Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Espagne : Un étrange incident fait démissionner le président de l'Association de la presse de Grenade

Le Président de l'Association de la presse à Grenade, Antonio Mora, présentait une exposition de photos à Grenade, en Espagne, sur les relations entre Israël et l'Espagne, le mardi 6 mars, lorsque deux militantes d'une organisation appelée Plataforma Andalucía con Palestina (Plate-forme Andalousie avec la Palestine) ont fait irruption dans la salle. Elles tenaient un drapeau palestinien et ont commencé à scander “Boycott Israël” et “Non aux exigences sionistes” pour protester contre le soutien de l'Espagne à l'occupation israélienne de la Palestine à travers ce type d'événements institutionnels.

Les militantes ne sont pas parties quand Mora, visiblement impatient et irrité par leur présence, leur a demandé de garder le silence. Qu'est-il arrivé ensuite ? La réponse est  surréaliste et peut être vue dans cette vidéo ( lien).

Capture d'écran de la vidéo au moment où Antonio Mora lève sa ceinture en se dirigeant vers l'activiste.

Fait choquant, Antonio Mora enlève sa ceinture et la lève comme pour frapper l'une des femmes présentes, tandis qu'une deuxième femme enregistre la scène avec son téléphone portable. Quelques secondes plus tard, il baisse sa ceinture et essaie de pousser l'autre femme hors de la salle.

Le fait que ce geste vienne du responsable d'une association de journalistes a choqué et suscité de l'incrédulité parmi les internautes espagnols, qui ont inondé Twitter de commentaires et ont même créé un hashtag avec le nom du responsable : # antoniomora.

Le journaliste espagnol Juan Luis Sánchez a tweeté:

Lo que da miedo no es que se ponga violento, sino su gesto de sacarse la correa y doblarla friamente. Como si lo hubiera hecho antes.

Ce qui est effrayant, ce n'est pas qu'il devienne violent, mais la façon dont il prend sa ceinture, puis la plie d'une manière froide. Comme s'il avait fait cela auparavant.

La journaliste Lydia Molina a eu la même impression :

Lo más perturbador es la tranquilidad con la que se quita la correa para pegarle a la chavala. No será la primera vez.

Ce qui est extrêmement troublant, c'est avec quel calme il enlève sa ceinture pour frapper la jeune fille. Ce n'est probablement pas la première fois.

Le Syndicat des journalistes d'Andalousie a réclamé la démission de Mora [es]. Antonio Mora a, depuis, démissionné [es]. Selon les représentants du syndicat :

Consideramos esta conducta inaceptable por entender que la actitud del Presidente de la Asociación es más propia de otros tiempos vividos en España durante la dictadura franquista en la que a mujeres, niños y animales se les pretendía corregir sus actitudes o castigar a golpes de correa.

Nous considérons que ce comportement est inacceptable. Cela nous rappelle le temps de la dictature de Franco, que nous avons connu en Espagne, où les femmes, les enfants et les animaux étaient punis si leur comportement avait été considéré comme inadapté.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site