Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

États-Unis : Une nouvelle attaque contre la culture des immigrés

La suppression complète de la formation d'Études Mexicano-Américaines (EMA), mise en place en 1998 dans les écoles de la ville de Tucson, en Arizona, a suscité l'indignation. De nombreux observateurs considèrent que la suppression de ce programme ainsi que la confiscation de nombreux livres illustre de manière éloquente des ambitions ultra-conservatrices, qui remettent directement en cause la richesse culturelle et historique de cette région.

La décision, qui a reçu l'aval, en janvier dernier, de John Huppethal, superintendant de l'instruction publique de l'État, en charge du district de Tucson, s'appuie sur le statut ARS-15-112 [en] de la loi HB 2281. Jasmine Billa explique sur LatinitasMagazine [en], que cette loi a banni les cours ou les classes :

  • encourageant le renversement du gouvernement des États-Unis,
  • encourageant le ressentiment entre les races ou les classes sociales,
  • réservées à des étudiants d'un groupe ethnique en particulier,
  • privilégiant la solidarité ethnique sur le traitement des étudiants en tant qu'individus.

Voici une liste de quelques-uns des livres confisqués :

  • “Rethinking Columbus: The Next 500 Years” [Repenser Christophe Colomb : les 500 prochaines années] de Leslie Silko
  • “La Tempête” de William Shakespeare
  • “Pedagogy of the Oppressed” [Pédagogie des opprimés] de Paolo Freire
  • “Occupied America: A History of Chicanos” [L’Amérique occupée : une histoire des Chicanos] de Rodolfo Acuña
  • “Chicano: La Historia del movimiento por los Derechos Civiles de los mexicanos americanos” [Chicano : l'histoire du mouvement pour les droits civiques des mexicains-américains] d'Arturo Rosales
  • “500 años de historia chicana en imágenes/500 Years of Chicano History in Pictures” [500 ans d'histoire chicano en images] d'Isabel Martínez

Cliquez ici [en] pour voir la liste complète.

Voici une vidéo sur les manifestations d'étudiants et d'enseignants contre l'interdiction des études ethniques [en] :

Commme on pouvait le prévoir, la solidarité qui est visée par cette volonté de contrôle s'est développée non seulement à Tucson mais aussi dans plusieurs régions des États-Unis. Des écrivains comme Junot Díaz, Laura Esquivel, Ana Castillo, notamment, ainsi que plusieurs organisations oeuvrant en faveur de l'éducation, de la littérature et de la liberté d'expression ont rejeté publiquement cette action inconstitutionnelle.

Par ailleurs, des pétitions numériques [en] et des blogs de soutien au rétablissement de la formation d'études mexicano-américaines ont été lancés. Banning History [en], par exemple, accepte des vidéos montrant des personnes lisant, chantant ou illustrant des extraits des livres censurés.

"On ne peut pas bannir les livres", art de la rue à Tucson, en Arizona. Photo par crjp, source Flickr. Republiée sous licence CC BY-NC-2.0.

Le groupe d'enseignants activistes (Teacher Activist Group, TAG) [en], en partenariat avec Rethinking Schools [en], a lancé pour sa part une campagne de sensibilisation intitulée “Aucune histoire n'est illégale : une campagne pour préserver notre histoire”. Ils ont également créé une formation complète basée sur les leçons du programme censuré, en le complétant par des leçons sur la lutte pour la liberté d'expression et la diversité culturelle.

Cette vague solidaire ne peut que se renforcer car elle constitue un antidote puissant contre l'abus de pouvoir, la peur et le racisme. En mars, la caravane Librotraficante aura parcouru un périple depuis Houston, Texas, jusqu'à Tucson, Arizona, pour une campagne de distribution des livres censurés.

Voici le plan organisé par l'écrivain Tony Díaz :

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site