Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mali : Quelques photos du fleuve Niger

Boukary Konaté, un membre de la communauté Global Voices au Mali, a récemment effectué un voyage sur le fleuve Niger à bord d'une pinasse traditionnelle dans le cadre d'une tournée d'initiation des écoles à Internet en partenariat avec le projet Loire-Niger de l'UNESCO. Ce voyage a été pour lui une occasion de découvrir son propre pays et de prendre des photos de Sekoro à Mopti, une petite partie de ce grand fleuve long de 4 184 km.

Le Niger est le troisième fleuve le plus long d'Afrique, après le Nil et le Congo. Il prend sa source sur les hauts plateaux au sud-est de la Guinée. Son parcours, qui décrit un croissant, traverse le Mali, le Niger puis le Nigeria, jusqu'au delta du Niger et son embouchure sur l'océan Atlantique.

Voici quelques unes de ces photos prises par Boukary Konaté et l'équipe. D'autres photos du voyage peuvent être vues dans la galerie-photos du projet Segou Connection.

Une vue du Niger depuis la rive à Sekoro, au Mali

 

Un bateau traditionnel sur le Niger, en route pour le marché

Ouro Mody, un village de pêcheurs, et son architecture peule traditionnelle.

La mosquée de Djafarabe, en pays Peul

Les femmes cherchent l'eau pour arroser les cultures traditionnelles des bords du Niger, le riz

Le fils d'un pêcheur joue souvent avec les outils du métier

La vie à bord d'une pinasse sur le Niger

Un membre de l'équipage en coiffe traditionnelle

Une pirogue s'éloigne sur le Niger, au crépuscule

1 commentaire

  • Je trouve ces photos simplement merveilleuses, pas seulement pour leur qualité professionnelle mais surtout à cause de l’abondance d’eau que charrie ce fleuve, véritable poumon d’une grande partie de l’Afrique de l’ouest. La dernière fois que j’ai vu le Niger, c’était dans la partie guinéenne, non loin des sources de ses principaux affluents. La sécheresse était telle que l’eau s’était évaporée. Elle ne coulait presque plus.

    C’est encourageant de voir cette vaste étendue bleue. Les initiatives pour faire revivre ce fleuve devraient inspirer les pays pays riverains d’autres fleuves de la région comme le Sénégal, le Mano, le Bafing, la Gambie, etc.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site