Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Colombie : Un vidéaste menacé pour une vidéo virale

Bladimir Sánchez, un citoyen journaliste, a déjà reçu des menaces pour avoir tourné une vidéo montrant l'expulsion par la force de fermiers et de pêcheurs qui protestaient contre un barrage hydro-électrique dans le département de Huila, en Colombie, le 14 et 15 février. En moins de trois jours, plus de 600 000 internautes ont regardé cette vidéo sur le Net.

Sur Publimetro [en espagnol], Camilo Andrés García Cortés écrit que cette vidéo pourrait entrer dans l'histoire en tant que vidéo amateur la plus regardée en Colombie, si on s'en réfère à ce demi-million de visiteurs en seulement deux jours.  La vidéo que le gouvernement colombien ne veut pas que vous regardions [espagnol] présente l'expulsion de deux villages situés sur les rives du fleuve et la résistance des villageois, ainsi que les témoignages de ceux qui ont été blessés dans les affrontements.

Les villages s'opposent à la construction de ce barrage car il les privera de leurs moyens de subsistances si la rivière est déroutée. Quand ils décrivent les affrontements, que ce soit les manifestants blessés ou les journalistes assurent qu'il n'y a pas eu de violence de la part des villageois envers les autorités, malgré l'attaque, et que la police a empêché les journalistes, les observateurs et des associations pour les droits humains d'accéder aux lieux.

La acción violenta se cumplió coordinadamente entre el Gobierno Nacional y Emgesa contra campesinos y pescadores inermes cuya única respuesta fue cogerse solidariamente de las manos para abrazar el río Magdalena o lanzarse al mismo, mientras recibían cargas de gases lacrimógenos y granadas de aturdimiento, ocasionando varios heridos, entre ellos, el obrero de construcción Luis Carlos Trujillo Obregón quien perdió su ojo derecho.

Les attaques ont été perpétrées par le gouvernement national et l'Emgesa [Ndlr : une société privée qui a obtenu la concession de l'exploitation du barrage] contre des cultivateurs et pêcheurs non armés, dont la seule action a été former un cercle pour “embrasser” la rivière Magdalena ou sauter dans l'eau quand ils ont été attaqués à coups de grenade lacrymogènes. Elles ont fait plusieurs blessés, dont l'ouvrier Luis Carlos Trujillo Obregón, qui a perdu son oeil droit.

Dans un interview avec le site Publimetro [en espagnol] Bladimir parle des menaces qu'il a reçues :

Recibí una llamada No aparece el número de la persona en el identificador (…) Me han enviado mensajes a mi correo. Me dicen que soy de las Farc, del ELN, que estoy atacando a la fuerza pública. Yo no soy nada de eso. Simplemente soy un realizador audiovisual que quiere mostrar la realidad de lo que pasa en el departamento del Huila.

J'ai reçu un appel dont le numéro était en privé (-) On m'a envoyé des messages sur ma boite mail. Ils disent que j'appartiens aux FARC, à l'ELN, que je m'attaque aux forces de police. Je ne suis rien de tout ça. Je suis simplement un vidéaste qui veut montrer la réalité de ce qui se passe dans le département de Huila.

Sur la page Facebook Zeitgeist Huila [espagnol], Bladimir a signalé le 23 février [espagnol] qu'il avait reçu des menaces par téléphone, dont un message de menaces de mort.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site