Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : Les ruines d'Among Bulaq ou une révolution inachevée

Tout commença en 2007, lorsque le projet “Vision du Caire 2050″ vit au jour sous ce nom, ou celui-ci plus concis de “Caire 2050.” Le gouvernement égyptien officialisa un projet d'urbanisme :  raser les principaux quartiers de la ville, jugés trop décrépis, et reloger ses millions d'habitants dans de nouveaux bâtiments construits dans le désert.

Le blogueur Yahia Shawkat a publié un article [en arabe] sur ce projet :

هذا المشروع لاقى الكثير من النقد والمعارضة سواء من المهنيين والخبراء أو من المجتمع حيث يعارضه 61% من مواطنى المجتمعات التى سيؤثر عليها منذ أن كان تابع للجنة سياسات الحزب الوطنى المنحل حيث أنه يهدف إزالة ملايين من المواطنين من مجتمعاتهم بحجة التطوير.
“Ce projet a essuyé de nombreuses critiques négatives des professionnels, de spécialistes et surtout de la société. 61% des citoyens affectés par le projet s'y opposent puisque ce sont les représentants politiques du Parti Démocratique National, ancien parti au pouvoir aujourd'hui dissout, qui l'avait approuvé. Il visait à  faire déménager des millions de personnes afin de mener ce soi-disant projet de développement.”

Il poursuit:

أعتقد الجميع أن الثورة قد أزاحت خطورة هذا المشروع لكن من الواضح أنه يتم تطرحه فى ثوب جديد لتفادى هذه المعارضة
“Beaucoup ont pensé que la révolution avait fait disparaître les risques de voir un tel projet se réaliser. En réalité, il est évident qu'ils essayent de relancer les procédures de mise en œuvre, tout en évitant les opposants.”

Vue de Bulaq. Image prise par les documentaristes. Utilisée avec permission.

Bulaq Abu el-Ela est l'un des quartiers visés par cette possible démolition. Jusqu'à ce jour, personne n'est en mesure de comprendre quelle sera la fin du projet, surtout depuis la chute de Hosni Moubarak.

La situation et le sort des Égyptiens vivant dans ces quartiers ont été présentés dans un documentaire, à travers les regards de deux Italiens, Davide Morandini et Fabio Lucchini. L'idée de ce film, intitulé “Bulaq: Among the ruins of an unfinished revolution” s'est matérialisée en 2009, alors que les deux réalisateurs séjournaient en Egypte pour enquêter sur l'organisation politique des quartiers du Caire. Ils y retournèrent après la révolution et débutèrent un tournage sur cette affaire, qui impliquerait la démolition de quartiers historiques et le relogement de leurs milliers d'habitants.

Dossier de presse du documentaire

Découvrez la bande-annonce en arabe sous-titrée en anglais, la version française se trouve ici, et voici la version italienne, disponible en ligne.

Bande-annonce officielle de Bulaq de Matteo Keffer sur Vimeo.

Le 25 janvier, des milliers d'Egyptiens se sont réunis sur la place Tahrir, au Caire, entrainant une révolution dans le pays. Ces quelques centaines de mètres carré sont devenus la place forte de personnes venant de quartiers tels que Bulaq Abu el-Ela. Ici, ils trouvèrent bien plus qu'une simple lueur d'espoir. Grâce à leurs voix, “Bulaq” représentait la lutte engagée contre les expulsions des habitants et la marginalisation sociale qui allait y succéder. On comprit que leur destin serait intimement lié à celui du printemps égyptien.”

Le documentaire a également son groupe Facebook, où l'on retrouve des informations concernant le film et le quartier de la capitale égyptienne.

La vidéo ci-dessous a été faite avant le tournage. On peut y entendre des témoignages d'habitants du quartier conscients des enjeux géographiques, économiques et sociales de ce projet.

Le film a été primé au Premier Festival des Reportages “Pillole di Attualità” à Rome, en septembre dernier. Le film sera également diffusé à Paris, lors du Festival international du film des droits de l'homme en mars.

Pour aller plus loin :

Jadaliyya: Struggles that fueled a revolution

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site