Mauritanie : La Marche de la dernière chance vers Nouakchott a commencé

Des manifestants mauritaniens se sont lancés dans une marche à pied de 470 km, de la ville de Nouadhibou à celle de Nouakchott, la capitale, avec un certain nombre de revendications économiques et politiques à l’attention des autorités dans leurs bagages. Baptisé Marche de la dernière chance, cette marche a pour but d’attirer l'attention sur les difficultés des populations mauritaniennes et de mettre en avant leurs demandes de réformes.

Le blogueur Ahmed Jedou écrit à ce propos sur son blog [arabe], affirmant qu’un certain nombre d’activistes, notamment des blogueurs, des syndicalistes, des enseignants et des personnes ayant perdu leur emploi, ont rejoint cette marche. Il ajoute qu’ils devraient avoir atteint la ville de Nouakchott au plus tard à la mi-mars.

Parmi les revendications de ces activistes figurent :

ضمان الحد الأدنى لحرية التعبير السلمي للناشطين بالمدينة.
2- فتح حوار مباشر و جاد مع السلطات العليا للبلد لوضع حد نهائي لمعاناة مواطني أحياء الترحيل( الجديدة و أحزمة البؤس) بحيث يضمن تسوية موضوعية للسكن و التموين تليق بالمدينة كعاصمة اقتصادية و قطب للتنمية.
3- نطالب بتسهيل دمج المهنيين الشباب في القطاعات ذات الصلة، انطلاقا من التزايد الطردي للمواقع الشاغرة في الإدارات و المؤسسات الجهوية و المركزية العمومية منذ عدة سنين في مختلف هذه القطاعات مثل: قطاعات الصيد و المعادن و المتواجدة بالعشرات، و الناتجة عن تقاعد الموظفين و انتشار العقدويين و الطابور الثالث داخل هذه المؤسسات، رغم رفع السن القانونية اللازمة لولوج الوظيفة العمومية إلي 40 سنة و تواجد الطاقات الشبابية المؤهلة لذلك.
4- نطالب بإعلان الحكومة عن زيادة معتبرة في الأجور في القطاعين العام والخاص لتخفيف وطأة الغلاء المعيشي للطبقة النشطة

Des activistes en tête de la marche. Crédit photo : Ahmed Jedou

1. Garantir un niveau minimum de  liberté d'expression pacifique aux militants dans cette ville

2. Entamer un dialogue direct et sérieux avec les autorités supérieures du gouvernement, en vue de mettre un terme aux difficultés des citoyens vivant dans ces zones difficiles et à qui le gouvernement avait promis qu’ils allaient être relogés dans de meilleurs endroits. Le dialogue devrait aboutir sur un solution concrète avec, à la clé, des logements pourvus de services dignes d’ une ville qui est aussi une capitale économique du pays et un pôle de développement.

3. Nous appelons à l'intégration professionnelle des jeunes formés dans les domaines pour lesquels ils ont été formés, afin qu’ils comblent les postes vacants de plus en plus nombreux dans divers secteurs, comme la pêche et l’industrie minière, résultant du nombre sans cesse croissant des employés partant en retraite.

4. Nous exigeons une augmentation des salaires dans les secteurs public et privé pour alléger le fardeau des frais de subsistance des classes ouvrières.

D'autres revendication  incluent le nettoyage des rues de Nouadhibou, pour les assainir des piles d'ordures, et l'octroi de terrains aux jeunes chômeurs titulaires de diplômes universitaires, afin de leur permettre de lancer leur propre entreprise.

A l’image d'autres manifestants dans le monde arabophone, les activistes mauritaniens manifestent depuis près d’un an pour réclamer des réformes politiques et économiques.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Global Voices par e-mails

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français.

Non merci, je veux accéder au site