- Global Voices en Français - https://fr.globalvoices.org -

Ils chantent l'hymne national dans leur langue maternelle (2ème partie)

Catégories: Afrique Sub-Saharienne, Asie de l'Est, Asie du Sud, Philippines, Histoire, Médias citoyens, Peuples indigènes

Notre billet précédent [1]présentait des exemples d'hymnes nationaux interprétés dans une langue locale ou peu usitée, et diffusés par le biais de vidéos sur le Net.

L'hymne national est généralement écrit dans la langue officielle du pays en question ou dans la langue la plus usitée. En Inde, il s'agit de Jana Gana Mana, un hymne centenaire rédigé en bengali mais utilisant l'alphabet sanskrit. Ces deux langues sont parmi les 22 langues officielles reconnues en Inde : voici la version sanskrite (avec sous-titres en anglais) et la version bengali [2]. En revanche, l'hymne national indien est rarement interprété dans sa version silencieuse [3], en langue des signes :

Dans beaucoup de pays, il est interdit de chanter l'hymne national dans une langue autre que la ou les langue(s) officielle(s). Lupang Hinirang (Pays Bien-Aimé) [4], l'hymne national des Philippines, fut composé en 1898 par Julián Felipe. Les paroles étaient initialement en espagnol et furent traduites par la suite en Tagalog. Le Flag and Heraldic Code [5] (1998) des Philippines précise que “l'hymne national sera toujours interprété dans la langue nationale, que ce soit aux Philippines ou à l'étranger.” et prévoit des amendes et des peines d'emprisonnement à l'endroit des contrevenants.

Bien que le philippino et l'anglais aient été déclarés langues officielles par la Constitution de 1987, d'autres versions de l'hymne national sont disponibles sur Internet. Parmi celles-ci [6] se trouve l'hymne national en Eskayan [7] :

Voici par ailleurs l'hymne national des Philippines en Butuanon [8] :

D'autres exemples existent sur le Web.