plan les opinions des Tadjiks.

VVP – il a sauvé le pays/VVP – il nous protège / VVP – a relevé la Russie/ Et le développement ne fait que continuer,” susurre [en russe] Kurbankhanov dans le refrain racoleur, dans un russe à peine ornementé de fioritures persanes.

Sur le blog d'Eurasianet Inside the Coccoon, Katya Kumkova trouve que la chanson “exalte les vertus de l'ancien, et vraisemblablement futur président, comme aucune autre avant.”

Mais des commentateurs russes ont été plusieurs à se demander si la vidéo n'émanait pas du service de communication de Poutine, des réserves qui semblent plus en rapport avec les origines ethniques de Kurbankhanov qu'avec la capacité du Kremlin à s'auto-promouvoir.

Une relation spéciale

Si la montée du nationalisme en Russie n'est un secret pour personne – une tendance dont les migrants d'Asie Centrale subissent généralement tout le poids – un mépris particulier semble réservé aux travailleurs migrants du Tadjikistan. Bien que les ouvriers migrants ouzbeks soient deux fois plus nombreux [en russe] que leurs homologues tadjiks dans la plupart des villes de Russie, c'est un duo d'hommes à tout faire tadjiks de fiction, Ravshan et  Jumshud, qui étaient des sujets [en russe] de caricature répétitives et brutales sur Nacha Russia (‘Notre Russie’) [en anglais], une série télévisée humoristique à succès.*

Avec ce statut de “l'autre” avalisé par des médias traditionnels volontiers racistes, un ressortissant tadjik paraît certes un choix bizarre pour être le héros d'une campagne pop pro-Poutine. D'où la théorie que cette vidéo n'est autre qu'une tentative des ultra-nationalistes pour discréditer l'actuel premier ministre russe, alors que les électeurs xénophobes perdent foi en l'étiquette politique V.V.P (malgré tous les efforts de Poutine pour les amadouer [en russe]) dans la course au scrutin du 4 mars.

La fraction de l'électorat qui serait tentée de voter pour un autre Vladimir [en anglais] le Jour du destin de la Russie n'a pas manqué de grincer des dents dans la section des commentaires sous le clip “VVP” :

Nous en avons un grand pays. L’ ‘élite’ a son argent à l'ouest, ses enfants à l'ouest, palais et clubs de football… et nous avons les immigrés et Tolibzhon Kurbankhanov,” s'épanche [en russe] Prohor1990.

Taper sur Poutine à travers Kurbankhanov a été un thème courant :

Dans les meilleures traditions du despotisme d'Asie Centrale. La meilleure preuve que sous V.V.P nous sommes plus proches d'un khanat de Boukara que d'une démocratie européenne,” écrit walery1963, [en russe], ce qui lui a valu 28 ‘j'aime’.

Un autre commentaire apprécié supposait que Kurbankhanov avait chanté la chanson en échange de son permis de travail :

Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour avoir ses papiers?” demandait [en russe] OttoZiverT.

Un Tadjik présumé a répliqué à ces diatribes racistes par une complainte sur son temps de migrant en Russie :

Je suis venu en Russie, animé d'amour et d'espoir, mais avec le temps j'ai développé haine et mépris pour les Russes, depuis la HAINE est retombée il ne reste que le mépris,” a écrit  bejsimpatico [en russe] .

Bejisimpatico a été alors invité [en russe] à relativiser par Contessa111 :

Ne le prenez pas aussi personnellement. Malheureusement ce n'est que la loi de la pensée de groupe. En Californie par exemple, tout le monde déteste les Mexicains, qui viennent gagner de l'argent. En Allemagne ils détestent les immigrés turcs… les gens sont toujours contents d'avoir quelqu'un à regarder de haut,” conseille [en russe] le commentaire.

Pendant ce temps, au Tadjikistan…

Dans l'espace de discussion sous la publication du clip “V.V.P” de Youtube, les commentaires en tadjik ont brillé par leur absence, les migrants du pays étant plus des sujets de conversation que des participants actifs. Les agences d'information et plate-formes de blogs à code de domaine .tj restaient quant à elles perplexes devant le succès de la vidéo.

Un article sur by Kloop.tj, un site à la fois en russe et dans la langue officielle du pays, le tadjik, a pris le parti de démonter les allégations des organes de médias russes que Tolibzhon était une “pop-star suffisamment connue au Tadjikistan”. Un entretien avec le directeur des Ressources Humaines au Ministère de la Culture tadjik révélait :

Le nom Tolibdzhon Kurbankhanov ne me dit rien. Nous n'avions jamais entendu parler de lui avant. Ce chanteur n'est connu de personne, et n'a participé à aucun concert ou soirée à Douchambé. Je pense que c'est un imposteur,” a dit Abdughaffor Abduzhaborov.

Une entrée anonyme sur seb.tj, a jugé que le message principal des commentateurs sur Youtube de “V.V.P” était “reprenez Poutine avec vous au Tadjikistan.” Sous cet en-tête, elle chroniquait une pléthore de commentaires peu flatteurs sur les Tadjiks par les visiteurs russes du clip “V.V.P”.

Sur un blog “2shanbe.tj” (jeu de mots, “Douchanbé” est la capitale du Tadjikistan), un dépêche de l'administrateur du site listait de même une provision de commentaires injurieux d'utilisateurs russes de Youtube, qu'il introduisait ainsi :

La qualité du chant, des vers et de la musique du clip en général sont, pour le dire avec égards, médiocres. La majorité des utilisateurs qui ont regardé ce clip n'ont montré qu'ironie et sarcasmes envers les Tadjiks.”

Pourtant ces deux billets n'ont généré que peu de discussion, et les blogs tadjiks suivis ont négligé le clip “V.V.P”, témoignant de l'ambivalence courante parmi les internautes au Tadjikistan envers les mèmes nationalistes en vogue, encore plus prévisibles en période électorale, sur l'internet russe.

* A noter que les saynètes de Nacha Russia avec Ravshan et Jumshud sont tout autant une caricature du racisme dans la société russe avec ses stéréotypes des habitants d'Asie Centrale, que des travailleurs migrants tadjiks eux-mêmes. Le tableau n'en est pas moins pénétrant, et est devenu une épine de plus dans les relations diplomatiques déjà aigres entre les deux pays. Et, même si seulement 6,7% des migrants en Russie sont Tadjiks, les autres migrants d'Asie Centrale se font aisément traiter de “Tadjiks” par le Moscovite de la rue. Telle a été l'expérience d'Aïda Kasymalieva, auteur d'un excellent article [en anglais] sur RFE/RL intitulé “Première personne : la vie en Russie d'un enfant non russe.”

N.B  Bien qu'il soit devenu une vedette du jour au lendemain, la véritable opinion de Tolibzhon Kurbankhanov sur Poutine et la situation politique en Russie, et sa résidence permanente idem, restent inconnues. Dans une interview mise en ligne par le même utilisateur que celui qui a publié le clip d'origine, on voit Kurbankhanov, sac de sport à la main, remercier ses fans, s'excuser de ne pas pouvoir répondre à tous leurs courriers et évoquer une suite à “V.V.P”. Tout du long, l'aéroport international de Douchanbé, au Tajikistan, occupe entièrement l'arrière-plan….

1 commentaire

  • […] Tadjikistan : Le débat sur la vidéo pro-Poutine mobilise plus les Russes que les Tadjiks · Global… […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site