Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : La proposition d'interdire la pornographie ne fait pas l'unanimité

Le parlement égyptien, qui vient d'être élu, est secoué par des débats et polémiques à peine un mois après la prestation de serment de ses membres. Les médias sociaux égyptiens (blogs et Twitter) ont observé ce qui se passait dans leur nouveau parlement, tweetant leurs demandes, inquiétudes et remarques ironiques sous le hashtag #EgyParliament. Une séance parlementaire récente a soulevée une grande discussion, mais cette fois-ci le sujet en était  la pornographie !

Une requête pour un commission d'enquête sur le  blocage des sites web pornographiques a été déposée par un parlementaire appartenant au Parti Al-Nour. Le parti salafiste Al Nour est connu pour son interprétation ultraconservatrice de l'Islam. Sa requête a instantanément fait  réagir les  médias sociaux. Alyaa Gad, une femme médecin égyptienne libérale et laïque basée en Suisse a proposée le hashtag #EgyPornBan pour discuter de la question [arabe].

@AlyaaGad: #EgyPornBan‏ اقترح الهاشتاج دا لتقترحوا على المجلس الموقر افكار في الموضوع المهم دا في حياة شعب قرب يموت من الجوع

Je suggère le hashtag #EgyPornBan où vous pouvez proposer des idées aux parlementaires sur cette épineuse question, vitale pour une nation qui meurt presque de faim.

Beaucoup des commentaires entourant la proposition d'interdire la pornographie étaient humoristiques et sarcastiques. Voici une sélection extraite de Twitter.

Galal Amr suggère :

@GalalAmrG: #EgyPornBan? Que le téléchargement commence !

Ahmed Essam ajoute :

@ahmedessam125: #egypornban ‏ انا مع القرار ده جدا, أن الاوان ننزل الحياة العملية وننطبق اللى درسناه سنين

Je soutiens cette décision. Il est temps que nous mettions en pratique ce que nous avons appris pendant des années !

Et Gauchiste menace [arabe] :

@gauchiste88: #EgyPornBan ‏ والله لو قفلتوا المواقع هطبع صور بورن كبيرة وهعلقها فى الشوارع

Je jure que si vous fermez les sites pornographiques, j'imprimerais des grandes photos porno et je les suspendrais dans les rues !

Tandis que Mohammed Gohary plaisante [arabe] :

@MohammedGohary: #EgyPornBan‏ دة كنا خلاص قربنا يا ظلمة من التربع على عرش البلدان الاكثر مشاهدة للسكس.كنا هنوصل للعالمية حقا هناك من لايريد التطور لهذا البلد

Nous étions près d'atteindre le record du pays qui regarde le plus de films porno, nous aurions pu devenir les champions du monde. Vraiment, il y a des gens qui ne veulent pas que ce pays progresse !

D'autres tweets ont essayés d'offrir une perspective raisonnable et d'expliquer pourquoi ils sont contre. Parmi eux, Ahmed El Saeed raisonne [arabe] :

@am_s3ed: قبل ما تمنع المواقع الإباحية خلي الشباب مايحتاجهاش، علموهم ووظفوهم وجوزوهم وساعدوهم يشغلوا وقتهم بحاجة مفيدة ‎#EgyPornBan‏

Avant que vous bannissiez la pornographie, faites en sorte que les jeunes n'en deviennent pas des mordus. Procurez leur de l'éducation, trouvez leur du travail, mariez-les et aidez les à meubler leurs temps avec quelque chose d'utile.

Wael Eskandar offre :

@weskandar: #Egypornban est symptomatique d'hypocrisie. Ces gens ont l'esprit tout embrumé. Comment peuvent-ils diriger un pays ? #egypt

Rasha avertit [ar] :

@neversaydiee: #EgyPornBan ‏ النهارده نسمح بقفل مواقع البورن …بكرة تبقى مواقع التواصل و بعده مواقع الاخبار

Aujourd'hui, nous les laissons fermer les sites pornos, demain les réseaux sociaux, et le jour suivant, les sites d'informations.
No to Pornography!

Non à la pornographie!

Malgré la condamnation quasi-universelle d'une interdiction de la pornographie sur Twitter, la situation était toute différente sur Facebook avec la création du groupe A Campaign to Ban Porn Websites in Egypt (Une campagne pour bannir les sites pornographiques en Egypte) qui a attiré plus de 15 000 membres. Une autre page intitulée “We want to ban porn websites in Egypt” (Nous voulons interdire les sites pornographiques en Egypte) a été créée en février 2011 et a attiré les “J'aime” de  43 000 utilisateurs.

Quelques blogs ont aussi contribué au débat sur la pornographie, comme la blogueuse Mina Naguib, qui a écrit le post “Porn, Freedom, and Social Equality” (Pornographie, liberté, et équité sociale) comme allusion ironique à “Pain, liberté, et équité sociale”, un des chants révolutionnaires scandés pendant la révolution de janvier dernier (#Jan25). Mina s'est demandée [arabe] :

يا ترى هل يعلم سيادة العضو بكم الفساد و القتل و التعذيب و القمع و الترهيب و الفقر و الجوع و غياب الأمن و الرعاية الصحية لتأتى الأفلام الإباحية على أولوياته؟ هل يعلم سيادة العضو أن نسبة من يشاهدون الأفلام الإباحية فى مصر لن يتعدى بكل الأحوال نسبة من هم يعيشون تحت خط الفقر؟ هل يعلم كم المليارات التى تصرف سنويا فى الصين و السعودية و إيران و الإمارات لغلق المواقع التى تنشر معلومات “غير مرغوب فيها” من الأنظمة الحاكمة؟

Est-ce que le parlementaire est au courant de l'étendue de la corruption, des meurtres, de la torture, de l'oppression, de l'intimidation, de la pauvrerté, de la faim, de l'insécurité et du manque des soins de santé pour faire de la pornographie l'une de ses priorités ? Est-ce que le parlementaire sait que le nombre relatif de ceux qui regardent les films porno ne dépassera pas celui de ceux qui vivent sous le seuil de pauvreté ? Est-ce qu'il sait que des sommes faramineuses sont dépensées annuellement en Chine, en Arabie Saoudite, en Iran et dans les Emirats pour fermer les sites qui disséminent de l'information  “indésirable” des régimes au pouvoir ?

Le débat sur la pornographie fait partie de beaucoup d'autres dont on débat dans le  nouveau parlement égyptien. Il faut s'attendre à de nouveaux mini drames parlementaires dans le futur !

1 commentaire

  • […] Egypte : La proposition d’interdire la pornographie ne fait pas l’unanimité · Global Voices en… […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site