Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie : Choc et incrédulité après le meurtre de journalistes

Ce billet fait partie du dossier spéciale de Global Voices sur le soulèvement en Syrie 2011/12.

[liens en anglais] Les internautes qui couvrent sur les réseaux sociaux le carnage quotidien en Syrie ont dû reprendre leur souffle aujourd'hui avant de plonger à nouveau dans les informations de nouvelles atrocités commises à Baba Amr, un quartier de la ville assiégée de Homs.

Le stratège des média de NPR Andy Carvin, qui est à Tripoli, en Libye, tweete:

@acarvin: Il faut que je décroche un instant avant de dire quelque chose que je regretterais. C'est juste trop pour le moment. #homs #syria

Il ajoute :

@acarvin: Tuer des reporters et des journalistes citoyens ne nous empêchera pas de porter témoignage. Vous ne pouvez pas nous empêcher. #syria #homs

et poursuit :

@acarvin: Ces reporters et des journalistes citoyens réunissent plus de bravoure en un jour que moi dans toute ma vie. Je leur suis éternellement redevable. #syria #homs

Tandis que Iyad El Baghdadi reconnaît :

@Iyad_elbaghdadi: Il faut que je fasse une pause pour pleurer un coup. A plus tard.

Ces réactions ont suivi l'information de la mort de la journaliste américaine Marie Colvin, qui travaillait pour le journal britannique Sunday Times et du photographe français Rémi Ochlik. Selon Reuters, “des obus ont frappé la maison où ils demeuraient et un missile les a atteints alors qu'ils essayaient de fuir.”

Entre-temps, des internautes sur le terrain ont rapporté qu'un troisième reporter aurait été blessé, lors de l'attaque du centre de presse où se trouvaient journalistes et révolutionnaires.

Tweets4peace accuse le régime syrien d'avoir mené l'attaque, notant :

@tweet4peace: Nous savons que c'est le régime parce que ce type d'attaques de missiles sont continues depuis maintenant 19 jours. Aujourd'hui la cible était le centre de presse #homs

La nouvelle a provoqué une avalanche de condoléances sur Twitter, déjà stupéfait devant le silence du monde extérieur face au massacre des Syriens qui protestent contre Bachar Al Assad et son régime, alors que les morts se comptent déjà par milliers.

D'Egypte, Maha Abdoelenein tweete :

@mahagaber: Choc et incrédulité totales. Marie Colvin tuée aujourd'hui à Homs, Syrie. J'ai énormément travaillé avec elle sur tout ce qui concerne l'Egypte

Diaa Hadid écrit :

@diaahadid: Paix à votre âme Marie Colvin, Rémi Ochlik, il y en a peu qui meurent aussi honorablement, à dire au monde ce que d'autres ont essayé de dissimuler

Rania Zabaneh de nous rappeler :

@RZabaneh: La #Syrie devient un piège mortel pour les journalistes. C'est MONSTRUEUX : HUIT journalistes tués depuis le début de 2012 ; QUATRE à #Homs.

La conclusion appartient à la journaliste de Arwa Damon :

@arwaCNN: Reposez en paix, nos collègues tués à #homs, le prix que nous payons pour jeter de la lumière sur les atrocités, le prix que la #syrie paie chaque jour pour la liberté

Ce billet fait partie du dossier spéciale de Global Voices sur le soulèvement en Syrie 2011/12.

Image de la vignette extraite de la vidéo YouTube de l'interview sur CNN de Marie Colvin, mise en ligne par finriswolf1.

2 commentaires

  • Manu Kodeck

    Hommage à Rémi Ochlik : retour sur son parcours de photojournaliste et photographe de guerre

    phototrend.fr/2012/02/hommage-a-remi-ochlik/?utm

  • Pingback: Syrie | Pearltrees

    […] Syrie : Choc et incrédulité après le meurtre de journalistes · Global Voices en Français […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site