Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le rapport annuel 2011 sur la situation des défenseurs des droits de l'homme en Chine

L'organisation Chinese Human Rights Defenders (Les défenseurs des droits de l'homme chinois) a publié son rapport annuel 2011 [lien en anglais]. En dépit de la sévère surveillance d'Internet, les internautes et les militants continuent de se battre contre la machine de la censure. Voici quelques extraits de la partie du rapport sur “la liberté d'expression”.

La “Révolution du jasmin” au Moyen-Orient a incité le gouvernement chinois à renforcer son contrôle de l'Internet :

Le gouvernement a continué à entraver la liberté d'expression en ligne et à tenter de bloquer la diffusion d'informations sur les droits de l'homme. La censure a été maintenue par les autorités, avec l'élaboration de listes de mots-clés interdits, la promulgation d'édits de contrôle, ou “directives” pour le contrôle des médias et des discussions sur Internet, la fermeture de sites Web, blogs et microblogs, l'organisation de la répression lors des “périodes sensibles”, ainsi que pour soit-disant extirper la “pornographie” et les “rumeurs”.

Outre la mise à jour de la “grande muraille de pare-feux” mise en place pour bloquer les sites étrangers, le filtrage des mots-clés, les autorités  peuvent aussi perturber les VPN (ndt: passerelles cryptées) et d'autres outils de contournement pour empêcher les internautes chinois d'établir des contacts avec les dissidents à l'étranger. Le micro-blogging est également la principale cible de la régulation:

Le développement le plus alarmant en 2011 a été l'introduction par le gouvernement de l'exigence pour les micro-blogueurs d'utiliser leurs vrais noms lors de leur inscription pour ouvrir un compte. La blogosphère interne en plein esor s'est révélée très efficace dans la dénonciation des errements des autorités au cours des dernières années, mais elle est aujourd'hui menacée de restrictions en raison de cette exigence.

Après beaucoup de spéculations au sujet de son introduction, il a été annoncé à la fin de l'année que cette mesure serait appliquée à Pékin, Shanghai, Tianjin, Guangzhou et Shenzhen. Étant donné que les deux principales sociétés de micro-blogs en ​​Chine – Sina et Tencent – sont basées à Pékin et à Shenzhen, la nouvelle mesure est susceptible d'affecter la plupart des 250 millions d'utilisateurs de micro-blogs chinois  enregistrés.

Néanmoins, les activistes ont mis au point une stratégie pour faire face aux nouvelles mesures de censure :

Les militants ont également noté la difficulté accrue pour accéder et utiliser des microblogs, mais ils ont dit qu'il y avait des moyens de contourner cela ainsi que les autres mesures de censure. Par exemple, ils “ont mis en place plusieurs sites, blogs et micro-blogs” et qu'ils “changent continuellement … leurs moyens de communication et adresses email”, de sorte qu'il a été difficile pour les autorités de suivre leurs activités. Lorsque les micro-blogs étaient supprimés, les internautes ne tardaient pas à “se réincarner” en s'inscrivant pour de nouveaux comptes.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site